Palmiers, frangipaniers, crotons… Sur, entre et au-dessus les tombes du cimetière marin de Saint-Paul à La Réunion s’épanouit une végétation qui transforment les lieux en superbes jardins des souvenirs…

 

17h. Appuyé sur un large muret de pierre qui surplombe une plage de sable noir, on contemple la course du soleil qui descend vers l’horizon.

La lumière rasante fait scintiller les fleurs de frangipanier, l’océan indien se pare d’or et de diamants, les ombres s’allongent et se mêlent à la végétation. Les margouillats fuient un danger invisible… Peut-être les âmes des pirates, résidents des lieux, qui sortent en rampant de leurs demeures éternelles pour un dernier sabbat.

On balance entre fascination et inquiétude, c’est l’heure à laquelle le lieu s’anime d’une vie impalpable. Les plantes font le lien entre deux mondes, enracinées dans le royaume des morts. Elles subjuguent les vivants par leur exubérance.

Un passage, pas une fin…

Le cimetière marin de Saint-Paul à La Réunion est un endroit singulier, les tombes y côtoient les plantes aux couleurs gaies et chatoyantes. Aux antipodes de nos cimetières métropolitains, impossible de voir là un lieu de tristesse, la végétation provoque un sentiment inverse.

Dans ce cimetière ouvert sur l’océan, le dernier voyage prend une autre dimension … Ce ne peut être qu’un passage, pas une fin.

Une réponse

  1. Ingrid

    Tous les cimetières devrait être comme celui-là… Rien que pour le respect des défunts. Les cimetières tels qu’on les connaît aujourd’hui sont une honte : ils épuisent le personnel communal ou sont très polluants et personne n’a envie d’y aller tellement c’est moche.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.