Impossible de ne pas l’aimer ce cinéraire maritime ‘Angel Wings’. Son feuillage persistant, doux comme du velours, incroyablement lumineux, se repère de loin. Comme il est facile de culture en pleine terre ou en pot et qu’il se marie volontiers avec de nombreuses plantes, pourquoi s’en priver ? 

‘Angel Wings’, sa vie, son œuvre (!)

Ce Senecio candicans est né au Chili ! Une obtention horticole récente qui a déjà plu (et qui va plaire…) à bon nombre de jardiniers. Il suffit de jouer les bignoles sur les fêtes des plantes pour voir que cette plante se vend – et c’est bien – comme des croissants le dimanche matin ! 

senecio Angel Wings - Hortus Focus

©Dimitri Kalioris

Pourquoi on aime ‘Angel Wings’ en 7 points

  • Son feuillage :  comme beaucoup, je me pâââââme devant ses feuilles blanc argenté persistantes qui attirent les yeux (et les mains, je vous promets, c’est incoercible).
  • Sa luminosité : c’est un truc un peu fou. Vous l’installez dans un endroit du jardin un peu tristouille (voire carrément tarte, on a tous des coins comme ça) et là, boum, coup de projo. Que la lumière soit !  
  • Sa résistance à la sécheresse : il n’en a pas grand-chose à faire des coups de sec. On parle de plantes adaptées au changement climatique ? Voici un candidat sérieux, bien adapté. Et quand il est bien installé, pas besoin d’arroser… Mais n’oubliez pas de bien drainer à la plantation car ‘Angel Wings’ ne sait pas se servir d’une bouée de sauvetage (il se noiera vite fait). 
  • Sa facilité d’adaptation : pleine terre ou pot, il s’en fiche le sénécio ‘Angel Wings’. Tout lui va ! De quoi faire des jaloux-jalouses !  Et puis soleil ou mi-ombre, ça lui est égal. 
  • Son faible encombrement : à maturité, il peut atteindre 70 cm de large et 50 cm de haut. Donc, capable de se caser un peu partout. 
  • Son amour des embruns : toutes les plantes ne font pas leurs malines en bord de mer. Lui, si ! Et vazy que je te prends le vent salé encore et encore. Même pas mal !
  • Son goût pour la polygamie ou la polyandrie : ben quoi ? Il a bien le droit de se marier avec qui il veut, non ?  Vive le sénécio ‘Angel Wings’ libre, non mais !

On lui pardonne…

  • Sa rusticité franchement moyenne : En dessous de – 7°C, Monsieur ne fait pas le fiérot. Feuilles flappy, crise de  nerfs, pas content, disparition, enterrement, exhumation, remplacement ou plantation en pot et puis voilà. Et si, prudents, vous l’avez cultivé en pot, yapuka l’hiverner. 
  • Sa floraison bof : jaune moutarde foncé, pas terrible, en juillet-août. Vous pouvez même la zigouiller parce que, bon, on s’en fiche un peu de la floraison, non ? 

Ses meilleures copines

On va se faire des ennemi(e)s parmi les plantes, mais il faut bien choisir. Voici quelques idées d’associations qui marchent à coup sûr. Si vous aimez les mariages en gris : santoline, armoise, plante-curry, lavandes. Si vous voulez jouer les contrastes, le choix est large : Alchemilla mollis, dahlias nains orange, petit phormium à feuillage cuivre, pélargoniums roses, sauges rouges, coquelourdes, des mini surfinias, graminées aux mêmes exigences… Faites-vous plaisir ! À la maison, j’en ai un installé en pot. J’ai enterré en partie le pot au milieu d’un tapis d’Ophiopogon planiscapus ‘Nigrescens’. On dirait que cela lui fait un tutu noir, j’adore !  

 

 

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial