Tout sur… le grévillea

Marina Denisenko

Arbuste australien, le grévillea fleurit bien chez nous. Seul hic : au nord de la Loire, et en dehors du littoral, mieux vaut le cultiver en pot car il n’est pas très, très rustique. Mais ce serait béta de se priver de sa jolie floraison… Et ce n’est pas le pépiniériste Julien Cavatore qui dira le contraire. Il en produit plusieurs espèces et variétés de grévilleas à Bormes-les-Mimosas. 

Hortus Focus : Qu’est ce qui te plaît chez les grévilleas ?

Julien Cavatore : Ce qui me séduit, c’est la persistance des feuilles, leur longue période de floraison, l’entretien vraiment réduit au minimum. Ils n’ont pas besoin d’engrais, juste un peu de sang séché, en pleine terre. En pot, il faut leur donner un peu d’engrais entre juin et septembre.

Julien Cavatore
©Isabelle Vauconsant

Dans quel sol pousse le grévillea ?

Tout est envisageable. Certains grévilleas supportent le calcaire naturellement comme G. juniperina ou G. rosmarinifolia (à feuilles de genévrier ou de romarin). D’autres grévilleas sont greffés pour se développer en terrain argileux. Mais globalement, ils se contentent d’un sol ordinaire, léger et bien drainé.

grevillea
©Olga Gont

Quand fleurissent les grévilleas ?

Ils fleurissent par vagues, pratiquement toute l’année. Certains fleurissent 8 mois sur 12, d’autres de mars à juin, d’autres encore de septembre à décembre. En climat doux, on a vraiment des fleurs 10 mois sur 12. 

D’où viennent-ils ?

Ils sont originaires d’Australie et appartiennent à la famille des Protéacées. 

Quelle est leur rusticité ?

C’est une plante méditerranéenne dont la rusticité est limitée : – 8°C. Donc il est tout à fait possible de les avoir en pleine terre au jardin. Si votre climat ne le permet pas, cultivez-le en pot. Vous n’êtes pas obligé de le rentrer, vous pouvez le mettre à l’abri sous une terrasse couverte. 

Grevillea
©Merrillie

Comment bien les planter ?

Ne les plantez pas trop profond, surtout s’ils sont greffés. N’enterrez pas le point de greffe pour ne avoir à éliminer les repousses du porte-greffe. Si c’est le cas, pas de panique, coupez les gourmands. Si vous voyez apparaître un feuillage différent, il faut le supprimer car la plante va se réaffranchir. Vous perdrez tous les bienfaits de la greffe et l’arbuste ne supportera pas la terre calcaire.

Comment bien les arroser ? 

Comme pour tous les arbres et arbustes, le premier et le deuxième été en pleine terre sont décisifs. Il faut leur donnerau moins 20 L chaque semaine, de juin à septembre s’il ne pleut pas. Dès le deuxième ou le troisième été, dès qu’ils sont bien établis, on peut se permettre de ne plus jamais les arroser.

En pot, c’est arrosage à vie évidemment ! En hiver, c’est une fois par semaine. En périodes chaudes, c’est deux fois par semaine. En cas de canicule, c’est tous les jours.

Que se passe t-il si la plante touche le calcaire ?

La chlorose féerique apparaît… Le feuillage jaunit, la plante est carencée, elle va se mettre à végéter et elle va crever tout doucement, ne supportant pas la nature du sol. 

Au nord de la Loire, en cas de gros coup de froid, que faire du pot ?

L’idéal, c’est de rentrer le pot dans une non chauffée mais tout le monde n’a pas la chance d’en avoir une. S’il fait 0° ou – 2/-3°C, ce n’est pas grave. Il vaut mieux le rentrer dans une pièce froide ou même une pièce chauffée quelques nuits.

Grevillea – Fiche de culture

  • Famille : Protéacées.
  • Type de végétation : arbuste
  • Exposition : soleil, mi-ombre lumineuse.
  • Sol : acide ou neutre, surtout pas calcaire, plutôt sec et pauvre.
  • Engrais : printemps ou automne.
  • Multiplication : boutures à talon en fin d’été ou tout début d’automne.
grevillea à fleurs jaunes
©joloei

Notre sélection de grévilleas

‘Robyn Gordon’

Le feuillage persistant est très découpé. On peut avoir l’impression qu’il pique mais ce n’est pas le cas. Les fleurs sont grosses, rouge bien vif. C’est un arbuste très raffiné, très élégant. Il ne dépassera pas 2 m. 

Grevillea Robyn Gordon
©Hitesh Singh

Des fleurs originales

‘Bonnie Prince Charlie’ est un cultivar récent est un hybride de G. rosmarinifolia et G. alpina. Les fleurs sont grosses, rouges et jaunes très originales. Petite envergure : de 60 cm à 1 m de haut (étalement identique).

Grevillea thyolitica

Espèce particulièrement adaptée pour les sols secs, pauvres mais surtout pas calcaires. En revanche, greffé sur G. robusta, il supportera le calcaire et poussera en tout type de sol. Floraison rouge corail, de décembre à septembre, voire toute l’année sous climat doux. Les feuilles sont plus grandes que chez les autres grévilleas.

grevillea à feuilles de genévrier
©scisettialfio

Grévillea à feuilles de genévrier

Le feuillage persistant de G. juniperina est piquant et l’arbuste est assez efficace implanté dans une haie défensive. Il fleurit en mai (fleurs rouges, jaunes ou roses) et peut fleurir à nouveau à l’automne. Super rustique.

Grevillea johnsonii

S’il est greffé sur G. robusta, on peut le planter partout. Il a un look de genêt. La fleur est rouge vif avec des longues étamines. Il peut fleurir 10 mois sur 12. En pleine terre, il peut monter à 3 ou 4 m. En pot, il sera limité à 2 m. 

Grevillea à feuilles de romarin

Un des plus plantés car il résiste particulièrement bien au froid (-15°C). Arbuste à grand développement, G. rosmarinifolia peut atteindre 2 m de haut sur 4 m de large (mais il se taille très facilement). Installez-le le plus possible à l’abri du vent. Il existe une variété aux fleurs rose soutenu : ‘Rosa Jenkinsii’.

grévillea à feuilles de romarin
©MajaCvetojevic

Le très original grévillea laineux

Repéré dans le catalogue de Promesse de fleurs, Grevillea ‘Bronze Rambler’ qui s’étale plus qu’il ne monte (H : 30 cm x 3 m de large !). Le feuillage est très découpé, les jeunes pousses sont bronze cuivré. Les fleurs sont rouge pourpre et s’épanouissent de mars à juin. 

Et on s’arrête là pour cette fois car le genre Grevillea compte 360 espèces ! 

Le cas du Grevillea robusta

Il s’agit d’un arbre puisqu’il peut atteindre 30 m de haut. Originaire d’Australie, il faut le réserver aux climats doux (rusticité – 4°C). Il pousse vite, les fleurs sont réunies en grosses grappes orange mellifères. Comme tout le genre, il déteste le calcaire. Dans les pays où il ne gèle guère, le Grevillea robusta est utilisé en arbre d’alignement. 

le chêne de soie
©membio

Les utilisations du grévillea

En dehors de sa présence toujours remarquable dans un jardin d’ornement, le Grevillea peut être utilisé pour son bois imputrescible. On en faisait auparavant des fenêtres et des meubles d’intérieur. 

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Tout sur le grévillea
Share via
Copy link
Powered by Social Snap