Vers la boutique d’Hortus Focus

Jardins suspendus de Marqueyssac : la grande folie du buis

Accueillant plus de 200 000 visiteurs par an, les jardins historiques de Marqueyssac, d’une beauté magique, offrent des promenades longues et inspirantes au cœur du Périgord noir. Récemment, le château et sa spectaculaire charpente ont été restaurés. Stéphanie Angleys, guide animatrice du lieu, nous a accompagnés lors de notre visite. Elle répond à nos questions.

 

Quelle est la spécificité de Marqueyssac ?

Le site, tout d’abord. Nous sommes sur un promontoire rocheux tout en longueur qui fait 1,5 km de long et en moyenne 150 mètres d’altitude. Il offre des vues extraordinaires côté sud, sur la vallée de la Dordogne et sur les châteaux de Beynac, de Castelnau et de Fayrac. Sur ces 22 hectares, 15 se visitent à travers trois promenades conçues au XIXe siècle par le créateur des jardins.

Marqueyssac - Stéphanie Angleys devant la terrasse de buis
Stéphanie Angleys devant la terrasse de Marqueyssac ©Valérie Collet

De quand datent ces jardins ?

Ils existent depuis 1692 grâce à Bertrand Vernet, conseiller du roi au siège de Sarlat. Un certain Porcher, élève de Le Nôtre fait, alors, aménager des terrasses. L’époque la plus importante est le XIXe siècle où ils sont créés véritablement, pour le plaisir, par un passionné de jardin et de nature :  Julien de la Verne de Cerval. Ce sera son havre de paix pendant 20 ans. Sa famille a possédé le lieu entre le XVIIe siècle et la fin du XXe. En 1996, le jardin a été vendu au propriétaire du château de Castelnau qui y a fait des travaux colossaux pendant un an et demi pour l’ouvrir au public. La demeure, elle, date de la fin du XVIIIe siècle. C’est une chartreuse. Elle vient d’être restaurée avec sa spectaculaire charpente qui soutient 500 tonnes de pierre.

 

Buis taillés
Buis taillés ©Valérie Collet

Julien de Cerval fut donc le premier à planter des buis…

Il décide, en effet, d’ajouter le parc à la partie agricole et de planter ce végétal. Il le fait de manière répétitive pendant 30 ans. On a recensé 150 000 pieds de buis du XIXe siècle. Ils se sont ressemés tous seuls, ont marcotté. Donc, en fait, il y en a plus aujourd’hui. Sans compter les 3 000 nouveaux pieds plantés au moment de la restauration.

Ce jardin est un peu une folie. Pourquoi ce végétal unique ?

On peut trouver trois raisons. Le buis est complètement adapté aux conditions du milieu qui, en fait, est pauvre, car on est sur un caillou. Ici, on est sur du calcaire. On n’a pas de terre et on n’a pas non plus d’eau ! Le buis est idéal. Il pousse à l’état naturel dans les forêts du Sarladais. On dit que le buis est très résistant et qu’il peut vivre 600 ans. Il s’adapte très bien à la sécheresse. C’est une plante xérophile.

Deuxième raison…

Le buis au feuillage persistant est toujours vert. Julien de Cerval qui a pris sa retraite ici pendant 20 ans a pu profiter de son jardin toute l’année.
Troisième raison : le buis est idéal pour l’art topiaire qui consiste à sculpter les végétaux.

 

Marqueyssac - échappée sur le paysage
Promenade de la falaise, échappée sur le paysage ©Valérie Collet

Comment est née l’idée de ces formes originales ?

D’après les traces au sol, on a des parterres et des allées tout en rondeurs et en sinuosités. Ce parcours est à la mode à l’époque, c’est un style Napoléon III. D’après les archives familiales, Julien est allé en Italie et a créé son jardin à son retour. D’où une forte influence italienne à Marqueyssac. Le cyprès méditerranéen, par exemple, rappelle la Toscane.

Julien a aussi eu la chance d’hériter de tout un aménagement en terrasses comme dans les villas de Toscane ou de Rome. Il s’est servi de la beauté du lieu et a fait entrer le paysage dans le jardin. C’est la raison pour laquelle depuis 20 ans, ça moutonne ! Ce moutonnement est arrivé à maturité aujourd’hui. Il est le reflet du paysage collinaire de la vallée de la Dordogne. On peut parler à son propos de peinture de paysage ou de jardin « pittoresque ». Le mot vient de pittore, le peintre en italien.

Sa vue sur Castelnau et sa mise en scène en font aussi un jardin romantique, pas monotone. On a un nouveau tableau où que l’on se trouve. C’est un endroit assez magique pour ça.

 

Combien de jardiniers travaillent à Marqueyssac ?

On a 6 jardiniers permanents. C’est peu. S’y ajoutent ceux d’une entreprise locale de taille qui viennent en renfort du 15 mai au 15 juin. C’est la taille de printemps de la première partie du jardin. Tout se fait à la cisaille à main avec cordeau et fil à plomb. Cela permet de préserver le végétal, de ne pas l’abîmer. Il n’est pas haché par la cisaille électrique ou thermique. Il est taillé de façon très douce, sa feuille ne jaunit pas.

 

Le Chaos
Le Chaos et le Cube ©Valérie Collet

Le Chaos, diffère du reste du jardin. Pourquoi ?

Il est contemporain. C’est le seul espace géométrique du jardin. Il a été conçu en 2003 sur une idée du propriétaire actuel. Il voulait donner l’idée de blocs de pierre qui dévalent jusqu’au château et s’accompagne d’une œuvre contemporaine, le Cube. Le Chaos est taillé avec des gabarits métalliques. C’est le seul endroit à bénéficier de cette technique, car tous les autres éléments du jardin sont différents et doivent être taillés à l’œil.

Avez-vous souffert de la pyrale ?

La pyrale est arrivée dans le Périgord en 2015. Depuis, nous traitons. Quand on voit des chenilles, on procède à un traitement biologique. On pulvérise sur le jardin une bactérie qui tue la chenille. Et en prévention, on met des pièges à phéromones au printemps pour capturer les papillons et enrayer le cycle de reproduction de la chenille. On fait ces traitements depuis plusieurs années. On est bien rodés. En fait, ce traitement est assez simple. On le trouve dans n’importe quelle jardinerie. Il faut juste être très rigoureux.

 

Jardins de Marqueyssac, 24220 Vézac (à 9 km de Sarlat). Ouverts toute l’année.

Pour découvrir d’autres sites de la région: l’Office de tourisme Sarlat-Périgord noir  

Restaurant sur place: toutes les spécialités régionales (foie gras, photo) et superbe terrasse avec vue 

Bon hôtel à Sarlat : le Renoir***

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS, EN PARTENARIAT AVEC DES PRODUCTEURS FRANÇAIS, DE BELLES BOX AVEC DES PLANTES VIVANTES BIEN ÉLEVÉES, DE TRÈS BEAUX OUTILS, DES FERTILISANTS NATURELS, FAITES DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS !>

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Share