Ces plantes vivaces à feuillage persistant sont encore méconnues, mais elles gagnent vraiment à être découvertes ! Les restios sont des végétaux très décoratifs, poussent au jardin comme en pot. Et on ne leur connait aucune maladie ! Le pépiniériste Philippe Viton nous en dit plus ci-dessous, et dans notre vidéo. 

Hortus Focus. D’où viennent les restios ?

Philippe Viton, pépinières La Hulotte. On en trouve surtout dans la région du Fynbos (la pointe sud de l’Afrique du Sud). Ils poussent en bord de mer, sur une largeur assez faible de quelques kilomètres, mais jusqu’à 1200 m environ. Jusqu’à présent, on a recensé 485 espèces de restios, dont 450 en Afrique du Sud. Les autres espèces sont originaires d’Australie et de Nouvelle-Zélande et croissent dans les mêmes conditions.

Baloksion tetraphyllum ©Isabelle Morand

Peut-on les cultiver partout en France ?

Le climat de l’Afrique du Sud permet de les cultiver dans une grande partie de la France. Mais il faut savoir que la résistance au gel est de – 10°C, en moyenne, et ce pour toutes les espèces. Donc, on peut en avoir dans bon nombre de régions, mais pas partout. Elles poussent dans un sol qui ressemble beaucoup à une lande bretonne ou au maquis corse, c’est-à-dire des sols très peu profonds, plutôt acides.

Faut-il les cultiver au jardin ou en pot ? Deviennent-ils grands ? 

Les deux sont possibles. Mais en pot, il faudra rempoter tous les ans ou tous les deux ans maximum. Pour la taille, renseignez-vous bien sur leur hauteur adulte, car certains adoptent un port quasi rampant et ne dépassent pas 30 cm de haut. D’autres peuvent atteindre 3 m. 

Restio subverticillatus © Isabelle Morand

Quels sont vos conseils de culture ?

 Il faut les installer dans un sol drainant, mais non desséchant. Décompactez bien le sol sur 20 à 30 cm, mettez au fond du trou de plantation (ou dans le pot), une bonne couche de billes d’argiles ou du gravier avant d’installer la plante dans un mélange de terre de bruyère, terreau, compost et terre de jardin. Par la suite, arrosez modérément. En Afrique du Sud, cette plante reçoit un gros mois de pluie seulement.  Donc, les restios supportent très bien les à-coups de sécheresse et de grosses chaleurs, mais il faut quand même leur donner de l’eau de temps en temps. Côté exposition, ce sont des plantes qui supportent la mi-ombre comme le plein soleil. Dans un coin légèrement ombragé, elles apporteront une touche de lumière très appréciable. 

Y a-t-il des erreurs à ne surtout pas commettre ?

Les planter dans des terrains très lourds, gorgés d’eau et les terres très calcaires. 

Supportent-ils bien les vents marins ?

Globalement, ils sont tous très résistants aux vents, y compris les vents marins en raison de leurs origines. Les plantations que j’ai pu observer sur les côtes bretonnes laissent place à pratiquement toutes les espèces qui sont actuellement disponibles sur le marché. J’ai pour le moment une vingtaine d’espèces différentes et parmi les restios d’Afrique Elegia tectorum et Elegia elephantina (tous deux anciennement Chondropetalum) sont sans surprises dans ces situations. Thamnochortus cinereus et T. insignis se comportent très très bien aussi. Enfin, une espèce de Nouvelle-Zélande, Apodasmia similis, est très prometteuse aussi acceptant les sols saumâtres aussi bien que les plantations en ville dans différents types de sols. Je prépare un fascicule sur ces restios pour le printemps, en collaboration avec Florence Houchot pour faire mieux connaître ces bonnes plantes. 

 

Thamnochortus cinereus ©Isabelle Morand

Quels sont les autres atouts des restios ?

Ce sont des plantes qui ne nécessitent ni taille ni engrais. On ne leur connait aucune maladie. Leur feuillage juvénile est très joli, plus ou moins frisotté en fonction des espèces. Enfin, ce sont des plantes qui “accrochent” très bien la lumière.

Si j’ai envie d’une variété de taille modeste, laquelle me conseillez-vous ?

Le Thamnochortus cinereus, car il atteindra maximum 80 cm. La couleur du feuillage est argentée, cendrée. Le jeune feuillage est très, très “frisouilleux” et le reste assez longtemps. 

Un coup de cœur ?

Pas facile de choisir… Mais j’aime particulièrement le Restio subverticillatus au feuillage très lumineux. 

Vous pouvez contacter Philippe Viton par mail (philippe.viton@wanadoo.fr), par téléphone (06 38 45 05 95) ou via sa page Facebook

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.