Doullens et les fous de plantes, noces de perle à la Citadelle !

 

C’est un rendez-vous incontournable pour tous les amateurs de plantes de qualité. Depuis 30 ans, la citadelle de Doullens sert d’écrin aux plus belles rencontres entre pépiniéristes et passionnés. Jean-Claude Marzec, son créateur, en est toujours l’organisateur. Retour sur trois décennies de fête et de bonheurs !

Hortus Focus. Comment est née l’idée d’organiser une fête des plantes à Doullens ?

Jean-Claude Marzec. À l’époque, j’étais déjà un passionné de plantes ! Mais il n’existait alors aucune fête consacrée aux plantes rares, de collection entre Paris… et la Belgique. Il fallait aller à Courson, Saint-Jean-de-Beauregard pour satisfaire ses envies, rencontrer les producteurs. J’ai consulté des pépiniéristes, parmi lesquels Jean-Pierre Hennebelle et Yves Gosse de Gorre, pour discuter de l’idée. L’enthousiasme a été immédiat et nous nous sommes lancés dans l’organisation avec l’équipe du Lions Club de Doullens. Une vingtaine de pépiniéristes a répondu à l’invitation.

Quels souvenirs gardez-vous de cette première édition ?

Il y en a tellement… Mais le plus grand étonnement, la plus belle des surprises a été le succès de la manifestation. À l’époque, nous avions estimé que 300 visiteurs constitueraient un formidable succès… En fait, en deux jours, 2700 personnes sont venues à la citadelle ! Nous avons vraiment mesuré, sur le terrain, le besoin, l’envie des gens du Nord pour une telle fête.

 

Pourquoi avoir choisi la citadelle comme décor ?

C’est un écrin idéal. Nous avons toujours voulu accueillir les visiteurs dans un lieu beau et calme qui favorise la convivialité, les échanges entre les producteurs et les visiteurs. C’est vraiment l’esprit de Doullens. Et cette année, nous avons décidé de tourner une nouvelle page, de retrouver l’allant un peu “boy-scout” des débuts. On s’est séparé des grandes enseignes de jardinage qui venaient exposer. Trop de marketing. Nous, nous voulons aider les pépiniéristes, les petits producteurs qui font découvrir des plantes encore inconnues ou vous proposent LE rosier ou L’Arbuste que vous cherchiez partout depuis des mois… 

On vous sent pressé de retrouver cette ambiance…

J’aime le côté magique des fêtes des plantes. Des visiteurs lient connaissance autour d’un arbuste, échangent leurs expériences. Ils communiquent par la plante. C’est l’anthropisation du végétal et la végétalisation de l’humain. Quant aux conversations, elles passent, mais les émotions restent…

Comment choisissez-vous le thème de l’année ?

J’ai une grande “bibliothèque verte” à la maison, je lis, je fouille et m’interroge. Depuis 30 ans, nous marchons dans les pas des chercheurs de plantes. Les missionnaires français partis en Chine, les découvertes en Inde du naturaliste Victor Jacquemont, l’expédition qui, pendant 5 ans, emmena Alexander von Humboldt et Aimé Bonpland en Amérique du Sud… Les plantes sont au centre de telles aventures humaines ! Une année, nous avons travaillé autour des plantes qui portaient le nom de variété “Foch”. C’est à Doullens, que le 26 mars 1918, les chefs alliés civils et militaires ont désigné le général Foch (ndlr : il sera nommé maréchal de France, en août de la même année), comme chef unique des armées. Nous savions qu’il existait un rosier à son nom, mais impossible de le trouver. C’est André Ève qui est parti à sa recherche et a fini par le découvrir dans un jardin… allemand. Le rosier a été remis en culture et on le trouve à nouveau au catalogue de plusieurs rosiéristes. 

Pour les 30 ans, où nous emmenez-vous ?

Dans l’univers d’un jeune collectionneur de plantes, Charles Boulanger, et de son Jardin Jungle Karlostachys en Seine-Maritime. Je remercie Nicolas Hennebelle pour cette belle rencontre. Charles va chercher en Asie, seul ou avec d’autres chercheurs, à 3000 m / 4000 m d’altitude, des plantes exotiques qui résistent entre -15° et -20°C. Vous allez pouvoir découvrir des plantes exceptionnelles, notamment des représentantes de la famille des Araliacées. Je suis, personnellement, fasciné par les Brassaiopsis mitis qui prospèrent dans son jardin… 

Quels sont les autres évènements à ne pas manquer ?

Jean-Lin Lebrun (Mela Rosa) baptisera le rosier ‘Albertine Sarrazin’, une de ses nouvelles créations. Le soir, le site sera exceptionnellement ouvert gratuitement au public qui pourra assister à un spectacle pyrotechnique dans la citadelle. 

 

Toutes les infos pratiques, c’est PAR ICI !

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.