Tout sur… les crapauds !

CreativeNature_nl

Contrairement aux grenouilles, les crapauds n’aiment pas trop l’eau sauf pour se reproduire ou quand il pleut. Ce sont des animaux terrestres dont il existe en France seulement trois espèces à protéger, car les crapauds sont vraiment d’excellents amis des jardiniers. Tout – ou presque !- sur les crapauds grâce à Stéphane Vitzthum, professeur de SVT en Lorraine et naturaliste passionné. 

Hortus Focus : où vivent les  crapauds ?

Stéphane Vitzthum : ce sont des espèces forestières qui ont tout de même besoin d’eau pour vivre et se reproduire. Ils s’arrangent donc pour ne jamais être très loin d’un point d’eau, d’une mare, d’un étang. Si vous habitez à proximité de forêts et que vous disposez d’une mare, vous aurez sans doute des crapauds dans votre jardin un jour ou l’autre. Les crapauds se plaisent dans tout jardin au naturel. Ils y trouveront de quoi manger, notamment des petits insectes. Ils vont s’y promener la nuit. Si vous avez peur d’eux, pas d’inquiétude, ce sont des animaux nocturnes.

Crapaud commun européen
Bufo Bufo ©Franang

Ont-ils besoin tout de même d’humidité en permanence ?

Oui. Les crapauds ont une peau fine, peu épaisse, qui doit recevoir absorber de l’eau régulièrement. L’humidité, il va la trouver soit les jours de pluie, soit le soir à la tombée de la nuit, soit au petit matin. Vous allez avoir un tout petit peu de rosée, un peu d’humidité qui va s’installer et lui permettre de s’activer. 

migration des crapauds
©Lighstar59

Pourquoi les crapauds se font-ils écrabouiller par centaines sur nos routes ?

Quand arrive le printemps et une bonne pluie en mars, tous les crapauds vont quitter forêts, jardins et prairies pour se reproduire. On parle de migration. Ils cherchent un étang pour se reproduire, et sont pour cela capables de migrer sur plus d’un kilomètre. Quand la reproduction s’achève, ils quittent l’étang pour retourner dans des espaces terrestres. Et comme les crapauds empruntent souvent les routes qui coupent leurs chemins de migrations, ils se font écraser.

D’où l’installation de crapauducs ?

Absolument. Ces crapauducs permettent de sauver des milliers d’individus chaque année. En Lorraine, il existe plusieurs crapauducs. Le tout premier a été installé non loin de Metz,à Lessy, Là, chaque année, au mois de mars tous les crapauds franchissaient en même temps quasiment une route à la tombée de la nuit, vers 18 h – 18 h 30. Évidemment, c’est l’heure du retour à la maison pour nombre d’habitants. Et nous avions donc un taux de mortalité extraordinairement élevé dans la population de crapauds du coin. Elle était même menacée de disparition à terme !

Comment est fabriqué un crapauduc ?

Il faut repérer le bon endroit, savoir quel chemin empruntent les crapauds lors de leur migration. Le crapauduc le plus simple, c’est un muret d’une trentaine de centimètres qui va empêcher les crapauds de traverser la route. Les crapauds vont longer ce muret et vont tous les 10 m tomber dans un trou. Ce trou les mène à un tuyau qui passe sous la route et débouche dans la direction du point d’eau où ils ont l’habitude d’aller. Lorsque la période de reproduction s’achève, retour vers la forêt ou son habitat naturel par le même chemin. 

crapauduc
©Christian Decout

Les voitures sont-elles seules responsables de la mortalité des crapauds ?

Non, ils ont été et sont encore victimes des produits phytos utilisés dans les champs. Les composants toxiques des produits chimiques n’ont aucun mal à passer la barrière de la peau des crapauds qui est très fine. Nous avons connu une situation « exemplaire » avec un agriculteur qui avait pulvérisé des substances au moment de la migration des crapauds. On s’est rapidement aperçu que les crapauds bavaient. Ils étaient tout simplement en train de mourir après avoir été aspergé de cette substance. 

Combien existe t-il d’espèces de crapauds en France ?

Nous ne sommes pas très riches en espèces. Crapaud commun, crapaud vert et crapaud calamite. Voilà, on a fait le tour. 

Et le crapaud sonneur ?

Ce n’est pas un crapaud. C’est une espèce d’amphibien (Bombina) qui ressemble au crapaud. On le reconnaît à son ventre jaune et à son chant.

Et le crapaud accoucheur ?

Lui non plus, ce n’est pas un crapaud. Il a un look de crapaud, mais fait partie du genre Alytes. On l’appelle crapaud parce que sa peau est pustuleuse. 

petites bêtes
©Michel Viard
crapaud reproduction
©Danielprudek

Mais leur mode de reproduction est le même ?

Non ! Le crapaud accoucheur, par exemple, va aider sa femelle. L’accouplement a lieu sur terre. Puis le mâle entortille les œufs autour de ses pattes, et quand il sent les têtards bouger, il file vers la mare pour déposer les uns et libérer les petits. Il s’occupe d’entre 20 et 50 petits. Chez le crapaud calamite, par exemple, la ponte peut monter jusque’à 10 000 œufs directement dans la mare ! La femelle pond et laisse ses petits se débrouiller, survivre ou mourir. En fonction des conditions météo, d’une sécheresse, de la présence de prédateurs, il peut n’y avoir aucun survivant comme 10 000 bébés vivants. Chez les amphibiens, les populations sont très variables d’une année sur l’autre. 

Quels aliments figurent-ils au menu des crapauds ? 

Ils mangent toutes les proies qui leur semblent de taille convenable. Mais, quand on les observe, leur façon de se nourrir est assez curieuse. Quand un crapaud voit un petit animal qui avance vers lui, il trouve ça louche… et il ne fait rien. Soit la proie s’éloigne et le réflexe de capture est lancé. Le crapaud jette sa langue sur sa victime et la mange. Ce peut être une limace, un ver de terre, n’importe quel insecte. 

Est-on obligé d’avoir un point d’eau dans son jardin pour pouvoir observer un crapaud ?

S’il existe, dans les environs, un étang naturel, le crapaud ira s’y reproduire, mais il pourra ensuite passer tout l’été dans votre jardin. À condition de lui fournir un abri. Un muret peut faire l’affaire, un tas de bois aussi. Il suffit de laisser des branches d’un diamètre suffisant pour lui fournir un abri où il trouvera toujours de l’humidité. Mais son refuge peut être aussi un cabanon, un abri de jardin, une cave, une canalisation un peu ouverte. 

Et s’il ne pleut pas, la vie du crapaud est-elle menacée en été ?

L’humidité est indispensable à leur vie ou à leur survie. La sécheresse va les conduire à rester dans leur cachette et ne pas bouger pour s’économiser, survivre. Le crapaud peut rester prostré dans sa cachette. À la première pluie, au premier orage, il va sortir sa cachette pour aller chercher l’humidité dont il a besoin pour reconstituer ses réserves d’eau. Il est alors très actif, et on peut le retrouver partout, à côté des portes d’entrée, sur le rebord d’une fenêtre…

crapaud calamite
©Underworld111

Les 3 espèces de crapauds présentes en France

Le crapaud commun (Bufo Bufo)

C’est le plus gros crapaud européen. La femelle peut dépasser les 11 cm ; le mâle mesure 2 à 3 cm de moins. L’iris est rouge cuivré ou orange. La peau est pustuleuse, brune, roussâtre ou gris jaunâtre. Ce crapaud est doté de glandes qui sécrètent un mucus précieux pour lui éviter la déshydratation. Il possède des glandes à venin ; son poison n’est pas dangereux pour l’homme, mais lui permet de paralyser ses proies. Il est capable de gonfler et de dresser sur ses pattes arrière pour impressionner ses prédateurs. C’est un bagarreur ! Il se bat comme un beau diable avec les autres mâles dans les mares au moment de la reproduction. 

Bufo bufo
©Ian_Redding
Crapaud vert
©Underworld111

Le crapaud vert (Buffo viridis)

Il porte une tenue de camouflage (un peu semblable aux habits militaires !), des tâches vertes sur une peau beige. Ce crapaud est une belle bête : la femelle mesure 8 à 9 centimètres. Il se reproduit, comme les autres crapauds, dans un point d’eau. La femelle est capable de pondre à 15 000 œufs. On l’observe seulement dans certaines régions : Corse, Alsace, Lorraine et depuis peu la Franche-Comté. 

Le crapaud calamite (Epidalea calamita)

Également nommé crapaud des joncs, on le reconnaît par une ligne jaune sur son dos. Souci, elle peut être peu visible, voire inexistante (tu parles si c’est pratique alors !). C’est un crapaud qui ne saute pas. La femelle mesure grand maximum 10 cm, elle est un peu plus grosse que le mâle. L’œil est jaune vif avec quelques nuances de couleurs en fonction des individus. L’été, il s’abrite dans des petites cachettes qu’il peut partager avec des copains calamites. La petite bande se sépare à la nuit tombée pour aller chasser. Il hiverne de septembre-octobre à mars dans un trou dont il bouche l’accès avec de la terre. 

Crapaud calamite
©Musat

Stéphane Vitzthum est le co-auteur de plusieurs livres parmi lesquels “Amphibiens et reptiles de Lorraine”, “Petites bêtes du jardin de Lorraine et d’Alsace” (Éditions du Quotidien).

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap