La rhubarbe indienne

la rhubarbe indienne
Claudia Cooper

Si vous avez un peu de place dans votre jardin, pensez à la rhubarbe indienne. Le Darmera peltata (ou saxifrage pelté, ou plante parapluie) est une vivace à grandes feuilles à installer en sol frais, à mi-ombre.

Les fleurs avant les feuilles

En avril-mai, des fleurs rose pâle s’épanouissent au bout de grandes et solides tiges pourpres. Les abeilles et les papillons les aiment beaucoup. Puis viennent les grosses feuilles, rondes (40 cm de large environ). Elles couvrent le sol et prennent des teintes d’orangé à pourpre à l’automne. Il faut attendre 4 à 5 ans pour que la rhubarbe indienne atteigne sa pleine maturité.

Rhubarbe indienne
©Tom Meaker

Faute de gunnère…

Vous avez un petit jardin et un bassin ? Une gunnère (Gunnera) prendra beaucoup trop de place. Le Darmera peltata, originaire des forêts de l’ouest des États-Unis (où il pousse jusqu’à 1800 mètres d’altitude), la remplacera très bien par ses dimensions adaptées à un petit jardin. En revanche, il faudra vous assurer qu’il ne souffre pas de sécheresse et donc l’arroser si besoin. Pas de cagnard non plus, il ne le supporte pas. 

Et si votre jardin est tout petit petit, il existe la variété ‘Nana’ aux dimensions beaucoup plus modestes (30 cm de haut).

La rhubarbe indienne prend de superbes couleurs en automne.

rhubarbe indienne
©np-e07

Fiche de culture – Darmera peltata

  • Famille : Saxifragacées.
  • Type : vivace rhizomateuse, à feuillage caduc.
  • Exposition : mi-ombre.
  • Sol : riche, humifère et restant frais. Parfait sur une berge. 
  • Floraison : printemps.
  • Rusticité : – 30°C. 
  • Dimensions : 1 m de haut minimum x 60 cm de large.
  • Plantation : automne ou printemps. 
  • Hiver : protégez bien la souche les premières années. 
  • Multiplication : le semis est possible, mais le prélèvement d’éclats (avec au moins un œil), au printemps, est le moyen le plus sûr de réussir.

Quels compagnons pour la rhubarbe indienne ?

Ces plantes de sol humide feront bien l’affaire : reine des prés (Filipendula ulmaria), iris, Hemerocallis fulva, linaigrette (Eriophorum angustifolium)

« Si les Indiens Karok et Miwok l’employaient dans leur cuisine comme légume ou comme agent blanchissant de la bouillie de glands (considérés aujourd’hui comme préjudiciables à la santé et donc impropres à la consommation), on n’en trouve pas d’usage populaire récent » (Éric Lenoir, in « Plantes Aquatiques et de terrains humides, éd. Ulmer).

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

la rhubarbe indienne
Share via
Copy link
Powered by Social Snap