Vers Helloasso

Quelques plantes d’avenir

Harald007

Mais que va-t-on pouvoir planter dans les années qui viennent ? Quelles espèces sont-elles résistantes à la sécheresse ? Peuvent-elles se passer d’eau ? Faut-il oublier les végétaux originaires de Chine et Japon qui aimeraient trop l’humidité ?  Une sélection plantes d’avenir avec Cédric Basset, de la pépinière AOBA.

Un mot d’ordre : ne pas paniquer !

Souvent, Cédric entend dire sur les fêtes des plantes : « Vos plantes, là, qui viennent de Chine et du Japon, elles n’ont pas d’avenir chez nous. Notre climat n’est pas assez humide pour elles. » Il met en parallèle les réflexions entendues cet été : « L’hortensia en Bretagne, c’est fini sans doute…» . Il faut relativiser, ne pas généraliser, car de nombreuses plantes venues d’Asie sont résistantes à la sécheresse.

Cédric Basset
©Isabelle Morand
Mahonia
Mahonia, fusain à Giverny ©Isabelle Morand

Tous les mahonias sont des plantes d’avenir !

Depuis plusieurs années, on se rend compte de la résistance remarquable des mahonias à la sécheresse. « Chez nous, dans le jardin en Bretagne, plantés à mi-ombre, on ne leur a pas donné une goutte d’eau cet été et ils ont continué de pousser et de développer de jeunes pousses. »

Les obtenteurs ont beaucoup travaillé sur les mahonias. Certaines variétés comme le bien nommé ‘Soft Caress’ ont un feuillage plus doux. Le feuillage est persistant. Ils peuvent être plantés dans tous les jardins, car ils prennent peu de place.

« Tous les mahonias apportent de plus un côté graphique, presque exotique dans un jardin. Et il faut savoir que la diversité des espèces permet d’avoir des fleurs tout au long de l’année. »

Enfin, à une période où l’envie de marier le beau et le bon, sachez que les baies violacées des mahonias sont comestibles. Vous pouvez en faire du vin, de la liqueur, des gelées ou des confitures.

Nos choix

M. nitens ‘Cabaret’ : floraison de l’été jusqu’en début d’automne. La floraison rouge orangé est splendide.

M. pepieriana : floraison printanière parfumée.

M. gracilipes : les fleurs sont rouges à cœur jaune (septembre – octobre).

M. russellii : petites fleurs blanches en fin d’hiver. Il remonte parfois en automne.

M. eurybracteata ‘Soleil Levant’ : fleurs jaunes au bout des branches en automne.

Mahonia 'Cabaret'
Mahonia 'Cabaret' ©Isabelle Morand

Le Lespedeza

« C’est un genre que j’aime beaucoup et dont j’ai pu tester les qualités d’abord dans mon ancien jardin, en Bourgogne où les étés sont chauds, et en Bretagne depuis que nous y sommes installés ». Cédric aime ces arbustes pour leur port très léger, assez aérien, leur grâce et leur longue floraison. « Ils fleurissent en été, une période où les plantes ont tendance à faire la sieste. En Bourgogne, ils étaient plantés dans du remblai et je ne les arrosais jamais ! Les jeunes plants que nous avons en Bretagne ont passé l’été sans une goutte d’eau ce qui ne les a pas empêché de fleurir en abondance en fin d’été et début d’automne. » Donc, les Lespedeza (et apparentés comme les genres Desmodium et Indigofera) paraissent de bonnes plantes d’avenir. Ce sont des plantes qui s’installent en situation assez ensoleillée.

Nos choix

  • L. thunbergii : l’espèce type est parfaite avec son port retombant. Il finit par mesurer 1,5 à 2,5 m en tout sens. Floraison août-octobre. À rabattre court en fin d’hiver.
  • L. thunbergii ‘White Fountain’ : sublime avec sa floraison toute blanche.
trèfle en arbre
Lespedeza thunbergii 'Avalanche' ©Isabelle Morand

Et dans les plantes d’avenir, des fougères aussi !

Non, non, toutes les fougères ne sont pas allergiques au sol sec. Certaines adorent même l’ombre sèche, notamment les Cyrtomium (C. falcatum, C. fortunei). « Ce sont des fougères que l’on trouve très facilement chez les pépiniéristes spécialisés, mais aussi en jardinerie. Elles sont assez communes, offrent un feuillage persistant et sont capables de se passer d’arrosage. »

Cyrtomium falcatum
©Cristi Croitoru

Cédric vous conseille aussi de planter à l’ombre sèche des Pyrrosia. « Elles tiennent très bien la sécheresse. Ce sont vraiment des fougères étonnantes qui sont rampantes, mais peuvent aussi profiter de la présence d’un petit tronc d’arbre pour se transformer en petites plantes grimpantes. »

Enfin, pour en terminer avec les fougères, sachez que les Woodwardia sont également résistantes au sec. « Les frondes sont beaucoup plus grandes. Au printemps, les jeunes pousses sont rouge brillant. »

On peut donc encore planter des fougères et surtout ne pas en être l’esclave !

woodwardia-unigemmata-1200x800px
close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap