Vers la boutique d’Hortus Focus
La Ménitré - trottoirs végétalisés
I. Morand

La végétalisation des trottoirs à La Ménitré (49)

À La Ménitré, dans le Maine-et-Loire, la végétalisation des trottoirs, des pieds de murs ont débuté voilà plus de 10 ans. Volonté des élus, adhésion des habitants et engagement du service des espaces verts. Résultat : quand vous traversez la rue principale, vous n’avez qu’une envie : lever le pied pour profiter du spectacle ! 

La volonté d’un maire, Claude Mainguy

Claude Mainguy, La Ménitré
©I. Morand

La Ménitré est traversée par une très longue rue rectiligne, sur presque 2 kms. Des milliers de voitures et de véhicules lourds l’empruntent chaque jour. Le projet de végétalisation est né de trois envies : embellir l’artère, réduire la vitesse des véhicules, remplacer les pots et jardinières par des plantations en pleine terre.

Une condition pour le maire de l’époque, Claude Mainguy : associer les habitants à la démarche d’embellissement puisqu’il va leur revenir d’entretenir ces minijardins de rue. La plupart des riverains acceptent de jouer le jeu et s’engagent à entretenir les plantes. Certains refusent, soit par manque d’intérêt pour les végétaux, soit par peur d’un trop important apport d’humidité dans leurs murs. Les premiers travaux de débitumage sont alors lancés. Peu à peu, les plantes s’installent. Et des habitants d’autres rues demandent des permis de végétaliser. 

Le nouveau maire de La Ménitré, Tony Guéry, va plus loin

Tony Guéry, maire de La Ménitré
©I. Morand

Élu en 2020, Tony Guéry reprend le flambeau de la végétalisation en poursuivant les discussions tripartites entre le conseil municipal, les habitants qui peuvent intégrer des comités spécifiques consultatifs, et les services de la commune.

Son autre souhait, c’est d’inscrire La Ménitré dans une démarche beaucoup plus globale : “Nous vivons dans un grand “poumon vert”. L’entreprise Vilmorin est installée dans notre commune. Nous accueillons le centre de formation horticole CNPH – Piverdière. De nombreux agriculteurs travaillent ici. La commune doit s’engager dans le développement durable.” Sous son mandat, Tony Guéry prévoit donc de poursuivre non seulement la végétalisation des pieds de porte, mais également celle des espaces communaux et des bâtiments publics. Jardins partagés, familiaux sont également à l’étude.

Sur le terrain, le rôle clé de Fabien Jeannière

Fabien Jeannière, La Ménitré
©I. Morand

C’est à lui, responsable des espaces verts, que revient entre autres la tâche de superviser la végétalisation et de dialoguer avec les habitants-jardiniers. En poste depuis 2004, il est particulièrement à même de raconter l’évolution de La Ménitré : “On a évolué doucement, à notre rythme, sans brusquer personne. Il a fallu faire accepter le choix des élus d’arrêter l’utilisation de produits phytosanitaires sur une bonne partie de la commune, avant l’interdiction officielle. Faire accepter aussi de tolérer la pousse de certaines herbes parce que ce n’est pas possible d’être derrière chaque petite chose à la main. Sans pour autant laisser se développer tout et n’importe quoi.”

“Je pense qu’on peut faire beaucoup de choses avec peu de moyens…”

La Ménitré - Végétalisation des trottoirs
©I. Morand

“La mise en place des trottoirs végétalisés demande un peu d’organisation. Il faut déjà s’assurer des zones où l’on peut creuser, sans affecter les réseaux d’eau ou d’électricité. Le trottoir doit aussi être suffisamment large pour ne pas gêner le passage des poussettes ou d’un fauteuil roulant. Puis on enlève l’enrobé et on décaisse sur environ 40 cm. Il faut ensuite rapporter de la terre végétale, amender le sol, planter et pailler.

On conseille aux habitants une liste de végétaux (vivaces adaptées à la sécheresse, petits arbustes, rosiers…). Libre à eux ensuite d’insérer des bulbes, des bulbes annuels, les vivaces qui leur plaisent. D’ailleurs, certains habitants se réapproprient complètement le devant de leur maison. Au fil des années, les plantations d’origine cèdent la place à d’autres espèces. On a déjà vu des tomates et des herbes aromatiques sur nos trottoirs”.

Pour Fabian, l’embellissement n’est pas une fin en soi : “Les riverains discutent plantes, se passent des coups de main quand certains ont un peu de mal à entretenir leurs plantations. Les minijardins créent du lien social et favorisent le bon voisinage.”

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Share