C’est la plus grande collection de Lilas Lemoine du monde ! Le Jardin botanique Jean-Marie Pelt, à Nancy réunit les 214 variétés de lilas créées par Victor Lemoine, le célèbre horticulteur lorrain. Un homme, un seul, Jean-François Gonod, connaît chacune de ses variétés. Interview.

Hortus Focus. D’où vous vient cette passion pour les lilas ?

Jean-François Gonot, responsable de la collection de Lilas. C’est LE spécialiste français !

Jean-François Gonot. Je suis né presque en face des établissements Lemoine, juste à côté du quartier Saurupt, celui de l’École de Nancy (ndlr : figure de proue de l’Art nouveau en France). Quand j’étais enfant, j’allais dans les maisons à l’abandon et les jardins étaient envahis par les lilas. J’ai connu des jardiniers qui faisaient des compétitions de lilas, les fleurs les plus grosses, celles qui tenaient le mieux en vase… Je me suis toujours intéressé à ces arbustes. Et quand la collection a été lancée, dans les années 80, j’ai eu la responsabilité de m’occuper des 12 premiers cultivars. Là, je me suis rendu compte que je n’y connaissais finalement pas grand-chose en lilas. Alors,je me suis plongé dans la littérature, appris à différencier les variétés dont les nuances sont parfois excessivement subtiles…

 

 

Ici, les lilas communs sont tout de même largement majoritaires ?

Oui, puisque Victor Lemoine s’est consacré aux hybridations de Syringa vulgaris, le lilas commun. Mais on trouve aussi ici 4 variétés de Syringa chinensis (les feuilles sont plus petites) et 7 de Syringa villosa (à feuilles gaufrées, plus tardives). Les chinensis, on en voit de plus en plus, car ils font 2 m environ à maturité et sont donc parfaits pour les petits jardins. Les villosa ont été beaucoup travaillés par une Canadienne, Isabelle Preston. Elle a donné naissance à de nombreux cultivars, les Syringa prestoniae (‘Coral’, ‘Agnes Smith’, ‘Redwine’, ‘Miss Canada’…) que l’on trouve depuis une dizaine d’années en jardineries.

L’une des variétés présentes dans le jardin a une histoire assez incroyable…

Oui, il s’agit de ‘Duplex’, un cultivar de Lilas chinensis, considéré comme disparu. Mais dans les années 80, il a été retrouvé en Finlande…par un amateur norvégien de lilas ! Un passionné breton en a obtenu des boutures qu’il a envoyé au Québec. Un ami québécois l’a multiplié et en a offert deux pieds. L’un fait partie de notre collection, l’autre se trouve au Jardin de Brocéliande, en Bretagne.

Sur quoi travaillent aujourd’hui les hybrideurs ?

Aux États-Unis, les recherches portent sur les pétales et leur redivisions. En Russie, les hybrideurs créent des variétés capables de résister au climat sibérien. Dans 99% des cas, il y a toujours un parent Lemoine. Les lilas créés par Victor Lemoine constituent une véritable banque de gènes. 

Le plus célèbre des lilas se nomme ‘Mme Lemoine’. Pourquoi ?

Lilas ‘Mme Lemoine’ ©JF Monhonval

C’est effectivement, depuis plus de cent ans, l’incontournable lilas blanc à fleurs doubles. C’est Marie, l’épouse de Victor, qui a réalisé toutes les hybridations entre un Syringa hyacintiflora ‘Plena’, aux petites fleurs doubles, roses et minuscules, et le cultivar ‘Marie Legraye’, blanc à fleurs simples. Mme Lemoine a “déshabillé” les pétales qui cachent le pistil pour pouvoir le polliniser. Elle a répété son geste 700 fois ! 7 graines ont germé, mais un seul a donné naissance à un lilas blanc, à fleurs doubles. Et Victor lui a donné le nom de son épouse.

Avez-vous envie de vous lancer dans l’hybridation ?

Oui, j’en ai très envie ! Mais je me lancerai quand je serai à la retraite. Pour le moment, je m’occupe de la collection du Jardin botanique ! 

 

 

 
 
 
Pensez à commander votre Hortus box enfant ou adulte sur l’Hortus Shop

4 Réponses

  1. Marty Laurence

    Le lilas est tellement rattaché à notre enfance ! On a tous fait ou voulu faire un petit bouquet parfumé pour nos Mamans. Merci pour cet article fort passionnant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.