Le domaine de Boutiguery, à visiter d’urgence !

À Gouesnac’h, entre Quimper et Bénodet, fleurissent plus de 40 000 azalées et rhododendrons. Entre avril et juin, les floraisons se relaient, formant de somptueux tableaux colorés, mis en scène par Christian de la Sablière et sa fille, Virginie. Balade en images dans notre diaporama… 

©Didier Hirsch

Une famille, une passion

Les premiers rhododendrons et azalées ont été introduits dans le parc par Carl Blanchet de la Sablière, à l’origine plutôt fan de voile (il décrocha la médaille d’or aux Jeux olympiques d’Amsterdam, en 1928). Il fut à l’origine de la première collection de rhodos, quelque 150 arbustes plantés à Boutiguéry. Son fils cadet, Christian, passionné de voile, de peinture, de photographie est également féru de botanique. Il entreprend, dans les années 60, d’enrichir la collection de son père. L’hybridation viendra plus tard, après la destruction du parc par un ouragan (en 1987). Chaque année, entre 1000 et 1500 plantes rejoignent les 20 hectares plantés du domaine. Et comme bon sang ne saurait mentir, Virginie, paysagiste et fille de Christian, hybride elle aussi et s’emploie à embellir le domaine, à l’enrichir d’autres arbres, d’autres essences. 

©Didier Hirsch

Un patrimoine à préserver

La plus grande collection européenne de rhodos hybrides pousse à Boutiguéry. On peut aussi y admirer le fruit des recherches et hybridations de Christian de la Sablière, notamment dans la parcelle réservée aux rhododendrons polyploïdes (qui possèdent, naturellement, plus de deux paires de chromosomes et offrent de grosses fleurs extraordinaires). Un travail mené en étroite collaboration avec Marc Colombel, hybrideur de plus d’un millier de rhodos, fondateur de la Société bretonne du rhododendron et du Conservatoire des rhododendrons polyploïdes, à Josselin. Virginie, elle, hybride dans un but différent : obtenir des rhodos plus compacts, mieux adaptés aux petits espaces, cultivables en pot. À chacun ses envies et sa spécialité !

Visiter Boutiguéry, c’est aider à la préservation d’un sublime et précieux patrimoine végétal. C’est encourager aussi le partage du savoir et sa transmission. Pensez-y si vous passez en Finistère !

Les conseils de culture de Virginie, c’est PAR ICI !

Jours et horaires d’ouverture, toutes les infos sur Boutiguéry, PAR LÀ !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial