Vers la boutique d’Hortus Focus

Tout sur… les iris barbus

Iris 'Bianca Micheletta'
Isabelle Morand

Mai, c’est le mois de la floraison des iris barbus, ces grands iris qui apportent couleur et élégance aux jardins. Il en existe des centaines de variétés capables de satisfaire le goût de chacun.

Melie Portal - Les senteurs du Quercy
©Isabelle Morand

Mélie Portal, de la pépinière Les Senteurs du Quercy, dans le Lot en est tombée amoureuse à l’adolescence. De cette passion, elle a fait son métier et connait chacune de ses 500 variétés sur le bout des pétales. Ses conseils pour réussir les choisir et réussir leur culture. 

Disponibles en S, M ou L…

Les iris barbus se déclinent en plusieurs tailles et ils fleurissent à différentes époques. La saison démarre au mois de mars avec les iris nains, “Lilliput” qui mesurent entre 10 cm et 20 cm maximum. Fin mars début avril fleurissent les “intermédiaires”. Hauteur : entre 30 et 40 cm. Et enfin, au mois de mai, arrivent les grands iris qui peuvent atteindre 1 m. Tous sont généralement parfumés.

iris barbu
©Alika Obrazovskaya

Oh, la barbe !

Leur nom s’explique par la présence de poils diversement colorés en fonction des variétés. Ces nombreux petits poils sont visibles à la base du sépale, bien centrés. Le terme de barbe est un peu bizarre, car on dirait plutôt une langue. La nature étant (toujours) bien faite, cette barbe est là pour envoyer le message “Coucou, c’est moi, venez donc me visiter” aux pollinisateurs. Un genre de piste d’atterrissage en somme ! 

Des milliers de variétés d’iris barbus

Les premiers hybrideurs se sont mis à l’ouvrage dans les années 1800 pollinisant manuellement les iris pour obtenir de nouvelles variétés. Le travail s’est poursuivi en France grâce aux établissements Cayeux notamment. Et comme la mode des iris a touché les États-Unis, l’Italie… on a assisté à la naissance de nombreux bébés. L’hybridation continue toujours et chaque année, des variétés arrivent sur le marché. Parfois, il faut quand même s’y connaître vraiment pour discerner les nuances…

Ici, je fais quelques semis de façon modeste, car je n’ai pas trop le temps de me consacrer à ce travail qui demande, par ailleurs, beaucoup de surface. Mais j’aime bien l’exercice ! J’essaye de repérer des iris costauds, jolis, pas fragiles et bien poussants. Je ne veux pas que les jardiniers soient déçus. 

 

iris
©Isabelle Morand (Jardin de Marie Marcat)

Quand et comment planter les iris barbus ?

C’est une plante assez facile. On peut l’installer à longueur d’année en évitant la période de floraison, les périodes de sécheresse estivales et celles de trop grand froid. Un peu comme on le fait avec n’importe quelle plante. 

Pour réussir la plantation, rien de très compliqué : creusez un trou, ménagez une petite butte de terre fine au fond, installez le rhizome sur cette butte. Étalez les racines autour de cette butte, recouvrez à peine de rhizome de terre (ne l’enterrez pas). Tassez avec les doigts.

Arrosez copieusement le jour de la plantation puis 3 fois à 10 jours d’intervalle pour l’aider à bien reprendre. Par la suite, l’iris se passe d’arrosage (sauf pour aider les variétés remontantes à fleurir en fin d’été). Pas besoin de lui apporter de l’engrais non plus. 

Les conditions idéales

La terre de la Provence et du Lot est parfaite pour eux : pauvre et peu profonde. Mais on peut bien sûr les planter en toute région à partir du moment où le sol est bien drainé. Mais ils ont besoin d’une exposition pour vraiment bien fleurir.  

Une rusticité éprouvée

Si vous plantez des iris, pas de crainte du côté du froid. Ils résistent à environ – 30°C, ce qu’on ne connait pas chez nous. La souche ne gèle pas.

En revanche, les fleurs, les boutons sont sensibles au gel. Les gels tardifs de ce printemps 2021 ont fait des dégâts sur les hampes florales. L’iris a besoin de soleil et de chaleur pour bien fleurir. 

La division est indispensable 

Au bout de quelques années, les touffes d’iris finissent par se dégarnir du centre et ce n’est pas très esthétique. Il ne faut pas hésiter à régénérer la touffe. 

  • Arrachez complètement la touffe d’iris. Soulevez-la avec une fourche-bêche, tirez, ça vient tout seul.
  • Retravaillez le sol, il doit être bien ameubli. Les iris n’aiment pas les sols trop tassés, ils fleurissent alors moins bien. 
  • Divisez à la main ou avec un sécateur pour une “blessure” plus propre. Réduisez les feuilles de moitié pour éviter l’évapotranspiration.
  • Replantez les rhizomes tous les 30 – 40 cm. 

Faut-il couper les feuilles ?

Oui, au moment de la plantation et de la division, car cette coupe favorise la reprise. Après, c’est comme vous voulez et la seule raison de les couper est alors esthétique quand les pointes sèchent en été ou à l’automne. Vous pouvez vous contenter de supprimer les hampes florales qui pompent encore l’énergie de la plante. Couper les fleurs fanées permet aussi de ne pas avoir de graines qui se ressèment. 

Quels iris barbus sont-ils à la mode ?

Quand nous nous sommes installés à Escamps et avoir commencé à produire, les iris noirs ou très sombres avaient vraiment la côte. Au fil des années, les clients reviennent à des couleurs plus classiques chez les iris, le bleu, le blanc. Le violet est un peu à la traine alors que le rose a toujours ses fans. Les jardiniers recherchent aussi des iris capables de remonter en fin d’été, moyennant un peu d’arrosage pour les inciter à refleurir. 

Personnellement, j’ai toujours beaucoup aimé les fleurs pas trop sophistiquées et bleues, ma couleur préférée. J’aime beaucoup ‘Mer du sud’ pour sa floribundité et sa couleur bleu marine, ‘I Repeat’ bleu azur avec une barbe jaune clair (et il est remontant). Et enfin ‘Saphhire Hills’ pour son bleu vif et sa capacité à beaucoup fleurir.  

C’est quoi cette bestiole qui mange les fleurs ? 

Oxythyrea funestaLimaces et escargots aiment bien les feuilles d’iris. Du côté des fleurs, il faut surveiller la cétoine grise (Oxythyrea funesta) qu’on appelle aussi la cétoine funeste. C’est un petit coléoptère qui se régale des fleurs. Son corps est gris foncé ponctué de blanc. On la voit souvent dans les jardins, et notamment sur les fleurs d’iris, entre avril et août. Elle mange le nectar, le pollen, mais peut aussi s’attaquer aux pistils et aux étamines.

Si vous la repérez, il faut la chasser, la capturer, faites ce que vous voulez, mais elle a vraiment la capacité de couper les vaisseaux de la fleur, provoquant des dessèchements. Elle s’attaque aussi à d’autres plantes du jardin (pommier, marguerites, rosiers…). Il faut donc la tenir à l’œil. 

Quelques variétés qu’on aime bien chez Hortus Focus

 

‘Feu de Saint-Jean’ : une obtention de Mélie Portal (2011). Très vigoureux, parfumé, deux tons rouge foncé.
Iris 'Feu de Saint-Jean'
©Isabelle Morand
‘Provençal’ : une obtention Cayeux (1978). Hâtif à mi-saison. Fleur bordeaux et jaune. 
Iris 'Provençal'
©Isabelle Morand
‘Vibrations’ : iris rose framboise aux sépales piquetés presque bourgogne ; zone blancheau centre. Parfumé. 
Iris 'Vibrations'
©Isabelle Morand
‘Rustler’ : superbes pétales ambre à brun rouge, sépales plus foncés dans les tons marron et cuivre. Barbe jaune. Parfumé. 0,90 m. 
iris 'Rustler'
©Isabelle Morand
‘Bianca Micheletta’ : fleurs bordeaux deux tons, bords ondulés, barbe jaune, gorge tigrée. Parfumé. 1 m. 
Iris 'Bianca Micheletta'
©Isabelle Morand
‘Fondation Van Gogh’ : pétales blanc crème infusé d’abricot. Sépales abricot à liseré ivoire. Barbe couleur mandarine.
Iris 'Fondation Van Gogh'
©Isabelle Morand
‘Jurassic Parc’ : des pétales jaune canari sur des sépales violets bordés de beige. Barbe blanche à jaune. Parfumé. 1 m.
Iris 'Jurassic parc'
©Isabelle Morand

La poudre de racines d’Iris possède une odeur très agréable.

Depuis plusieurs siècles, elle est utilisée en parfumerie comme fixateur de parfum. Et c’est aussi un actif qui peut entrer dans la composition de nombreux produit de soin ou de beauté : exfoliant doux pour le visage, poudre déodorante, agent de blanchiment non agressif pour les dents des fumeurs…

Fabriquez votre poudre d’iris

Nettoyez-le soigneusement le rhizome. Coupez-le en petits morceaux. Si vous êtes équipé, vous pouvez le râper.

Séchez à l’air libre comme vous le feriez pour un bouquet de romarin. Lorsque les morceaux de rhizome sont complètement secs, broyez-les dans un mixer ou un moulin à café. Votre poudre est prête.

Pour un dentifrice maison 

dentifrice

Ingrédients :

  • Une grande cuillerée à soupe d’huile de coco
  • 1 cuillerée à café de charbon végétal activé
  • 1 cuillerée à café de bicarbonate de soude
  • 1/2 cuillerée à café de poudre de Siwak
  • 1/2 cuillerée à café de poudre d’iris
  • 15 gouttes d’huile essentielle de menthe (ou autre selon vos goûts)
  • 4 ou 5 gouttes d’huile essentielle de clou de girofle

Votre dentifrice est prêt.

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Share