Permettre l’entraide entre propriétaires de jardins et jardiniers, échanger en toute confiance et convivialité, c’est ce que permet le site plantezcheznous.com. Les explications de Chantal Perdigau, fondatrice du site.

Hortus Focus : Pourquoi avoir créé ce site ? 

Chantal Perdigau : D’un côté, j’avais des proches avec un jardin qu’ils auraient voulu cultiver pour manger de bons légumes, mais ils ne le faisaient pas, faute de temps ou d’envie. De l’autre côté, j’avais de la famille qui, vivant en appartement était dans l’obligation de cultiver à l’étroit sur un balcon et rêvait de pouvoir jardiner et gratuitement ! Je me suis alors dit “pourquoi ne pas les mettre en relation et organiser un troc des récoltes”.  L’aventure a démarré comme cela, voilà 6 ans ! Hier comme aujourd’hui, il s’agit d’un site, gratuit, de petites annonces qui met en relation les besoins des uns et les envies des autres ! Les propriétaires déposent une annonce en indiquant la surface de leur jardin et le lieu. Quant aux jardiniers, ils expliquent ce qu’ils veulent faire du jardin : planter des légumes ou même installer une ruche, les demandes sont très variées. Les personnes rentrent ensuite en contact et mettent en place l’échange. 

Hortus Focus : Que mettez-vous en avant à travers cet échange ?

Chantal Perdigau : Le but est de permettre au plus grand nombre de s’alimenter avec des légumes de saison cultivés en bio.  Cela renforce aussi le lien social lorsqu’il y a une bonne entente entre les deux partenaires. Très souvent, ceux qui co-jardinent restent longtemps ensemble, on a l’exemple d’un binôme qui s’est créé il y a 5 ans et qui dure encore. Le respect de l’environnement et le fait de renouer le contact avec la nature sont également importants. 

Hortus Focus : Quelles régions peuvent profiter du concept ?

Chantal Perdigau : Je suis toulousaine donc le projet a commencé dans ma région et puis très rapidement, toute la France a été concernée. Aujourd’hui, le site fonctionne en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, et même dans les DOM-TOM !

Hortus Focus : Comment fonctionne le site ? 

Chantal Perdigau : Il suffit de se rendre sur le site, de déposer une annonce ou de contacter directement la personne qui vous intéresse. Il est aussi possible de consulter les annonces sans forcément en déposer une. En parallèle, on cherche à mettre en avant des professionnels (horticulteurs, pépiniéristes) qui vendent des produits originaux du jardin. Nous voulons valoriser ces petites entreprises locales à travers notre rubrique “Choux-choux”. Plantezcheznous.com possède une partie blog où des astuces sont partagées. On relate également des événements jardin et il est maintenant possible de troquer ses graines et ses boutures.

Hortus Focus : Les propriétaires posent-ils plus d’annonces que les jardiniers ?

Chantal Perdigau :  Non, étonnamment, les publications sont vraiment équilibrées. Actuellement, il y a presque 6 000 annonces et on retrouve 51 % de jardins qui sont prêtés et 49 % de personnes qui en cherchent.

Hortus Focus : Chacun peut-il choisir la personne avec qui il va co-jardiner ?

Chantal Perdigau : Tout se joue au feeling, généralement. Les partenaires doivent avoir le même souhait pour le jardin, les mêmes attentes, la même façon de cultiver. Mais chacun est totalement libre de refuser une offre. Bien sûr, il y a des “ratés”, des couples qui se défont, mais c’est la vie. C’est pour ça que le lien social est important, ce n’est pas comme le covoiturage, là, c’est quelque chose qui peut s’inscrire dans le temps. 

Hortus Focus : Quels types de jardins sont mis à disposition ?

Chantal Perdigau : Il y a vraiment de tout ! De la très grande surface à des parcelles de 10 ou 15 mètres carrés. Certains jardins sont en plein centre-ville quand d’autres se trouvent en zone rurale. Du côté des “chercheurs”, c’est également très varié : retraités,  étudiants en permaculture ou en agronomie, paysagistes qui n’ont pas de jardin et même des familles qui souhaitent cultiver avec leurs enfants. Concernant les “prêteurs”, les surfaces de jardin diffèrent, tout comme les personnes : retraités qui n’ont plus la force de jardiner, et des jeunes qui n’ont pas le temps ou pas l’envie. Les échanges sont intergénérationnels, il n’y a aucune barrière, tout le monde peut s’y mettre. 

Panier de fruits et légumes d'été

©monticelllo

Hortus Focus : Qui paye quoi ?

Chantal Perdigau : En ce qui concerne l’accès au jardin et la répartition des coûts, l’accord est mis en place avec le propriétaire. Cela fait partie des points que l’on conseille : bien définir l’accès au jardin, quelle va être la fréquence de venue, comment s’organise l’achat des outils, des graines, de l’engrais… Pour aider les gens, des contrats de prêt de jardins seront bientôt mis à disposition afin de formaliser le partage. 

Hortus Focus : Doit-on partager ses récoltes ?

Chantal Perdigau : La plupart le font, mais certains propriétaires souhaitent juste avoir leur jardin entretenu, le jardinier profite alors de sa récolte seul. Mais il y a plus en plus de personnes qui cherchent à installer des ruches, et dans ce cas, le partage se résume souvent à une petite part de la production de miel ou tout simplement à une initiation à l’apiculture, un échange de connaissances. C’est gagnant-gagnant ! 

Propos recueillis par Morgane Bikile

 

 

Retrouvez des accessoires et des outils sur l’Hortus shop.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.