Le temps d’un semestre, Blandine a étudié la biologie en Ille-et-Vilaine.  C’est là qu’elle a fait la connaissance du lupin blanc (Lupinus albus)… 

Mes deux collègues d’alors étant des gens très réservés, je me suis tournée vers un autre interlocuteur qui lui, m’a raconté plein de choses ! Merci petit lupin blanc d’avoir partagé tes secrets avec moi…

Je connaissais le lupin d’ornement et ses grandes grappes de  fleurs de toutes les teintes de roses, violets, rouges et jaunes… De quoi faire passer à la trappe son petit frère blanc, absent de nos jardins.

Et pour cause ! C’est dans les champs du grand-ouest qu’on le retrouve. Cultivé pour ses graines à l’intérieur jaune vif aux multiples atouts, le lupin a le vent en poupe…

Pas si amer que ça…

Le lupin est originaire du bassin méditerranéen Lupin, Lupinus albusoù il a été cultivé très tôt par les Grecs et les Égyptiens. Le développement de sa culture dans le nord de l’Europe est plus récent et date du XVIIIème siècle.

Son nom provient du latin « lupus », signifiant « loup ». L’amertume de la graine de lupin, l’amertume liée au loup autrefois très craint… La liaison est indirecte et elle n’est de toute façon plus d’actualité puisque notre lupin blanc d’aujourd’hui a été sélectionné pour sa faible teneur en alcaloïde. Aujourd’hui, il ne garde de cette amertume qu’un léger goût végétal/noisette.

A table !

Le lupin a toutes les raisons de s’inviter dans nos assiettes : aussi riche en protéines que le soja (35 à 40 %) mais à teneur plus faible en amidon (1 %), le lupin est aussi riche en fibres et en minéraux diverses.

Comment le manger ?

Il a fallu que je fourmille d’idées pour faire profiter le plus de papilles possibles des bienfaits de cette petite Fabacée ! Picoré sous forme de graines saumurées, becqueté sous forme de flocons, en pépites en farines ou en protéines. Lupin, lupinus albus

Si vous le couplez dans vos assiettes avec une céréale, tous vos acides aminés seront apportés. Et surtout, de petites touches jaune vif coloreront vos menus !

C’est bon pour la santé !

Ci-dessous une petite liste scientifiquement valable (bibliographie à l’appui pour ceux qui douteraient) des principaux effets bénéfiques de notre petite légumineuse :Lupin, lupinus albus

  • Prévention des maladies cardiovasculaires, car il diminue le taux de cholestérol, réduit l’index glycémique des menus, diminue l’hypertension et a un effet satiétogène 
  • Maintien de la sphère cognitive (réfléchissez encore mieux !), car il est riche en acides gras ω3, en vitamines B1, B2, B3 et en fer, zinc, potassium, magnésium.
  • Prébiotique : ma première expérience du lupin a eu un effet retentissant sur ma flore intestinale qui a accueilli avec joie les fortes teneurs en fibres du lupin… 

En plus, il est écolo !

Mais le lupin ne s’arrête pas là ! En plus de ravir nos papilles, notre cœur, nos neurones et nos bactéries coloniques…, cette légumineuse est capable de fixer l’azote de l’air par symbiose avec des Rhizobium présentes dans des nodosités. Cet engrais naturel s’adapte aux sols pauvres en phosphore. Ainsi, l’intégration d’une légumineuse dans une rotation de cultures présente un grand intérêt agronomique et permet de limiter l’apport en engrais.

Bon pour nous, bon pour la planète, petit lupin blanc, tu as donc plein de qualités…Il te manquait juste celle de me sociabiliser avec mes congénères humains d’Ille-et-Vilaine.

Une autre fois peut-être avec une autre plante…

Blandine travaille dans la recherche clinique. Curieuse, elle aime la nature, les balades, admirer les paysages, les fleurs, les plantes, et se documenter sur tout ce qui l’entoure…

 

Autres articles à consulter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.