Dans sa pépinière du Lot, Thierry Demarquet cultive plus de 500 variétés de figuiers ! Vendus à racines nues en hiver ou en conteneurs le reste de l’année, ses figuiers peuvent trouver place dans tous les jardins, petits ou grands, mais également en pot sur les terrasses et les balcons. Des arbustes fruitiers plus faciles à cultiver qu’on le pense !

Hortus Focus. D’où viennent les figuiers ?

Thierry Demarquet. On ne le sait pas vraiment. Chacun a sa petite théorie. Pour certains, il est originaire d’Inde. Je pencherai plutôt pour l’Afrique ou la péninsule arabique. On sait que les figuiers étaient déjà cultivés il y a 9 000 ans par les peuples natoufiens, des chasseurs-cueilleurs qui furent les premiers à abandonner le nomadisme pour une semi-sédentarisation. Ils vivaient au Levant, dans une région qui s’étendait du sud du Taurus (Turquie) jusqu’au Sinaï. Ces peuples pratiquaient une proto agriculture (agriculture primitive) et l’on sait qu’ils cultivaient et bouturaient le figuier, notamment dans la région du Jourdain. 

Peut-on le planter partout chez nous et comment choisir son figuier ?

Oui, on peut le planter partout. Évidemment, il existe une frontière climatique, la Loire, et il faut y penser en choisissant son figuier (Ficus carica). Il existe deux types de figuiers. Le premier est dit “unifère”, il va donner une seule récolte à partir du mois d’août et jusqu’en octobre (certaines variétés donnent encore en novembre). Le second est dit “bifère”. Il donne une fois sur le bois de l’année précédente, une fois sur le bois de l’année. Si vous habitez au nord de la Loire, mieux vaut opter pour une variété bifère car autant vous pourrez récolter des fruits sur les bois de l’année précédente, autant vous aurez du mal à voir arriver la seconde récolte à maturité.

Figue ‘Cul noir’ ©Thierry Demarquet

Le figuier résiste-t-il bien au froid ?

Les premières années, un figuier peut supporter – 10°C. Plus tard, quand il sera un peu plus gros, il pourra supporter jusqu’à – 15 °C / – 20°C si vous le paillez énormément. S’il fait vraiment très froid chez vous, reportez la plantation au printemps, le figuier aura plus de temps pour s’acclimater avant l’arrivée de la prochaine mauvaise saison. 

Pour avoir un figuier productif, comment bien l’installer ?

La chose à éviter, c’est de l’installer en plein champ, en plein vent car, balayé par des vents froids du nord ou de l’est, il ne fructifiera pas bien. Trouvez-lui une place contre un mur au sud, il a besoin de chaleur et de soleil pour bien donner. C’est un conseil valable aussi bien pour la culture en pleine terre que la culture en pot. 

Dans quel type de sol doit-on l’installer ?

Peu importe la nature de la terre, mais le sol doit être frais et bien drainant. Cela peut sembler contradictoire, mais si vous voyez un figuier au milieu d’une rivière, sachez que vous ne souffrez pas d’hallucinations ! Le figuier pousse, car l’eau est courante et apporte de l’oxygène à ses racines. En revanche, il ne survivra pas dans une eau stagnante ; ses racines y seraient asphyxiées. Un figuier peut supporter beaucoup choses… En Iran, par exemple, des figuiers sont cultivés en nombre dans des piscines d’argile, remplies d’eau l’hiver. L’eau est progressivement libérée au printemps et en été, elle est redistribuée et les figuiers n’ont rien à y redire…

Si je le cultive en pot, faut-il le rempoter régulièrement ?

Oui, il faut le rempoter tous les ans. Installez-le dans un pot pas trop gros pour pouvoir le dépoter facilement. Puis, enlevez quelques centimètres de terre en surface et sur tous les côtés. Remettez de la terre bien riche, car il en a besoin pour donner de nombreux fruits.

‘Gayet’ ©Thierry Demarquet

Faut-il pailler le pied des figuiers ?

C’est indispensable. Le paillage les protège du froid et garde la fraîcheur. Chez moi, les figuiers sont paillés sur 40 cm. Cela peut paraître beaucoup, mais plus le paillage est épais, moins on aura à arroser l’arbuste. Et puis, c’est aussi un bon moyen de nourrir l’arbre. Vous pouvez écarter le paillage, y verser vos déchets de cuisine avant de refermer. On ne voit rien, ça ne sent rien et c’est une bonne nourriture pour l’arbre. 

Il paraît que le figuier se palisse facilement. Vrai ou faux ?

Vrai ! C’est un jeu d’enfant, car il se palisse même mieux que les pommiers ou les poiriers. Ses tiges sont beaucoup plus souples. On peut facilement les arquer, sans risque de casse. Vous pouvez le conduire en éventail ou comme vous avez envie. Vous pouvez le palisser contre un mur ou simplement entre deux gros piquets reliés par des fils de fer. Arquez les branches et attachez-les au support au fur et à mesure de leur croissance. Utilisez des liens souples ou, comme les Anciens, des bouts de tissus qui ne risquent pas de blesser les branches. 

 

Pourquoi faut-il laisser de l’espace entre le mur et l’arbre palissé ?

C’est une question de respiration, les feuilles doivent pouvoir s’exprimer. Et l’air doit pouvoir circuler.

Le catalogue de “Figues du monde” est disponible PAR ICI ! 

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.