Le café est, après le thé, la deuxième boisson la plus consommée dans le monde. Sous nos latitudes, il ne faut pas trop compter sur la floraison et une récolte maison… Mais le caféier est une superbe plante à adopter pour l’intérieur. 

Un peu d’Histoire ?

 
fleur du caféier

©lucas-cassaro

 
fruit deu caféier

©alffoto

 

©klenova

Le café aurait été découvert vers 850 dans la province de Kaffa, en Abyssine (l’actuelle Éthiopie). Selon la légende, un berger aurait remarqué que ses chèvres étaient excitées après avoir grignoté les feuilles et les drupes rouges d’un arbuste. Un moine auquel il aurait donné des grains aurait eu l’idée de les faire bouillir et obtenu une boisson qui l’empêchait de s’endormir les nuits de prières…

Le ‘K’hawah’ arrive en Arabie au XVe siècle. L’Islam prohibant l’alcool, les musulmans adoptent vite le Coffea arabica comme boisson stimulante. C’est à La Mecque que s’ouvrent les premiers établissements de consommation : les cafés. Dans ces bistrots d’hier, les hommes prennent rapidement l’habitude de se retrouver, d’écouter de la musique ou de jouer aux échecs. À l’époque, l’Arabie refuse d’exporter des plants de caféiers. Il faut attendre 1615 pour que des commerçants vénitiens arrivent à en rapporter en Europe et la culture du café commence sous serres.

À partir de là, le monopole arabe n’est plus. Vers 1690, les Hollandais sont les premiers à envoyer vers Java des plants de caféiers expédiés depuis Moka, au Yémen. Les autres puissances coloniales, l’Angleterre, la France et les États-Unis leur emboitent le pas. Entre 1714 et 1727, la France introduit des plants de caféiers d’abord à la Réunion, puis la Guyane française et les Antilles. 

En France, le premier café ouvre ses portes en 1640 à Marseille. Paris doit attendre 1672 pour disposer de son premier établissement. 

©motorolka

Comment le cultiver chez vous

C’est un arbre tropical ; il ne peut se cultiver qu’en pot (ou bac) et à l’intérieur impérativement. Même s’il ne fleurit pas chez nous, ses feuilles ovales d’un joli vert brillant en font une plante super décorative dans nos appartements ou maisons.

  • Dans quel type de pot ? Terre cuite, plastique, peu importe la matière, mais le contenant doit être plus haut que large et troué au fond pour permettre à l’eau d’arrosage de bien s’évacuer. N’oubliez pas d’installer des billes d’argile au fond du pot pour faciliter le drainage. 
  • À quelle exposition ? Très lumineuse, mais gare au soleil brûlant juste derrière une fenêtre ou une baie vitrée. Ou alors, tirez le rideau aux heures les plus chaudes. Protégez-le des courants d’air, il les déteste.
  • À quelle température ? Le caféier a besoin de vivre en permanence entre 18 et 25°C. Ne l’exposez jamais à une température inférieure à 13°C (il perdrait rapidement toutes ses feuilles). 
  • Dans quel substrat ? Moitié terre de bruyère, moitié terreau. 
  • Faut-il l’arroser souvent ? D’avril à septembre (période de croissance), assurez-vous que le substrat reste humide, mais pas détrempé. Vous pouvez poser le pot dans une soucoupe remplie de billes d’argile, versez de l’eau dans la soucoupe pour assurer une bonne humidité ! D’octobre à mars (période de repos), un arrosage par semaine lui suffit amplement. En toutes saisons, vaporisez le feuillage plusieurs fois par semaine. 
  • Faut-il lui donner de l’engrais ? Oui, d’avril à septembre octobre. Apportez-lui un engrais liquide (celui utilisé pour les pélargoniums convient très bien) toutes les deux semaines. 
  • Doit-on le tailler ? Si on le laisse pousser, le caféier peut dépasser 3 m de haut ! On peut l’étêter ou le pincer à la fin du printemps ou au début de l’été pour limiter son développement vertical et l’inciter à développer des branches latérales. 
  • Quand, comment faut-il le rempoter ? Tous les ans ou tous les deux ans, rempotez en tenant compte de sa taille. Changez le substrat d’un petit caféier. S’il a pris de l’ampleur et qu’il est difficile de le rempoter, contentez-vous d’un surfaçage. Ôtez le substrat sur une dizaine de centimètres et ajoutez du terreau neuf.

©yuryrumovsky

Allo Dr Plant’ ?

Comme la plupart des plantes d’intérieur, le caféier est sensible aux parasites.

  • Cochenilles et de pucerons : délogez-les avec une pulvérisation d’eau savonneuse (1 cuil. à soupe de savon noir liquide à diluer dans 1 L d’eau tiède).
  • Araignées rouges : vaporisez les feuilles avec de l’eau non calcaire.

 

Lien vers l'Hortus Shop

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.