Le spécialiste des Viburnum, c’est Maurice Laurent. Dans sa pépinière-jardin de Saint-Romain-en-Gal, il cultive des dizaines et des dizaines de viornes ! Des belles et bonnes plantes à adopter dans tous les jardins. 

Hortus Focus. Les Viburnum, ce sont des arbres ou des arbustes ?

pépiniériste Maurice Laurent

Maurice Laurent. Les deux ! Certains Viburnum ne dépassent pas les 50 cm comme le Viburnum opulus ‘Nanum’. Le Viburnum lentago, par exemple, grimpe jusqu’à une dizaine de mètres de haut, au bord des rivières en Amérique du Nord. 

Ce sont plutôt des arbustes à feuillage caduc ou persistant ?

On compte grosso modo un tiers de caducs et donc, deux tiers de persistants. La plupart des espèces à feuilles caduques ont l’avantage de bien se colorer à l’automne. Et cette coloration s’accompagne de fruits déjà colorés ou en train de se colorer. Un joli feu d’artifice avant l’hiver. 

Les floraisons sont-elles très différentes ?

Oui ! Les fleurs sont très différentes d’une espèce à l’autre. On trouve des fleurs plates comme chez les hydrangéas “bonnets de dentelle”, mais aussi des grappes ou des boules. Tout le monde connaît le Viburnum opulus, le fameux “boule de neige”. Comme il se marcotte facilement, il a été installé dans de très nombreux jardins. Le laurier-tin (Viburnum tinus), très utilisé en haie dans les régions méditerranéennes, fait aussi partie de la grande famille des viornes, on l’ignore souvent.

©saratm

Quand les Viburnum fleurissent-ils ?

Tout dépend de l’espèce là encore. Dans mon jardin, j’en ai toujours au moins un en fleurs ! Bien sûr, nombreux sont ceux à fleurir au printemps. C’est une explosion, une opulence magique à partir du mois d’avril jusqu’au mois de juin. Puis, les fleurs sont remplacées par les fruits pour prolonger le plaisir.

©vovashevchuk

Toutes les viornes produisent-elles de jolis fruits ?

La plupart d’entre elles, allez on va dire 90%, offrent une belle fructification. Les baies sont roses, rouges, bleues, noires, oranges. Elles ne sont pas toxiques, mais j’ai essayé de manger des baies de boule-de-neige, c’est franchement dégueulasse ! En Amérique du Nord, les baies de la viorne à feuilles de prunier (Viburnum prunifolium), de la bourdaine (V. lentago), de blackhaw rouilleux (V. rufidulum) sont consommées. Les Canadiens et Américains utilisent aussi les baies de la viorne trilobée (V. trilobum), l’équivalent de notre “boule de neige” pour faire de la gelée. Ils appellent le fruit le “pimbina”.

Les oiseaux en sont-ils friands ?

Oh que oui ! Ils se délectent des baies de la plupart des espèces. Les piafs de mon jardin s’en régalent, surtout des baies de la viorne plissée (V. plicatum) qui produit une énorme fructification. Il faut les voir guetter les baies. Ils les dédaignent quand elles sont rouges, mais dès qu’elles passent au noir, ils fondent dessus. Les oiseaux savent très bien faire la différence entre la déco et le manger. 

Faut-il planter les viornes en isolé, dans un massif ou dans une haie ?

Tout est possible. Un beau Viburnum fera de l’effet tout seul, mais j’aime bien conseiller de les intégrer à une haie libre. En plantant plusieurs espèces et variétés, on a un étalonnement des floraisons et des fructifications, ce qui est intéressant pour nous et nos oiseaux. 

Dans quelle terre les planter ?

Ils sont très accommodants. Certains poussent dans des terres calcaires et d’autres, comme la viorne plissée, préfèrent les terres acides, mais ils ont la gentillesse de s’adapter à tous les terrains. La terre de mon jardin a un pH de 8, donc très calcaire, il n’y a que le Viburnum japonicum qui n’a jamais voulu pousser chez moi. Tous les autres se sont adaptés. 

Peut-on ou doit-on les tailler ?

Viburnum plicatum ‘Mariesii’ ©miazeus

Oui, mais c’est dommage ! Si on taille après la floraison, on supprime la fructification. Si on taille en hiver, on supprime la floraison printanière ! Plantez-les et fichez-leur la paix… Évidemment, vous pouvez tailler au sécateur pour rectifier une silhouette déséquilibrée, mais allez-y doucement. 

Les viornes poussent-elles bien en pot ?

Oui, mais il faut prévoir un grand pot. Une viorne plissée, dans un gros pot, ça fait de l’effet. À condition de ne pas l’installer sur une terrasse, contre un mur, en plein cagnard. Il faut aussi surveiller les arrosages, la terre sèche vite dans les pots. Pour une culture en pot, je vous conseille le Viburnum harryanum. Il est d’ailleurs presque plus joli en pot qu’au jardin.  

Faut-il leur donner à manger ?

À la plantation, vous pouvez mettre un engrais de fond comme de la corne broyée ou du fumier déshydraté ou non. Par la suite, l’idéal, c’est de leur apporter, une fois par an, du compost ou du guano. J’adore le guano. Ça pue, mais c’est excellent pour les plantes !

 

Pour consulter le catalogue de la pépinière Maurice Laurent, c’est PAR ICI !

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.