Dans “Le père Noël est une ordure”, Zézette épouse X les récupère pour les transformer en cendriers… Chacun son truc après tout ! Mais, sans rire, que faire de ces dizaines de milliers de tonnes de coquilles d’huîtres auxquelles s’ajoutent d’autres milliers de tonnes de coquilles de moules, palourdes, bulots, praires et autres saint-jacques ? 

Direction le jardin !

Avant de les utiliser, il faut évidemment les concasser. Pour les rendre plus friables, vous pouvez les faire bruler dans la cheminée ou les passer au four très chaud pendant une demi-heure. Puis, placez les coquilles dans un torchon épais et allez-y au marteau. Faites des morceaux les plus fins possible. N’oubliez pas de porter des gants. On peut aussi les fracasser à coups de pierre plate, mais c’est moins efficace.

 

  • ©tamjai9


    Et zou, aux poules ! Réduites en tout petits morceaux, les coquilles d’huîtres sont un excellent complément alimentaire pour les poules. Le calcium qu’elles contiennent renforce la coquille d’œuf. 
  • Au compost : elles s’y dégraderont bien si vous les y jetez en petits morceaux.
  • Dans les pots : vous pouvez utiliser des morceaux plus gros pour remplacer les billes d’argile ou tout autre matériau drainant.
  • Dans le sol : à utiliser comme amendement calcaire pour obtenir un sol plus meuble et donc plus facile à travailler… 
  • Une arme anti gastéropodes : à disposer autour de vos plantes dont raffolent les escargots et limaces. Les débris sont encore un peu coupants et leur “scient les pattes”.

Pensez aux filières de recyclage

  • Des bennes spécifiques : certaines communes ou communautés de communes ont installé dans les déchetteries des bennes destinées uniquement à la récupération des coquilles d’huître (Le pays des Herbiers en Vendée, Ile d’Oléron, Marennes, Grand-Lieu, Ancenis, Saint-Gilles Croix-de-Vie…).
  • Leurs secondes vies : des sociétés spécialisées récupèrent les coquilles collectées (mais aussi les pertes des ostréiculteurs). À Périgny, par exemple, à côté de La Rochelle, les coquilles arrivent de partout jusqu’à la société Ovive ; elles y sont transformées en complément alimentaire pour les poules. Mais pas seulement ! D’autres valorisations de ces déchets sont moins connues : utilisation dans la fabrication de jardinières, dans le remblai des routes et des ronds-points. Enfin, la nacre extraite des coquilles est employée dans les produits cosmétiques, les peintures et revêtements d’intérieur ou les éléments de décoration pour aquariophile. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.