Vers la boutique d’Hortus Focus

Les P’tits Kipik – Au secours des hérissons

Sara et Jérôme Stahl
©Isabelle Morand

À Orsay, dans l’Essonne, le centre de soins Les Ptits Kipik accueille au maximum 25 hérissons. Blessés, orphelins, malades, ils sont accueillis et soignés par Sara Stahl. Jérôme Stahl s’occupe lui de l’association et aide Sara à biberonner les plus petits. Leur objectif : remettre les hérissons en forme pour les rendre à leur vie sauvage. 

Un bébé a tout changé

Sara n’avait jamais songé à consacrer une partie de sa vie aux hérissons. Jusqu’au jour où, avec Jérôme, son mari, elle a trouvé un hérisson mal en point dans son jardin. « C’était il y a une douzaine d’années. On a remué ciel et terre pour savoir comment lui venir en aide. C’était visiblement un orphelin, il avait l’air en détresse. Il errait. On savait seulement que voir ou trouver un hérisson en plein jour, c’est anormal. Ces petits mammifères ne vivent que la nuit. »

Sara et Jérôme mènent des recherches sur internet et finissent par découvrir Le Sanctuaire des Hérissons, la première association montée pour la sauvegarde de ces petits animaux. Ils contactent l’association qui leur donne de précieux conseils. Ils réussissent à sauver le petit, le laissent grandir avant de le remettre en liberté. L’année suivante, rebelote ! Le couple trouve dans son jardin un hérisson blessé, coincé dans le grillage. « Il avait besoin de soins précis. Nous sommes donc allés à l’École vétérinaire de Maisons-Alfort (94)». Sara pose de nombreuses questions, à tel point que le soigneur présent lui propose de devenir bénévole et de suivre une formation. 

« Je ne sais pas pourquoi, avec Jérôme, nous avons été touchés tous les deux par ces petites bêtes. On a complètement craqué sur le petit bébé en détresse. Et du coup, on a décidé d’entreprendre quelque chose. »

Hérisson
Hérisson ©toxitz

Formation et agrément indispensables

Impossible malgré la meilleure des volontés du monde d’ouvrir un centre de soins sur un claquement de doigts. Cela demande du temps, des capacités, de l’engagement aussi. Sara a passé toutes les étapes avant de pouvoir créer son centre Les Ptits Kipik. 

« J’ai fait six ans de bénévolat à l’École vétérinaire de Maisons-Alfort, exclusivement auprès des hérissons. Pour pouvoir s’occuper de hérissons de façon officielle, il faut pouvoir justifier de deux ans à temps complet auprès de l’espèce concernée. Heureusement, je travaillais à temps partiel. Mon apprentissage, je lui ai consacré deux jours par semaine, mes week-ends et mes vacances. J’ai fini par cumuler mes deux ans d’expérience et j’ai pu déposer un dossier de demande d’ouverture de centre. »

L’ouverture d’un centre est, en effet, extrêmement encadré. La loi française est très stricte. Il faut justifier deux ans d’expérience, mais aussi passer devant un jury pour montrer que l’on connait parfaitement l’espèce, ses besoins, les principales maladies dont les hérissons peuvent souffrir et l’éventail de soins à disposition pour s’en occuper. Il est également obligatoire d’avoir un vétérinaire référent qui travaillera en étroite collaboration avec le centre. Il faut évidemment aussi avoir des locaux adaptés. L’ensemble de ces obligations explique le faible nombre de centres de soins agréés en France. 

Prenez vos précautions

Il pique beaucoup, beaucoup, beaucoup. On ne le touche donc jamais à mains nues. Il faut systématiquement mettre des gants si vous devez l’aider et le manipuler.

Comme tout animal sauvage, le hérisson peut transporter des parasites. Donc, gants obligatoires aussi.

Si vous en croisez un la nuit, fichez-lui la paix.

Hérisson
Hérisson @Katie Mayhew

25 pensionnaires maximum

Le centre d’Orsay ne peut pas accueillir plus de 25 hérissons. Ce n’est pas une norme, le nombre est différent en fonction des antennes, de leur surface. Un nouveau centre devrait ouvrir à Ballancourt-sur-Essonne. Sa capacité à terme sera de 60 petits pensionnaires. « Ici, à Orsay, on fonctionne en flux tendu. La demande est exponentielle, mais on ne peut pas en accueillir plus. C’est pour cette raison qu’on essaye de créer le plus possible de petites antennes un peu partout pour favoriser une meilleure prise en charge dans le département. » 

Les hérissons arrivent chez Sara et Jérôme d’un peu partout dans l’Essonne. Soit un vétérinaire indique le centre de soins soit les P’tits Kipik sont contactés via internet. 

Les P'tits Kipik
Les P'tits Kipik @Isabelle Morand

Quelles sont les causes d’une « hospitalisation » ?

« Le hérisson peut avoir été victime d’une attaque de chien. Il souffre alors de morsures. Les tondeuses, les débroussailleuses provoquent au mieux des coupures, au pire la section d’un membre. Les hérissons peuvent aussi être tout simplement malades : infections intestinales, salmonellose, bronchites, parasites… »

Hérisson malade
Hérisson malade ©Gorlov

Le signe qui doit alerter

C’est un petit mammifère nocturne. Donc, si vous le voyez en plein jour, quelque chose cloche… « Un hérisson qu’on va voir couché en plein soleil, en plein jour, au milieu de la pelouse, c’est pas bon du tout ! Un hérisson au soleil, c’est un animal qui ne régule plus sa température. Il va donc tenter de se réchauffer au soleil. Et là, il devient la proie des mouches qui vont pondre dessus. Les asticots éclosent en quelques heures et l’animal se fait dévorer vivant… »

Hérisson

Pourquoi trouve-t-on des orphelins ?

Il faut savoir qu’une maman hérisson abandonne son nid et ses bébés si le nid est dérangé par des travaux de jardinage ou s’il a été accidentellement détruit. Pour la maman, la portée est condamnée et elle s’enfuit en abandonnant ses petits pour refaire une portée ailleurs .

« Parfois, les bébés naissent chez nous. On nous confie une femelle à soigner… Elle met bas et on se retrouve avec des pensionnaires supplémentaires. La situation est plus simple : bien en sécurité, la maman s’occupe de nourrir et d’élever ses bébés. L’évènement se produit au centre une à deux fois par an. »

Que faire si vous trouvez un animal malade

Voici les conseils de Sara :

« Quand on trouve un hérisson en détresse, la première chose à faire, c’est de prendre le hérisson et le rentrer à l’intérieur dans une grande boîte en carton. Mettez dans la boite du journal ou une serviette. Posez le hérisson. Remplissez une petite bouteille avec de l’eau chaude, glissez-la dans une vieille chaussette pour que le hérisson ne se brûle pas. Il a besoin à ce moment-là de cette petite bouillotte. Même s’il fait 40°C dehors, l’animal est quand même en hypothermie s’il est malade ou blessé. Quand on est en état de choc, on ne régule plus sa température. Mettez l’animal au calme et cherchez à contacter un centre de sauvegarde. On ne s’improvise pas soigneur ! Même avec la meilleure volonté du monde, on peut faire des bourdes énormes. »

hérisson bébé

Le souci

Tous les départements ne disposent pas de centres de soins. Il faut parfois faire 200 km pour en trouver un… Vous pouvez aussi téléphoner à un vétérinaire. Certains acceptent de prendre en charge les hérissons, car ils savent soigner d’autres animaux que les chats et les chiens. Ils s’occupent des NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Mais tous les vétérinaires n’ont pas les compétences requises.

Un biberon toutes les deux heures

Quand des nouveau-nés arrivent au centre, ils sont tout blanc et leurs piquants encore tout doux et quasi translucides. Mais comme tous les tout petits bébés, il faut les nourrir très régulièrement, en l’occurrence toutes les deux heures, le jour comme la nuit, avec des biberons-pipettes. Les bibs contiennent du substitut de lait, le hérisson ne supporte pas le lait de vache. Petit à petit, les séances de biberonnage s’espacent et les quantités sont augmentées. Puis, les petits passent à la nourriture humide avant d’arriver aux croquettes.

Herisson-biberon-GlobalP-iStock-1316778293

Ne donnez jamais de lait de vache aux hérissons petits ou grands, au mieux ils auront des diarrhées, au pire, ils en mourront… Donnez-leur de l’eau, un point c’est tout !

Quelles croquettes donner au hérisson ?

On peut leur donner des croquettes pour chats, de préférence à la volaille. Mais, en fait, toutes les croquettes conviennent à partir du moment où elles sont de bonne qualité. Pour les plus petits hérissons, il faut des croquettes pour chatons, nettement plus riches et qui vont favoriser leur croissance.

Le retour à la vie sauvage

Il n’est pas possible d’adopter un hérisson. C’est strictement interdit. Notre hérisson d’Europe est un animal protégé et la loi interdit formellement toute détention, captivité et vente. On n’a même pas le droit de le déplacer. On peut, par exemple, le pousser si on le trouve au milieu d’une route. Si on déplace une maman par exemple, on sacrifie toute une portée (lire plus haut). 

Après quelques jours, semaines ou mois, les hérissons retournent à la vie sauvage. Mais pas n’importe comment. « Quand le séjour au centre a été court, on les relâche très rapidement, parce que ces animaux ont leurs repères, ils savent se nourrir seuls. Les hérissons arrivés tout petits n’ont jamais connu la vie dans la nature. Ceux qui restent longtemps au centre ont perdu, eux, leurs repères. Ils ont besoin d’un temps pour s’adapter ou se réadapter ».

Ils sont alors installés dans des enclos, dans des parcs ou de grands jardins. Là, ils vont réapprendre à gratter le sol, à chasser, à soulever les feuilles pour débusquer des vers, des insectes. 

Sara visite les enclos pour constater les progrès de ses petits protégés. Au centre de soins, ils ont pris parfois de « mauvaises » habitudes. Ils entendent les soigneurs, sortent voir ce qu’il peut bien se passer et sont finalement déréglés ! Pour avoir leur « autorisation de sortie », ils doivent être invisibles la journée, être capables de faire un nid avec de la paille et des feuilles mortes. Des insectes vivants sont lâchés dans l’enclos pour vérifier qu’ils chassent. 

Quand Sara constate qu’ils sont autonomes, la porte de l’enclos est ouverte et le hérisson part quand il se sent prêt. 

« Le but d’un centre, c’est de relâcher l’animal. Ces mammifères doivent vivre libres ! Et nous accordons beaucoup d’attention et de temps à ce retour à la vie sauvage. »

Les hérissons peuvent-ils être tatoués ?

On ne le fait pas. Mais des études scientifiques ont été menées en collaboration avec des centres en Allemagne, en Suisse et en Angleterre. Des hérissons ont été équipés de balises. Ils ont été suivis par des équipes de chercheurs et d’étudiants. Principal enseignement : un hérisson se déplace beaucoup plus qu’on ne le croit. Il est capable de faire deux à trois kilomètres par nuit. 

Hérisson
©creativenature_nl
Hérisson
Hérisson ©Николай Татару
Les P'tits Kipik
Les P'tits Kipik @Isabelle Morand

Les P’tits Kipik ont besoin de vous ! 

Sara et Jérôme sont bénévoles. Les P’tits Kipik, c’est une association loi 1901 qui permet de récolter des fonds. Car un centre a besoin de médicaments, de nourriture, de mini-biberons, de substitut de lait, de croquettes, etc.

Les dons sont donc plus que bienvenus. Ils permettent de faire fonctionner le centre, d’aider les autres centres qui peuvent rencontrer des difficultés financières.

Autre objectif : sensibiliser les publics jeunes ou adultes à la fragilité des hérissons et à la nécessité de préserver leurs populations. Exemples : avant de faire un feu, avoir le réflexe de regarder si un hérisson n’a pas trouvé refuge dans le tas à brûler ; ne pas avoir un jardin tout propre, partout, car le hérisson a besoin de petits coins sauvages pour vivre heureux. N’oublions pas que son milieu naturel a été en grande partie transformé par l’agriculture intensive. Il se rapproche de nos habitations, de nous les humains pour trouver refuge.

Les pièges à hérissons

  • Les grillages à mailles moyennes, l’animal se coince dedans et il meurt au bout de quelques jours.
  • Tous les outils coupants de jardin qui peuvent sectionner des membres.
  • Les trous creusés pour planter arbres et arbustes et qui restent ouverts plusieurs jours. Le hérisson peut tomber dedans et il ne sera pas capable d’en ressortir.
  • Un regard laissé ouvert, sans grille de protection.
  • Les granulés anti-limaces et escargots qui intoxiquent les hérissons.
  • La mort-aux-rats : « on y pense moins, mais nous avons beaucoup de hérissons qui arrivent au centre victime d’une ingestion de mort-aux-rats. Ils meurent d’effroyables hémorragies. »
  • Les pelouses tondues à la pince à épiler, l’absence d’abri naturel, de tas de feuilles mortes. Les insectes ont besoin de feuilles mortes, de matériaux en décomposition. Les hérissons cherchent des feuilles mortes pour construire leur nid. Un jardin aseptisé et c’est toute la faune et la micro-faune qui meurent. 

Est-il possible d’attirer un hérisson dans son jardin ?

Oui. En laissant des coins sauvages et en lui donnant des croquettes pour chats. Si on ne veut pas nourrir tous les chats du quartier, on peut construire un petit restaurant à hérissons, un abri avec une entrée en chicane (les chats ne pourront pas entrer). Seul le hérisson pourra y circuler et se régaler. Leur donner à manger est très important au moment de la sortie d’hibernation. Quand ils émergent, ils sont tout maigres. «

« Vous pouvez aussi installer cette petite cabane en été, car, en période de canicule, la terre est sèche et dure. Ils n’arrivent plus à creuser pour trouver des vers et meurent de soif et de faim. Dans l’abri, mettez des croquettes et de l’eau.  Enfin à l’automne, il faut aussi les aider à se nourrir. Les petits qui sont nés un peu tard doivent faire du gras avant l’hiver pour espérer avoir une chance de survivre. Leur donner des croquettes à l’automne, c’est vraiment un énorme coup de pouce. Ça peut leur sauver la vie ! »

Une à deux portées par an

Chaque maman donne naissance  en moyenne à 3 ou 4 bébés, mais le nombre peut monter jusqu’à 8. La mortalité infantile est très importante. Un quart des petits meurt avant même d’avoir quitté le nid. 75% des hérissons ne verront jamais l’année suivante. 

Hérisson
Hérisson ©ara_uhryn
Hérisson au sortir de sa maison
Hérisson sortant de sa demeure au printemps ©Coatesy

Pas de couches à changer, mais…

Au centre, on remplace la maman dans tous les gestes de soins. Donner le biberon ne suffit pas. Les bébés ne sont pas capables de faire pipi et caca tout seuls. Il faut donc stimuler à la main la partie génitale pour les aider à faire leurs besoins.

Dans la nature, c’est la maman hérisson qui lèche cette partie du corps pour les stimuler et pour les nettoyer aussi. La main du soigneur prend le relais de la mère absente dans tous les gestes du quotidien, de la nourriture à la toilette.

Heureusement, les bébés hérissons grandissent plus vite qu’un bébé humain. 

Un abri pour l’automne et l’hiver, les conseils de Sara

  • Laisser un tas de feuilles à leur disposition.
  • Si vous achetez une maisonnette, installez-la de préférence sous une haie, un buisson bien épais et recouvrez-la de feuilles
  • Pour savoir si le nid est occupé, croisez deux brindilles à l’entrée de l’abri. Si le hérisson est entré (ou sorti), les brindilles ne seront plus là. 
Hérisson dans le feuilles
©Ondrej-Prosicky

Bien connaitre les animaux, un gage de réussite

Sara et Jérôme gèrent seuls le centre : « Dès le départ, nous voulions pouvoir fonctionner de façon autonome pour un meilleur taux de réussite dans les soins. On voit tout de suite les changements, même les plus infimes. Parfois, on ne sait même pas mettre des mots sur ces observations, mais on sent que l’animal va mieux ou moins bien. La faune sauvage cache ses problèmes jusqu’au dernier moment. Si nous étions 4 ou 5 à nous occuper des hérissons, nous passerions sans doute à côté de signes qui peuvent amener à une catastrophe ».

Pour cette raison, l’association pousse à la mise en place de petits centres où ce sont les mêmes personnes qui s’occupent au jour le jour des animaux.

Tous les hérissons ont un nom

Chaque animal recueilli est prénommé. Ils arrivent au centre en tant qu’individus. Comme nous, chacun a son caractère ! Quand les gens amènent un hérisson, on leur demande s’ils veulent choisir un nom. Cela permet également aux découvreurs de prendre des nouvelles de leur protégé via la page FB des P’tits Kipiks, Marvel, Cantarelle, Mina trouvée coincée dans un grillage, Flora, Lola qui a accouché au centre. … 

Hérisson qui lit
Hérisson intello ! ©privetik
close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Sara et Jérôme Stahl
Share via
Copy link
Powered by Social Snap