D’où vient le nom des plantes (2)

le nom des plantes
©dr

Savez-vous pourquoi la bignone s’appelle la bignone ? Et Victoria amazonica ? Et le frangipanier ? Et les noix de Macadamia ? 

Sa Majesté Victoria

Personne ne sait si la reine Victoria avait une passion pour la binette, mais, hommage ou flagornerie, mais son nom a été donné au plus grand nénuphar du monde (Victoria amazonica). Cette espèce a été découverte en 1810 dans un bras du fleuve Amazone par un botaniste allemand, mais les premières graines ont été envoyées à la RHS en 1836, un an après l’accession de Victoria au trône d’Angleterre (elles y ont fleuri treize ans plus tard).

Franz Xaver Winterhalter (1859)
Franz Xaver Winterhalter (1859)
©sasimoto
©sasimoto

Je me suis amusée à chercher quelles autres plantes portent le nom de sa Majesté. En 5 minutes j’ai trouvé Agave victoriae-reginae, Dodecatheon media ‘Queen Victoria’, Prunus ‘Queen Victoria’, Lobelia fulgensQueen Victoria’, Iris laevigata ‘Queen Victoria’… Bon, on va s’arrêter là.

Pour le père Plumier… à une lettre près !

Le découvreur du fuchsia, le père Plumier, chercheur botaniste du XVIIe, a « presque » un genre à son nom. Cet arbre aux fleurs super parfumées, courant dans toutes les zones tropicales, se nomme en effet Plumeria après avoir été baptisé Plumiera. Avec celles du tiare, ses fleurs sont utilisées dans la confection des colliers de bienvenue en Polynésie française et dans les îles hawaïennes. 

Charles Plumier (1646-1706)
Charles Plumier (1646-1706)
©videowok_art
©videowok_art

Le Plumeria est parfois plus connu sous le nom de frangipanier. Le marquis italien Pompeo Frangipani aurait en effet créé un parfum à base de fleurs de Plumeria et en aurait fait cadeau à Catherine de Médicis. Pas pour qu’elle se pomponne, mais pour atténuer les odeurs assez beurk des peaux tannées dont on faisait les gants et les souliers. 

Gerard Hoet
Gerard Hoet

Commelina, une affaire de famille

Dans la famille Commelin, il y a tout d’abord Jan, botaniste hollandais né en 1629, qui se chargeât du classement des plantes que les navires néerlandais rapportaient de Ceylan et d’Afrique du Sud. Puis il y a Caspar, neveu du premier, médecin et botaniste lui aussi. Il succéda à son oncle à la tête du Jardin botanique d’Amsterdam. Le genre Commelina a été baptisé en leur honneur. On peut cultiver chez nous la comméline tubéreuse (C. coelestis) qui offre tout l’été des fleurs bleues à étamines jaunes. Attention, elle est peu rustique (-4°C).

©Jayantibhai Movaliya
©Jayantibhai Movaliya
Jean-Paul_Bignon_-_Versailles_MV_2938

Jean-Paul Bignon et la bignone à vrilles

Ce n’était pas n’importe qui ce M. Bignon : homme d’église, prédicateur de Louis XIV, bibliothécaire du roi. C’était aussi l’ami et le protecteur du grand botaniste et explorateur Joseph Pitton de Tournefort qu’il contribua à faire admettre à l’Académie des Sciences en 1696. En signe de reconnaissance, Tournefort donne le nom de Jean-Paul Bignon à une liane tropicale, Bignonia capreolata (à ne pas confondre, avec Campsis grandiflora, la bignone à grandes fleurs).

©Skymoon 13
©Skymoon 13

Des noix pour John Macadam

Il avait tout pour lui ce John Macadam : la jeunesse, la prestance, le talent. Il était médecin, chimiste. Né en Écosse en 1827, il s’embarque pour les antipodes en 1855 et devient enseignant à l’école de médecine de Melbourne. Souffrant d’une pleurésie, il meurt en pleine force de l’âge, en 1865, sur un bateau qui fait la liaison entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Johnmacadam

Son disciple, le botaniste allemand Ferdinand von Mueller, nomme Macadamia, le noyer du Queensland, qui produit les délicieuses noix que nous connaissons, enfin au moins les amateurs de cookies et de glaces Ben & Jerry’s…

©Valentin Volkov
©Valentin Volkov

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

le nom des plantes
Share via
Copy link
Powered by Social Snap