Le verger communal d’Arcis-sur-Aube fête ses dix ans. L’association locale des Croqueurs de Pommes qui en a la charge compte une dizaine de bénévoles. Anne Loiseau participe activement à la plantation, la taille et l’entretien de quelque 200 variétés anciennes de pommiers et de poiriers. 

Hortus Focus. Quels sont les objectifs poursuivis par les Croqueurs de Pommes ?

Anne Loiseau. Depuis 1978, l’association nationale, créée à l’initiative de Jean-Louis Choisel, se consacre à la conservation des variétés anciennes, à leur fructification et à les faire connaître du plus grand nombre. Les Croqueurs de Pommes rassemblent plus d’une soixantaine d’associations locales qui organisent des colloques, des visites de verger pour les petits et les grands, des cours de taille ou de reconnaissance des variétés. 

 

 

Que trouve-t-on dans votre verger du prieuré ?

Nous avons planté jusqu’à présent une cinquantaine de variétés de poires et environ 150 variétés de pommes. Le verger n’étant pas immense, nous avons choisi de cultiver des fruitiers colonnaires, formés en gobelet, en espalier ou conduits en cordon. Du côté des poires, ce sont avant tout des variétés qui poussent un peu partout sur le territoire. Rien à voir avec les pommiers dont il existe bon nombre de variétés locales ou régionales. Chez nous, en Champagne, on trouve par exemple la ‘Transparente de Croncels’, une obtention de Charles Baltet. Ce pépiniériste troyen et son frère Ernest sont les créateurs de plusieurs dizaines d’autres variétés fruitières parmi lesquelles la pomme ‘Cramoisie de Croncels” et la poire ‘Dr. Jules Guyot’.

 

 

J’imagine qu’il s’agit d’un verger bio ?

Oui, bien sûr ! On fait quelques traitements à la bouillie bordelaise mais c’est tout. Le but d’un verger communal comme le nôtre, ce n’est pas de produire des fruits mais de conserver ces anciennes variétés afin de pouvoir les transmettre. 

Que faites-vous des fruits récoltés ?

Nous organisons des Portes Ouvertes pour les faire goûter. Mais on les vend aussi. Au profit de l’Association ou comme en 2015, au profit du Téléthon. 

Les variétés fruitières anciennes peuvent-elles bien pousser en pot ?

Oui, on peut les cultiver en pot, sur les terrasses et balcons. Il faut juste veiller à les tailler pour que l’arbre ne parte pas dans tous les sens. 

 

  • Pour rejoindre Les Croqueurs de Pommes de l’Aube ou vous renseigner sur les activités proposées, c’est PAR ICI !
  • Pour rejoindre une autre association quelque part en France et connaître les dates des stages, fêtes organisées par Les Croqueurs de Pommes, c’est PAR LÀ !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.