On les appelle les iris de Californie, mais ils viennent de toute la côte ouest des États-Unis. En Bretagne, Jean-Claude Jacob s’est lancé dans la culture de ces iris qui, contrairement à leurs multiples cousins, apprécient de pousser en terre acide.  

Hortus Focus. Comment avez-vous connu ces iris particuliers ?

Jean-Claude Jacob. Un pépiniériste breton m’en a rapporté un, trouvé au Chelsea Flower Show. Je l’ai planté sans connaître les conditions de culture et j’ai eu de la chance. Sans le savoir, je l’avais planté au bon endroit dans les bonnes conditions. Les années qui ont suivi, j’ai divisé les pieds, récupéré les plantules. J’ai donc cherché d’autres iris de Californie à cultiver. Sans succès. Impossible de faire venir des plants des États-Unis de ceux qu’on appelle aussi les iris de la côte Pacifique. De plus, ce sont des végétaux à replanter rapidement après arrachage. J’ai fini par trouver LA solution : adhérer à la Société américaine des iris de Californie qui commercialise des graines. J’ai acheté des graines récoltées dans les états de l’Oregon et de Washington pour pouvoir travailler à l’amélioration de leur rusticité.

Quelle est leur principale caractéristique ?

Les 12 espèces botaniques répertoriées sont à leur aise dans un milieu acide, contrairement à la majorité de leur famille végétale. Il faut donc les planter dans un mélange de terre de jardin et de terre de bruyère où ils prospèrent vite et bien. Sinon, ils aiment les sols secs comme les autres. 

Ces iris sont-ils rustiques ?

En pleine terre, ils supportent – 8°C / -10°C. En dessous, ils vont souffrir, il fait bien les protéger si on veut que la plante ne soit pas abimée.

Peut-on les cultiver en pot ?

Oui, mais à condition de leur donner un contenant suffisamment grand. La touffe a tendance à vite se développer donc il faut prévoir un contenant de 20 L minimum et une couche de drainage (billes d’argiles, gravillons…) de 3 à 4 cm. Le substrat est le même que pour la pleine terre : moitié terre de jardin, moitié terre de bruyère.

 

Peut-on facilement les multiplier ?

On peut récupérer les graines et les semis, mais sans garantie d’obtenir la même plante. Donc, la meilleure solution c’est de les diviser, mais, attention, là encore ils diffèrent des autres iris. Contrairement à leurs cousins, les iris de Californie sont en dormance en été. Il faut les diviser septembre-octobre lors de leur croissance et de la production de racines blanches. Si vous les divisez à cette période-là, le succès est assuré à 100% !

Plus d’informations sur ces iris de Californie et les autres iris de jardin sur le site Iris de la Baie

 

Les variétés d’iris de Californie obtenues Jean-Claude Jacob

  • ‘Balanec’ : bicolore rose soutenu brodé rose crémeux.
  • ‘Beniguet’ : vieux rose / rose marron.
  • ‘Cadrans magiques’ : fond blanc, strié et bordé violine.
  • ‘Cap à l’ouest’ : dégradé de rose.
  • ‘Écume d’Iroise’ : blanc avec quelques nervures violet pâle.
  • ‘Encre d’Iroise’ : bitone violet foncé.
  • ‘Lumière d’Iroise’ : grosses fleurs jaunes.
  • ‘Reflets d’Iroise’ : mauve, spot crème, reflets turquoise.
  • ‘Retour d’Iroise’ : violet clair, spot jaune et crème.
  • ‘Souvenirs d’Iroise’ : bleu mauve, spot jaune.
  • ‘Trésor de Molène’ : rose clair, sépales foncés
Lien vers l'Hortus Shop

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Une réponse

  1. CRESCENTINI Ghislaine

    Il ressemble aux Iris de Louisiane que j’ai au jardin depuis quelques années et que je divise souvent car très prolifiques, mais qu’est-ce qu’ils sont beaux : terre argileuse acide chez moi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.