Les 22, 23, 29 et 30 mars, rapportez vos désherbants, insecticides, pesticides, explosifs anti-taupe dans l’une des 70 jardineries de l’enseigne Botanic. Débarrassez-vous de ces produits dangereux parmi lesquels ceux désormais interdits, en vertu de la Loi Labbé entrée en vigueur le 1er janvier dernier. 

Hortus Focus : Depuis quand organisez-vous cette collecte ?

Stéphane D’Halluin, responsable du développement durable chez Botanic : il s’agit de la onzième collecte (la première a eu lieu au printemps 2014), elle se déroule en même temps que la Semaine pour les alternatives aux pesticides. Nous organisons deux campagnes de collecte par an. La seconde aura lieu, comme d’habitude à l’automne. 

Combien de tonnes de produits avez-vous déjà récupérées ?

Depuis 2014, nous avons collecté 59,6 tonnes de produits, ceux que l’on trouve dans les abris et les cabanes de jardin, ou au fond des vieilles bâtisses quand on les rachète. Cette année est celle de l’entrée en vigueur de la loi Labbé qui interdit l’achat, la détention et l’utilisation dans les jardins de produits phytosanitaires issus de la chimie de synthèse. La collecte sera peut-être, nous le verrons, plus importante. 

 

Comme organisez-vous la collecte de ces déchets ?

L’ensemble des magasins Botanic participe à l’opération. Les clients sont accueillis à l’entrée du magasin et ils peuvent déposer leurs produits dans des cartons spécifiquement étudiés pour accueillir des produits dangereux. Nous récupérons des produits solides (granulés, pâte, produits qui se sont solidifiés), liquides (désherbants), gazeux (sprays, insecticides), si possible avec leurs emballages. Depuis l’année dernière, nous récupérons aussi les anti-parasitaires vendus en animalerie. Car, dans les matières actives de ces produits, on trouve du fipronil, une substance active puissante que l’on trouvait aussi dans des produits de jardins. 

Que ne collectez-vous pas ?

Les produits autres que ceux utilisés par les jardiniers amateurs. Les collectivités locales, les agriculteurs ont leur propre réseau de collecte. Et du côté des produits vendus en magasin de bricolage, il faut s’adresser aux magasins de l’enseigne Leroy-Merlin qui récupère les pots de peinture par exemple.

©EcoDDS

Récupérer des produits, c’est bien… Mais que deviennent-ils après ?

Nous travaillons en partenariat avec EcoDDS. Cette société à but non lucratif engagée dans le traitement des déchets chimiques des particuliers finance toutes les installations présentes dans 3100 déchèteries en France et qui permettent la collecte de ces déchets. Au bout du second week-end de collecte dans les magasins, les cartons stockés sur des palettes sont pris en charge par un transporteur agréé qui les conduit à une plate-forme logistique. Puis les déchets sont acheminés dans l’un des sites de la société Triadis qui est chargée de leur destruction. Il est important de dire que ces déchets ne sont pas recyclés, mais détruits, brûlés à très haute température. 

Connait-on le nombre de tonnes de produits dangereux encore stockés chez les jardiniers amateurs ?

Pas avec précision, mais on l’estime à plusieurs centaines de tonnes. En janvier dernier, nous avons fait réaliser un sondage. Il en ressort, notamment, que 37% des Français qui jardinent déclarent encore posséder chez eux des produits interdits. À une écrasante majorité (81,7%), ils déclarent vouloir s’en débarrasser. Seuls 10% refusent de s’en débarrasser. 

Quelles autres données importantes sont-elles ressorties de ce sondage ?

14% des jardiniers français ont connaissance de solutions alternatives aux traitements chimiques. 83% souhaitent s’informer, apprendre à travailler sans produit chimique. La pédagogie doit désormais être une priorité. 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

2 Réponses

  1. Pantoufle

    Bonjour, si on habite malheureusement trop loin d’un Botanic, où doit-on ramener ce genre de produits ? Je me retrouve avec tout un stock de (très) vieilles boites de produits diverses, et je ne sais pas si les décharges les acceptent ? Merci d’avance pour l’info ! Belle soirée !

    Répondre
    • Isabelle Morand

      Bonjour, il faut demander à votre déchèterie, la plupart (plus de 3000) sont agrées pour les recevoir. Il faut que vous demandiez à la plus proche de chez vous mais vous devriez trouver facilement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial