La vigne au jardin est une grimpante simple à cultiver : belle et bonne ! Un feuillage fourni et des grappes savoureuses, que demander de plus. Elle dissimulera facilement une clôture, vous fera de l’ombre sur une tonnelle ou une pergola. Elle aime les sols pauvres, possède de profondes racines grâce auxquelles la sécheresse ne l’effraie pas. Les Égyptiens d’autrefois en étaient déjà de vrais cultivateurs.

Vigne pergola

©soupstock

Variétés et saveurs

Côté saveurs, il faut choisir parmi les variétés classiques :

  • Chasselas, blancs, à petits grains et peau fine – maturité en septembre – juteux et sucré.
  • Muscats, en noir ou en blanc – maturité fin août à début septembre – charnu, musqué, sucré.
  • ‘Alphonse Lavallée’, noir, gros grains et peau épaisse – maturité à mi-automne – saveur légère.
  • ‘Italia’, blanc, gros grains – maturité fin août/septembre – sucré, croquant, juteux.
  • ‘Cardinal’, rouge foncé, gros grains – maturité fin juillet – saveur douce.

… ou parmi les variétés moins connues : Isabelle, Noah, Vanessa, des vignes jamais malades aux parfums étonnants de fruits rouges ou d’ananas …

NICOLAS LAGNEL

Nicolas Lagnel
©Dimitri Kalioris

Nicolas Lagnel, pépiniériste, est installé en Normandie, à Osmoy- Saint-Valéry. Il propose des vignes dans sa pépinière Arbore et sens.

HF : Comment choisit-on une vigne ?

Nicolas Lagnel : Le choix se fait essentiellement sur le porte-greffe selon votre région. Les variétés de vigne, elles, sont adaptées à l’ensemble du territoire et c’est donc le porte-greffe qui doit correspondre à un type de sol. Si votre sol est très calcaire, vous allez choisir un porte-greffe Fercal, le plus résistant à la chlorose, bon face aux nématodes et à la sécheresse, doté d’une vigueur moyenne, ou un 41B qui retarde un peu la maturité, n’aime pas l’humidité et modérément la sécheresse. Il faut prendre conseil auprès de votre pépiniériste et choisir le porte-greffe en fonction de la qualité du terrain de l’endroit où vous souhaitez planter.

HF : À quel moment faut-il les planter ?

Nicolas Lagnel : À l’automne, c’est le bon moment si vous achetez votre vigne en conteneur puisque les nuits sont encore chaudes. Le sol reste tiède, ce qui permet un bon enracinement avant la période hivernale. Si vous n’avez pas le temps de la planter avant le 15 octobre, attendez le mois de mars. C’est une plante qui a besoin de chaleur pour démarrer et la période du 15 octobre au 15 mars ne servira à rien, sauf éventuellement à abimer le plant.

HF : Quand peut-on espérer manger du raisin ?

Vigne terrasse

©FotoHelin

Nicolas Lagnel : Si vous achetez un gros pied, vous en aurez dans l’année. Si vous choisissez un jeune pied, comptez deux ans avant la fructification. C’est une plante du verger qui a l’avantage de donner très rapidement.

HF : Où faut-il l’installer ?

Nicolas Lagnel : Exposez la vigne en plein soleil pour permettre une bonne maturation des fruits. Soyez attentif à l’aération qui limite naturellement le risque de maladies (surtout botrytis et oïdium). L’idéal, c’est au milieu du jardin ou au bord d’une clôture, sur une treille ou une pergola où il y aura une ventilation naturelle. 

HF : comment l’arrose-t-on, la nourrit-on ?

Nicolas Lagnel : On lui donne à boire la première année pour être sûr qu’elle s’installe, mais ensuite il faut laisser la vigne s’enraciner profondément et donc se débrouiller toute seule. Elle doit se fatiguer et chercher par elle-même ce dont elle a besoin. Et comme c’est une plante de terrain pauvre, il n’y a pas de nécessité à la nourrir.

HF : En pleine terre ou en pot ?

Nicolas Lagnel : Je recommande la pleine terre, car c’est une plante qui supporte mal les stress ou les carences. En pot, il faut arroser plus fréquemment bien sûr et fertiliser très régulièrement, et ça rend la fructification plus difficile. En pot, elle satisfera plutôt au côté ornemental. Toutefois, certaines vignes anciennes peuvent donner de bons résultats.

Les porte-greffes pour une belle vigne

  Résistance
à la sécheresse
Résistance
à l’humidité
Résistance
au calcaire actif
Vigueur Risque de chlorose
IPC
Commentaire
Fercal ++ + 40 % + 120 le + résistant à la chlorose
41B + 40 % + 60 retarde la maturité
Ru140 ++ + 20 % +++ 90 très vigoureux et rustique.
161-49 C + 25 % + 50 Sensible à la thylose (terrain sec)
420 A + ++ 20 % 40  il convient bien aux variétés dont la mise à fruit est difficile
5 BB ++ 20 % ++ 40 vigoureux, résistant aux nématodes, bien adapté à l’humidité et aux sols sablonneux.
SO4 + ++ 20 % ++ 30 bon comportement dans les sols humides, compacts, mal drainés et bonne résistance aux nématodes.
1103 P ++ + 17 % ++++ 30 convient dans les sols calcaires, arides et secs ; tolérant en terrain salé
R 110 +++ + 17 % + 30 grande capacité de fructification.
R 99 ++ + 14 % +++ 20 vigueur et rusticité exceptionnelles
Rupestris du Lot ++ + 14 % ++++ 20 éviter de l’implanter dans des sols trop compacts
Gravesac + + 12 % + 20 bien adapté aux terrains acides.
3309 C + + 11 % + 10 sensible au stress hydrique. bien adapté aux sols acides
101-14 MG + + 9 % + 10 bien adapté aux terres d’alluvions mais redoute la sécheresse
Riparia Gloire 6 % 5 adapté aux sols acides mais très sensible à la chlorose
196-17 ++ 6 % +++ 5 extrêmement vigoureux,  recommandé en sols argilo-calcaires compacts ; tolérant en terrain salé

IPC = (Calcaire actif en %) / (Fer facilement extractible en mg/kg)2 X 10 000.

Calcaire actif : on le considère comme faible jusqu’à 5, assez élevé entre 5 et 10, élevé entre 10 et 20, très élevé au-delà.

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial