Oubliez les thuyas et autres haies moches, car monospécifiques ! Pensez biodiversité et arbustes à fruits comestibles pour nous ou pour les oiseaux. Les conseils de Frédéric Lantin, dont la pépinière Ribanjou produit des petits fruitiers classiques et très originaux. 

Pour tout le monde ! 

Ce type de haie poursuit un double objectif esthétique et nourricier. Du côté de l’esthétisme, on profite aussi bien des floraisons, des colorations automnales, de ports et de tailles très différents. Du côté des baies, là encore, le choix est assez large : elles peuvent être noires, rouges, jaunes, plus ou moins orangées. Et les combinaisons entre les arbustes sont infinies. Il faut juste faire attention quand on dispose d’un petit jardin, à respecter les hauteurs “imposées” par le voisinage. Généralement, au-delà de 3 m, ça peut râler. Il suffit juste de choisir les bonnes espèces. 

Pour les jardins de petites et moyennes dimensions 

L’amélanchier à feuilles d’aulne (Amelanchier alnifolia)

Le plus petit et le plus fructifère de tous les amélanchiers (sauf en région littorale, car il a besoin de froid pour fructifier). Il s’implante vraiment facilement. Les baies noir violacé se récoltent en été. Ils peuvent se croquer frais ou passer au chaudron pour devenir confitures. Feuillage caduc. À partager avec nos copains à plumes.

Amelanchier alnifolia - Dubasov Evgenii

©Dubasov Evgenii

Arbutus unedo - Hortus Focus

©Rott70

Arbousier, arbre aux fraises (Arbutus unedo)

À conseiller, car il conserve ses feuilles en hiver. Son cycle est original : il donne ses fruits orangés (dégustez-les crus, en jus, en sorbet, etc.) à l’automne et produit ses fleurs en même temps. Dès la troisième année, l’arbousier produit beaucoup, vous pouvez partager le butin avec les pépieurs

Épine-vinette (Berberis vulgaris)

Belle floraison jaune en mai-juin, feuillage caduc à belles couleurs automnales. Les tiges sont assez épineuses. Comme quoi une haie peut être à la fois gourmande… et défensive. Jolis fruits rouge vif de saveur en septembre. Les oiseaux en raffolent ! Si vous n’aimez pas trop l’acidité, laissez-les aux emplumés. Sinon faites-en des compotes, des confitures et même des fruits secs. 

Berberis vulgaris - Hortus Focus

©Iropa

 

Fleur de feijoa – Acca-sellowiana @Magdevski

©Armastas

Goyavier du Brésil (Feijoa sellowiana)

Il fleurit de mi-mai à fin juin. Savez-vous que vous pouvez consommer les sépales du feijoa ? Ils sont blancs, charnus, douceâtres, très agréables à consommer. Une saveur à découvrir. Mais ne mangez pas les étamines rouges, elles n’ont aucun intérêt (et en plus, elles restent coincées entre les dents !). Feuillage persistant. Les oiseaux aiment autant les fruits que nous… 

Ronce des neiges (Rubus deliciosus)

Vigoureuse, et sans épine, mais peu productive. Fleurs blanches qui ressemblent à celles des églantiers. C’est une petite grimpante sympa qui se balade un peu de ci, de là dans la haie. Petits fruits noirs à laisser aux oiseaux.

Rubus deliciosus - Hortus Focus

©Ulf Eliasson / CC-by-SA

Aronia melanocarpa - Hortus Focus

©gojak

Sorbier noir (Aronia melanocarpa)

À réserver aux terres humides, un peu fraîches. Ce sorbier reste petit (entre 1 et 2 mètres). Sa floraison en ombelles en avril-mai est extrêmement mellifère, et suivie de baies noires, très riches en antioxydants. Elles peuvent être transformées en confitures ou ajoutées à des tartes. On n’a pas l’habitude de consommer de  ces fruits au parfum atypique, mais vraiment intéressants. Pour nous… et les oiseaux ! 

Haie gourmande pour grands espaces

Amélanche du Canada (Amelanchier canadensis)

Le plus connu des grands amélanchiers. Il peut monter jusqu’à 6 – 7 voire 10 mètres et se comporte bien dans des haies hautes. Floraison blanche éphémère, mais spectaculaire début avril suivie de très nombreuses baies bleu foncé à déguster crus ou cuits. Cueillez tout ce que vous souhaitez, les oiseaux se chargeront de se régaler du reste. Les feuillages sont magnifiques à l’automne, très différents selon les espèces et les cultivars. 

Amelanchier canadensis - Hortus Focus

©Natalia Garmasheva

Sorbus domestica - Hortus Focus

©Fedsax

Cormier (Sorbus domestica)

Après floraison entre avril et juin suivant les régions, il produit au mois de juillet des fruits bien sucrés appelés cormes ou “poirillons”. Historiquement, les cormes entraient dans la composition de l’eau-de-vie. Vous pouvez en faire de la compote ou les croquer dans le verger. À partager avec les oiseaux !

Sureaux à fruits noirs, rouges ou bleus (Sambucus)

Leur feuillage caduc, vert, doré, noir ou panaché est très décoratif. Toutes les floraisons en larges ombelles sont printanières, mellifères et généreuses. Les fruits se récoltent en septembre, voire début octobre. Ils se consomment crus, mais sont bien meilleurs transformés en sirop, gelée, confiture, liqueur. Laissez-en quand même aux oiseaux. À noter que les sureaux se taillent bien (on peut même les recéper s’ils ont pris leurs aises). 

baies de sureau - Hortus Focus

©jaye19

Sorbier des oiseaux - Hortus Focus

©vvvita

Sorbier des oiseaux (Sorbus aucuparia

Ces arbres peuvent prendre de bonnes proportions, entre 8 et 10 mètres. On les trouve souvent en deuxième strate dans les forêts, en lisière de bois. Ils donnent des petits fruits consommés par les oiseaux (qui sont très attirés par l’alisier)Ces baies sont un peu trop astringentes pour nous. 

Conseil de plantation : dans un grand jardin, privilégiez les haies doubles. Plantez les arbustes en deux rangs espacés d’un mètre environ. Installez les plantes en quinconce. L’effet écran est très intéressant et les plantes pourront pleinement s’exprimer. 

Faut-il tailler une haie gourmande ?

Ce ne sont pas des haies qui nécessitent beaucoup d’entretien. Mais si certaines plantes prennent trop d’importance au détriment d’autres, intervenez ! Calmez les plus vigoureuses pour permettre aux copains de mieux vivre. Vous pouvez tailler en automne et en hiver, en arrêt de végétation pour ne pas trop stresser les arbres et arbustes. N’intervenez pas au printemps, des oiseaux peuvent avoir choisi de nidifier dans votre haie. Si vous les dérangez, ils iront s’installer ailleurs. 

Il faut savoir aussi qu’une haie évolue naturellement en fil des années. Certaines espèces vont y vivre dix ou quinze ans puis vont péricliter et disparaître. La place sera prise par les végétaux qui vivent plus longtemps. Ils en profiteront pour se développer dans les espaces laissés libres. 

Attention ! Il y a chèvrefeuilles comestibles et chèvrefeuilles toxiques.

©undefined

Les chèvrefeuilles peuvent être insérés dans les haies. Comme ils n’aiment pas la chaleur, ils profiteront de l’ombre portée par les autres végétaux. Les chèvrefeuilles développent tous des fruits toxiques à l’exception de Lonicera edulis et Lonicera kamtchatka, que vous trouverez sous le nom de Baie de Mai ou camérisier.

La Baie de Mai produit des petits fruits, bleu pruiné, allongés qui arrivent à maturité au mois de mai.  Les fruits se dégustent crus ou transformés en jus, en compote, etc. Cet arbuste de comporte très bien dans une haie gourmande. 

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial