Terre d’Oya, des oyas avec un petit truc en plus !

DR

Trois jeunes potiers se sont associés pour créer Terre d’oya et fabriquent leurs poteries et jarres d’irrigations dans le Lot. Leurs oyas ont un petit quelque chose en plus bien pratique ! 

Une jeune entreprise à soutenir !

J’ai découvert ces potiers sur la dernière fête des plantes de la La Ferté dans la Saône-et-Loire (une très belle fête soit dit en passant). Terre d’oya a été créé par trois potiers fin 2020 pour fabriquer différents types de poteries parmi lesquelle des jarres d’irrigation, des chantepleures, des mangeoires, des nichoirs. Si vous passez par le Lot, vous pouvez leur rendre visite à leur atelier installé à Sauliac-sur-Célé, entre Figeac et Cahors. Vous pourrez les voir travailler et acheter leurs produits sur place. 

Julien Bit, Élie Bellenger et le bien nommé Morgan Potier.
Julien Bit, Élie Bellenger et le bien nommé Morgan Potier.

Une démarche écologique

Les poteries sont fabriquées au four à bois : le bois vient d’une scierie locale. L’électricité nécessaire à l’entreprise provient d’un fournisseur d’électricité d’origine renouvelable.

Hortus Focus : on rappelle le principe de l’oya ou olla ?

Élie Bellenger (cofondateur de Terre d’oya) : il s’agit d’une jarre en terre cuite dont la porosité naturelle va permettre de distribuer l’eau. On enterre l’oya jusqu’au col, on la remplit d’eau qui va se distribuer seule dans la terre environnante. Le système racinaire des plantes capte l’eau au plus proche de l’objet. 

©Isabelle Morand
©Isabelle Morand

En quoi est-ce un bon système d’irrigation ?

L’oya un système d’irrigation qui a fait ses preuves depuis belle lurette. Les Chinois utilisaient les oyas il y a 4000 ans. Selon la FAO (l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), ces jarres permettent des économies d’eau de l’ordre de 70% en moyenne par rapport à un arrosage classique. Par ailleurs, les plantes vont mieux profiter de l’eau qui est distribuée petit à petit et non massivement. 

©Isabelle Morand (Saline Royale d'Arc-et-Senans)
©Isabelle Morand (Saline Royale d'Arc-et-Senans)

Comment bien choisir la taille de son oya ?

Nous proposons bien sûr plusieurs tailles. L’Oya Petite Goutte a une capacité d’un demi-litre. Il peut être installé dans une jardinière, dans des pots en intérieur comme en extérieur. C’est le plus petit. Le plus imposant (Grande Source) a une contenance de 10 L. Et entre les deux, on trouve des capacité de 2,5 L (Douce pluie) et 5 L (Belles Plantes). Vous pouvez les installer dans des gros pots ou en pleine terre. Un grand oya, c’est bien pour accompagner les besoins en eau des arbres récemment plantés. On peut les laisser plusieurs années en place si l’arbre a du mal à démarrer. Si vous installez un oya de 5 L pour irriguer un pied de tomate, vous pouvez compter sur 1 semaine d’autonomie en eau. 

Vos oyas ont un truc en plus. Lequel ?

Oui, Terre d’oya propose un petit élément en plus bien pratique : le chapeau flotteur. Sur le couvercle, vous allez trouver une boucle en fer à laquelle est accrochée une tige en fer équipée d’un bouchon en liège. Quand vous remplissez l’oya, le bouchon flotte et la tige monte. Quand la tige est descendue tout en bas, c’est le signe qu’il est temps de remplir l’oya. (ndlr : j’ai testé, ça fonctionne super bien, c’est the bonne idée).

©Isabelle Morand
©Isabelle Morand

Que fait-on des oyas en hiver ?

Les poteries sont gélives. Une gelée ne les brisera pas, mais les gels et dégels successifs vont faire souffrir la poterie et l’abîmer. Nous, on conseille vraiment de les sortir de terre et de les remiser. Si cela n’est pas possible, la meilleure solution pour les protéger consiste à installer dessus une grosse couche de paille. 

Le Chantepleure

On l’appelle aussi l’arrosoir médiéval. On plonge l’objet dans un récipient d’eau. Il se remplit par sa partie supérieure en faisant des bulles (on dit alors qu’il chante). On bouche l’orifice avec le pouce puis on arrose en petites gouttes (on dit alors qu’il pleure). Parfait pour arroser les semis fragiles. 

©Isabelle Morand
©Isabelle Morand
©dr
©dr

L’Abreugeoire à oiseaux

Pour donner à boire et à manger aux oiseaux. Ces poteries ne sont pas gélives (grâce à une cuisson à 1100°C). L’objet est vraiment sympa. 

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

821 Shares 4.5K views
Share via
Copy link