Laurent Bourgeois cultive une grande collection de thyms dans sa pépinière de la Drôme. Cette plante aromatique se plait en pleine terre ou en pot. On peut l’utiliser pour ses propriétés médicinales ou culinaires. Petit tour dans le monde des thyms pour savoir quelle espèce choisir et comment cultiver chez vous cette plante utile. 

Hortus Focus. D’où vient le thym ?

Laurent Bourgeois ©Isabelle Morand

Laurent Bourgeois. Sa région d’origine, c’est le pourtour méditerranéen. C’est donc une plante qui apprécie les terrains secs. Comme il supporte très bien le froid, il peut pousser dans de nombreuses régions et notamment en montagne, jusqu’à 1 800 m d’altitude.

Où et comment le planter ?

En pleine terre ou en pot, peu importe. En revanche, il faut savoir qu’il déteste les excès d’humidité, ça le fait mourir. Donc, si vous le plantez en pot, n’oubliez pas d’installer une bonne couche de drainage (graviers, cailloux, billes d’argile) dans le fond du contenant et videz les soucoupes. Ses racines ne doivent pas baigner dans l’eau. En pleine terre, c’est pareil. Pensez à bien drainer le trou de plantation ou alors cultivez le thym sur une petite butte de terre.

Tous les thyms ont-ils les mêmes propriétés ?

Non. Ici, nous cultivons des thyms à chémotypes un peu particuliers. On parle de chémotype pour définir les concentrations en certains éléments chimiques qui composent le thym, notamment pour les espèces à vocation clairement médicinales qui vont être utiles pour soigner des pathologies très différentes. Le thym à linalol, par exemple, est plutôt doux ; on peut en faire une infusion qui convient aux enfants. Les thym à thuyanol ou à thymol sont plus puissants ; ils ont de fortes capacités antiseptiques et antibactériennes, mais sont à réserver aux adultes. 

Sont-ils tous intéressants en cuisine ?

Ils sont tous consommables, mais certaines espèces et variétés ont des parfums si faibles qu’ils passeront totalement inaperçus.  D’autres développent des arômes de citron, d’orange, de cumin et ils apportent des saveurs précieuses en cuisine. Le thym commun est parfait pour accompagner les viandes, les grillades, les légumes d’été, les tomates. Le thym serpolet apporte une note douce, suave. Les thyms citron, par exemple, relèvent les poissons et les salades.

La sélection Hortus Focus pour la cuisine

Thym citron panaché ©chiyacat

  • Thym citron et citron panaché (Thymus ‘Golden King’) :  relèvent poisson et desserts.
  • Thym serpolet blanc (T. serpyllum var. albus) : à servir avec des tomates, des aubergines et des courgettes. 
  • Thym ‘Foxley’ (T. pulegoides ‘Foxley’) : pour parfumer le vinaigre. 
  • Thym orange (T. ‘Fragrantissimus’) : en infusion, en marinade, dans les sauces au vin.
  • Thym rouge (T. zygis) : dans les ragoûts et les plats à base de gibier.
  • Thym commun (T. vulgaris) : grillades, bouquet garni, sur des pommes de terre.
  • Thym cumin ou thym corse (T. herba-barona) : pour aromatiser les soupes, le pain et le fromage. 
  • Thym ‘Lemon Curd’ : pour les desserts (crème, flan et salade de fruits).

 

Pour découvrir toutes les espèces et variétés de thyms cultivés chez Arom’Antique, par Katia et Laurent Bourgeois, c’est PAR ICI ! 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.