Cher narcisse à mon cœur, dans les sous-bois tu t’épanouis ;
Au mois de mars, chaque jour tu nous souris.

J’ai la chance chaque année de voir s’ouvrir les fleurs du narcisse sauvage d’Europe et il me semblait important de partager avec vous tous notre belle sauvageonne si souvent oubliée mais toujours aimée. Il est évidemment nécessaire d’en parler pour mieux les protéger.

Le narcisse sauvage (Narcissus pseudonarcissus), classé dans la majeure partie du territoire français, est une bulbeuse qui se trouve encore dans quelques stations non touchées par l’agriculture conventionnelle si destructrice de nos milieux écologiques.

Il réapparait chaque mois de mars en colonies plus ou moins denses en divers lieux. On le trouve en sous-bois clairs, bordures de forêts, clairières et parfois grandes prairies. Il aime les sols humifères, mais peut se contenter de peu de profondeur et vit assez bien dans un sol moyennement riche. Il supporte même une sécheresse modérée. Pas trop près tout de même car il déteste le sel !

UN GENTIL ENVAHISSEUR

©wikimedia

©wikimedia

Si on le laisse vivre sa vie, il colonise en douceur le milieu, laissant la place dès fin avril aux autres plantes actives à la belle saison. Les ronces ne lui font pas peur, mais il préfère la présence des belles anémones et des jacinthes des bois qu’il côtoie souvent. Ces dernières prendront le relais lorsque Narcisse sera défleuri.
Il a le grand avantage d’accepter de vivre au milieu des chênes et des aulnes aux racines envahissantes, cela ne lui fait pas peur et ne le dérange aucunement.

LE RETOUR DES BEAUX JOURS

Et puis, il annonce le printemps, narcisse aux jaunes si doux. Une seule fleur par plante, des centaines de plantes par station. Sa couronne a le jaune plus foncé mais délicat ; un jaune acide quelque peu translucide. Ses six tépales légèrement vrillés sont jaune pâle composées d’un damier très fin faisant penser au damier des fritillaires pintades. Son feuillage vert franc est fourni et finalement dense.
Avec le développement de la culture écologique et de l’agroforesterie, nous pouvons espérer de belles années pour cette plante endémique si précieuse, comme pour ses consoeurs.
Némésis peut donc se tranquilliser, sa vengeance nous a donné une fleur de narcisse agréable à regarder et attendue, chaque année.

Audrey Funten
Jardin-pépinière La Rosée

 

Autres articles à consulter

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.