Elles apportent du graphisme et de la légèreté. Certaines méritent d’être plantées en isolée, d’autres seront plus belles en groupe ou en haies. Et puis, il y a celles qui se distinguent par la couleur de leur feuillage ou de leur floraison. Voici quelques-unes de mes préférées dans la planète des graminées colorées !

ctatiana-alex

L’herbe sanglante

Dans un jardin petit ou grand, dans un pot, Imperata cylindrica ‘Red Baron’ est tout bonnement essentielle. Au printemps, les feuilles sont vertes à la base et rouge sang sur la pointe. Ce rouge s’intensifie en fin d’été et le spectacle automnal offert par l’herbe sanglante est tout simplement sublime. Pensez-y si vous cherchez une idée de couvre-sol original (40 – 50 cm de haut) d’autant que cette graminée pousse aussi bien au soleil qu’à mi-ombre. Elle se plait en tout sol (sauf détrempé). En début de printemps, rabattez le feuillage. Multiplication par division de la souche. Rustique jusqu’à -15°C.

Conseil + : passée la première année, plus besoin de l’arroser. En revanche, il faudra l’arroser régulièrement si vous la cultivez en pot.

 

 

©elxeneize

 

 

Z comme Zebrinus !

Un graminée vivace, bien rustique (-15°C), au port souple et élégant. Dans mon jardin urbain, j’ai utilisé cette variété de roseaux de Chine (Miscanthus sinensis ‘Zebrinus’) pour faire oublier une clôture et créer un point focal. Le regard est immanquablement attiré par ce feuillage original zébré de jaune à intervalles irréguliers. Elle forme une touffe bien compacte, n’est pas envahissante. Elle peut à la fois structurer ou ponctuer, s’utiliser en isolée ou en alignement. En septembre, le Miscanthus ‘Zebrinus” développe des épis blancs à reflet argenté. Cette graminée peut atteindre plus de 2 m. Rabattez le feuillage en fin d’hiver ou début de printemps.

Conseil + : Installez-le dans un sol frais, riche et surtout bien drainé.  

 

Miam, de la barbapapa ! 

Une incroyable floraison rose, dressée au-dessus d’un feuillage fin, élancé, bleu-vert. L’ensemble de la plante est ravissant, et on en mangerait bien de ces épis vaporeux qui apparaissent en été et dont on profite encore en automne. Vous pouvez planter la Muehlenbergia capillaris seule dans un petit jardin ou en alignement dans un grand jardin. C’est une graminée pas super rustique (- 7°C) qui pousse en sol neutre et surtout très drainant. Rabattez son feuillage en fin d’hiver ou début de printemps. Elle atteint environ 1 m.

Conseil + : ne la cultivez pas en pot, elle donnera vraiment son maximum en pleine terre. 

 

Jardin des Martels ©Isabelle Morand

Un peu de Chantilly ?

Ça en jette dans un massif ! Mais si vous choisissez de planter la canne de Provence panachée (Arundo donax ‘Variegata’), n’oubliez pas de la surveiller, car elle a tendance à se faire vite la belle quand elle se plait quelque part… Le feuillage est à “croquer”, bordé et strié de blanc crémeux. Il attire l’œil comme au Jardin des Martels (notre photo). Quelques plants suffisent pour faire de l’effet, notamment au bord d’un plan d’eau. En Provence, on l’utilise en haie pour casser le vent dans les zones humides. Hauteur maximum : 2 m. À cultiver au soleil. Culture en pot : je n’ai jamais essayé, vous pouvez la tenter, mais prévoyez un contenant important et bien stable.

Conseils + : elle supporte jusqu’à – 10°C. Si vous la plantez au nord de la Loire, protégez son pied l’hiver avec une bonne couche de paillage. 

 

 

 

©nateabbott

 

Bijoux d’automne

Le Chasmanthium latifolium est bien plus intéressant que le laisse présager son look d’avoine toute bête… Rien de remarquable à signaler du côté des feuilles vert clair sauf à l’automne quand elles adoptent une jolie couleur jaune dorée ; la floraison en épillets est en revanche des plus craquantes. Les petits bijoux naissent verts puis passent au bronze teinté de rouge en automne avant de pâlir et de devenir couleur chamois. Quand le soleil ou le vent viennent les caresser, c’est magique ! La rosée les fait scintiller et un coup de gel les met également en valeur ! À rabattre en fin d’hiver ou début de printemps. La plante est rustique à – 15 °C. Hauteur adulte : 80 cm.

Conseil + : n’hésitez pas à la planter même en sol argileux.

 

©jpldesigns

Le frileux de la bande

Ne comptez pas conserver cette herbe aux écouvillons d’une année sur l’autre ! Ce Pennisetum setaceum ‘Rubrum’ ne passera pas l’hiver au jardin. Il gèle à 4°C environ. Il est donc cultivé partout en annuelle (on le voit souvent dans les massifs plantés par les municipalités). De juillet à octobre, ses épis pourpres et argentés, captent superbement le soleil et son feuillage quasi chocolat se voit de loin. Vous pouvez l’installer pour occuper un trou dans un massif à la belle saison,  en avant-plan d’une graminée plus grande et à floraison claire ou le planter en bac avec d’autres plantes annuelles.

Conseil + : plantez à ses pieds un tapis d’alysse odorante.

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.