Le botaniste Francis Hallé et le paysagiste Gilles Clément se sont rencontrés pour la première fois au Gabon, entre le sol et le sommet de la canopée de la Forêt des Abeilles. C’est au magnifique Arboretum de la Sédelle, dans la Creuse, qu’ils se sont retrouvés sous l’arbitrage tranquille et avisé de Ruth Stegassy, bien connue des auditeurs de France Culture pour ses programmes sur l’environnement.                        

Gilles Clément et Francis Hallé

Gilles Clément et Francis Hallé

Le premier est un éminent botaniste, inventeur du Radeau des Cimes, cet étrange vaisseau constitué d’une montgolfière à laquelle est suspendue un radeau en filet, qui lui a permis d’être le premier scientifique à s’intéresser de près à la biodiversité de la canopée tropicale, cette région inconnue au sommet des arbres. Depuis, il n’a de cesse de démontrer, d’expliquer, de faire redécouvrir les arbres et l’extraordinaire vie qui les accompagne à travers le monde, s’aidant pour cela de croquis très simples, essentiels, qui ont constitué l’un des outils pour reconsidérer le classement du monde végétal, et en comprendre un peu mieux l’extraordinaire complexité avec une humilité et un amusement désarmants. Un film (Il était une forêt) lui a été consacré. 

Le second est l’un des paysagistes les plus connus au monde. Précurseur d’une voie écoconsciente et naturaliste du paysage, il est notamment l’auteur des célèbres Jardins en Mouvement du parc André Citroën à Paris.  De ses voyages, de son regard sans cesse alerte sur la beauté d’une nature intacte et de sa grande connaissance des milieux, il a tiré une vision singulière d’un métier qui commençait à manquer d’air, de renouveau. Il est de ceux qui ont remis les plantes sauvages autochtones au goût du jour, de ceux qui ont amené les décideurs et les élus à prendre en compte ce qui pouvait jusqu’alors leur passer inaperçu, et a été l’inspirateur de très nombreux paysagistes qui sont aujourd’hui l’avant-garde de la profession. 

Abandonner l’architecture idéalisée

Dans son message d’introduction, Ruth Stegassy a demandé aux deux spécialistes d’adresser au public, comme un souhait ou une injonction à l’égard de celui-ci.
Francis Hallé, avec une fermeté passionnée, a invité chacun à effectuer la démarche faite par Gilles Clément il y a plus de 20 ans, en venant le rejoindre au sommet des arbres : « (…) Passez une nuit au sommet d’une canopée tropicale, c’est le lieu de la plus grande concentration de biodiversité au monde, l’endroit le plus vivant du monde ».
Gilles Clément, quant à lui, a évoqué le « nécessaire abandon de l’architecture idéalisée » du paysage, cette préséance  au profit d’une architecture de forme, une architecture végétale, telle que Francis Hallé l’a définie depuis de nombreuses années. Selon lui, il faut stimuler la création  autour de l’architecture naturelle, qui doit faire sens  avant le souhait structurel propre au créateur. 

Aussitôt amenés sur ce sujet commun aux deux intervenants, ceux-ci dérivèrent sur les bases de leurs démarches respectives, et les chemins communs sur lesquels elles se retrouvaient. Ainsi, les 24 types d’architectures végétales définies par Francis Hallé amenèrent à ce que Gilles Clément mentionne sa préférence pour des arbres aux structures certes définies, mais imprévisibles, que selon lui le clonage d’arbres identiques produits pour les alignements dans les pépinières pouvait difficilement lui offrir. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque, en réponse à cette idée d’une logique de la forme en fonction du milieu, Francis Hallé plaça sans malice aucune une observation lapidaire : « Non, la forme n’a rien à voir avec l’écologie du biotope». Et d’expliquer que dans une forêt tropicale toutes ces formes coexistent et parfois coévoluent, sans qu’aucune se montre en réalité plus adaptée qu’une autre au site par l’intermédiaire de cette forme. Selon lui, les différents types d’architecture végétale ne sont que les héritages des temps passés qui ont, eux, bien été le siège de nécessaires adaptations à des contraintes aujourd’hui disparues. 

Dans une démonstration à la fois simple et fascinante, Francis Hallé nous parla alors des deux modèles de base chez les arbres : la plante unitaire (typique des gymnospermes tels que les conifères, les fougères arborescentes…) et le modèle plus récent de la colonie, chaque nouvelle pousse de l’arbre devenant une miniature du même arbre par arborescence. Au-dessus du sol comme dans le sol ; au point de devenir virtuellement immortels, puisque dénués de programme de sénescence.

 

Une échelle de temps qui n’est pas celle d’une vie d’homme

Dans leurs échanges, chacun démonta quelques poncifs en douceur, mais avec une redoutable efficacité. Ils fustigèrent quelque peu le législateur lorsqu’il figeait l’écologie, l’histoire du paysage, dans un moment qui, par définition, n’avait pas à être meilleur qu’un autre.

S’ensuivirent, passant par des évocations rieuses des préférences Lamarckiennes ou Darwiniennes de l’un ou de l’autre et quelques désaccords extrêmement mineurs, une suite de considérations à propos de problématiques modernes liées au végétal et au paysage, mais aussi d’une façon plus générale à l’environnement, au regard des besoins et des connaissances actuelles. De ces échanges tournant souvent à des questionnements bien au-delà des problématiques précises évoquées, me resteront deux grandes idées et une grande question. Celle-ci fut posée par Gilles Clément, dont il pense qu’elle doit être un préalable à toute intervention : « Le jardin vous apporte quelque chose chaque jour, comment l’exploiter sans le détruire ? »

Les deux idées, quant à elles, sont issues de la question des espèces invasives et de la bactérie Xyllela fastisuosa, qui décime des milliers d’arbres dans le bassin méditerranéen. La première est celle-ci : le temps des Hommes n’est pas celui de la nature. La nature résoudra toujours  le problème à long terme, mais à une échelle de temps qui ne sera pas forcément celle d’une vie d’Homme.
La seconde est le constat accablant que tous les enjeux environnementaux majeurs d’aujourd’hui consistent non seulement à la réparation des dégâts commis par l’humanité, mais aussi à la réinvention d’un modèle de Société qui intègre nécessairement la nature à l’idée de progrès, un modèle où l’humain comprend comment exploiter sans détruire, sous peine que la réponse du Milieu soit la disparition de l’espèce nuisible que nous avons fini par devenir.

 

Être d’ici et d’ailleurs

Par chance, ces deux personnages, d’une grande humanité, savent aussi voir les avancées considérables auxquelles nous avons accès aujourd’hui, dans cette période difficile, certes, mais stimulante. Et quand Gilles Clément évoque la forêt jardinée de peuples lointains, Francis Hallé partage son enthousiasme à voir l’INRA inciter à l’agroforesterie.

Nous vivons une période de transition, où toutes les limites, cadres, frontières ont volé en éclat avec une brutalité presque inédite sur la surface de notre petite planète. Depuis toujours, c’est le brassage, le changement, les différentes formes d’adversité qui ont fait ce qu’est la biodiversité et, plus universellement, ce qu’est la Vie dans ce moment qui est le nôtre. 

 

 

 

 

 

 

 

La conclusion de la rencontre intervint spontanément, tombant avec un à-propos implacable.
Alors que Gilles Clément évoquait les voyages sur des milliers de kilomètres de graines de plantes qui, un jour, ont été invasives et ne le sont plus aujourd’hui ; alors que Francis Hallé, pour l’appuyer, rappelait que nous ne sommes pas originaires d’ici non plus – avec la malice que lui permet son échelle de temps personnelle -, Ruth Stegassy a voulu citer Emmanuele Coccia en empruntant quelques mots à son ouvrage  La vie des plantes, une métaphysique du mélange. Il y disait à peu près ceci : « Le livre est une longue réflexion sur l’idée du mélange (…), c’est hors des espaces de migration que se situe l’avenir ».

Ma conclusion fut la suivante : les plus grands acteurs de l’écologie se doivent aussi d’être les plus grands humanistes, d’être réalistes ou leur cause sera perdue. J’ai eu beaucoup de chance, car j’en ai rencontré ce jour-là. Et ça fait du bien.  

 

Parc André Citroën : le site
2 rue Cauchy – 75015 Paris

 

Pensez à commander votre Hortus box 100% jardin, enfant ou adulte sur l’Hortus Shop

8 Réponses

  1. Gaspard

    Le radeau des cimes a été inventé par Gilles Ebersolt, moins connu mais tout aussi talentueux

    Répondre
    • Isabelle Vauconsant

      “Radeau des cimes

      Laboratoire scientifique flottant sur la canopée. Une initiative de Francis Hallé, Dany Cleyet-Marrel et Gilles Ebersolt .
      C’est la combinaison d’une structure pneumatique et d’une résille de filet qui permet à ce laboratoire scientifique de flotter sur le sommet des arbres comme sur l’eau. Les 3 ou 4 usagers accèdent au dispositif depuis le sol, par une corde fixe reliée à un tripode en aluminium. Des équipements sommaires facilitent les conditions tropicales d’exploitation : ombriére, abri pour la nuit, rangement.” Extrait du site de Gilles Ebersolt. Merci de la précision que vous avez apporté.

      Répondre
  2. Jacques Hazera

    Bonjour,

    Vous serait-il possible de me communiquer l’adresse de vos trois intervenants ? En tant que représentant de Pro Silva, je m’active pour convaincre mes amis forestiers des Landes de s’ouvrir aux nouvelles approches en la matière, mais je rencontre beaucoup de difficultés : sans doute me prennent-ils pour un rêveur. De mon côté, je déplore qu’ils restent figés dans une sylviculture passéiste ne tenant aucun compte des connaissances modernes.

    Je suis donc à la recherche d’appuis extérieurs, notamment scientifiques et médiatiques, ce qui explique ma demande. Je voudrais notamment organiser des cycles de conférences en invitant des personnalités comme Francis Hallé, Konrad Schreiber, Gilles Doménech, Hervé Covès, Ernst Zürcher, Marcel Bouché et bien d’autres. Je suis convaincu qu’une personne comme Ruth Stégassy – dont j’ai adoré les émissions sur France-Culture – serait en mesure de me prêter main forte.

    D’avance merci pour votre réponse.
    Jacques Hazera
    Expert forestier
    Vice-Président de Pro Silva France

    Répondre
    • Isabelle Morand

      Bonjour Jacques. Je transmets votre message à Eric Lenoir, l’auteur de l’article, j’espère qu’il pourra vous aider. Très bonne journée

      Répondre
    • Eric Lenoir

      Bonjour Monsieur. N’étant pas l’organisateur de la rencontre, je ne suis pas en mesure de vous donner les coordonnées des intervenants. Toutefois, je vous invite à contacter l’Arboretum de la Sédelle pour cela. Une autre possibilité est de passer par leurs maisons d’édition respectives, qui transmettent généralement les demandes de contact.

      L’Arboretum National des Barres -qui a aussi accueilli Francis Hallé- peut aussi être un appui intéressant pour vous, la démarche de ce site où se trouve une école de sylviculture étant plutôt dans une dynamique de progrès du type de celle que vous semblez vouloir promouvoir.

      Répondre
  3. Catherine Cambray

    Très bel article avec deux éminents botanistes et paysagistes qui en plus possèdent une âme hors pair ! Merci Éric Lenoir de nous le partager. Une petite précision pour celui qui veut visiter le parc André Citroën, il est à Paris dans le 15 ème et non à Boulogne Billancourt. Et de là, il faut aller visiter le jardin du musée des arts primitifs, quai Branly. ..qui est aussi en mouvement… Bien à tous. Catherine

    Répondre
    • Isabelle Vauconsant

      Merci Catherine pour la précision. Nous avons modifié l’article et ajouté l’adresse exacte. Bon dimanche !

      Répondre
    • Eric Lenoir

      Mea maxima culpa; ce n’était pas Citroën, mais Renault qui se trouvait à Boulogne-Billancourt… Mon aversion pour l’automobile aura compromis la justesse de la référence!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.