Le lombrix 100% breton !

DR

Il existe dans un coin du Finistère, sur la presqu’île de Crozon, un lieu où des milliers de vers de terre se gavent et se gavent encore de déchets. De grands bacs blancs où ils se livrent à leurs festins sort un précieux liquide, du thé de compost vendu sous le nom Le Lombrix.

C’est du lombricompost, pas du compost !

Compost :
dégradation des déchets par les bactéries. C’est un processus très efficace, mais qui prend du temps avant d’obtenir un compost bien mûr.

Lombricompostage (ou vermicompostage) :
dégradation des déchets par des vers de terre spécifiques (pas les lombrics de nos jardins). Ces vers mangent des déchets verts, du marc de café, des épluchures de légumes, du crottin d’âne ou de chevaux non vermifugés bien sûr ! Les déjections des vers sont directement assimilables par les plantes. Le fertilisant obtenu est 100% naturel et sans odeur ! 

Exemple avec le crottin : on vous conseille parfois de mettre du crottin au pied des plantes. OK. Mais les racines de la plante n’ont pas de petites jambes, ne peuvent pas venir se nourrir de ce crottin. Ajouté aux bacs de lombricompostage, le crottin est digéré par les vers de terre et transformé en fertilisant, en percolat. 

Une affaire familiale

Le lombrix 100% breton

Charles et Alain Zaphiropoulo sont frères et ce sont les créateurs de l’entreprise Le Lombrix. Alain est à la retraite et prête main-forte à Charles qui a abandonné son métier d’agent immobilier à Paris pour monter cette entreprise bretonne de lombricompostage. Comme une envie de changer de vie et une autre de mettre en application ses cours lointains de bio : « on y parlait déjà de lombricompostage, mais les études restaient tout à fait théoriques. C’était l’époque « bénie » pour les engrais chimiques de toutes sortes. 

À l’époque, il n’était pas question de business, d’argent et le naturel on en était loin. Imaginez-vous voilà 35 ans aller voir un agriculteur pour lui propose votre engrais 100% naturel et aussi efficace voire plus que les produits chimiques, mais un peu plus cher. Le gars vous aurait tapé sur l’épaule en vous disant : « Allez, mon gars, je vais garder mon engrais chimique… ». L’époque a changé. Alain et Charles se sont lancés dans l’aventure.

Du petit meuble aux gros bacs

Le lombricompostage peut être pratiqué à la maison. Il existe des meubles (y compris des mini composteurs) faciles à caser dans une cuisine, sur une terrasse ou un balcon. Les prix ne sont pas délirants. Il faut en revanche acheter les vers et respecter quelques règles simples au bon fonctionnement de cet écosystème. Le percolat que vous obtiendrez sera parfait, mais pas très abondant, juste de quoi fertiliser quelques pots (mais c’est mieux que rien !).

Le Lombrix 100% breton
©dr

Évidemment, au stade industriel, les équipements ne sont pas les mêmes. L’entreprise Le Lombrix a investi un hangar, installé des gros bacs blancs et acheté des centaines de vers de terre. Des robinets permettent de tirer le percolat qui, une fois filtré, est versé dans des bidons blancs de différentes tailles.

Hermaphrodites

Chaque ver pèse environ 0,5 g. Dans les bacs du Lombrix vivent quelques kilos de vers. Il faut savoir que les vers sont hermaphrodites, ils s’accouplent, ils pondent. Les œufs ont la taille d’une tête d’épingle et contiennent deux-trois petits filaments qui grandissent assez vite. 

La population de vers s’autorégule. Les vers se reproduisent en fonction de l’espace et de la nourriture. Quand la demande est forte, d’autres bacs sont installés et les vers s’y reproduisent rapidement. 

meuble à lombricompost
©Ashley-Belle Burns

Les vers de terre adaptés au lombricompostage

Il existe plusieurs espèces adaptées comme Eiseinia fetida, et E. andrei par exemple. Ces vers ne mangent pas tous les mêmes choses. Certains préfèrent des déchets verts frais, d’autres préfèrent des déchets dégradés comme des fruits pourris. Ils sont plus petits que les lombrics de nos jardins et sont une stupéfiante voracité ! Sachez quand même qu’ils préfèrent des déchets coupés en petits morceaux. Facilitez-leur la tâche…

Le lombric
©dr

Comment s’utilise le Lombrix ?

Attention, ce fertilisant est surpuissant et s’utilise toujours DILUÉ, à 1/10ème (le bouchon doseur du produit est bien pratique). C’est un fertilisant utilisable aux quatre-saisons, à raison d’une fois par mois environ, en complément des autres arrosages. Si la plante que vous fertilisez est stressée par une taille ou un rempotage, vous pouvez doubler la dose (pas de cata à l’horizon). 

Le fertilisant s’utilise pour fertiliser absolument toutes les plantes d’extérieur, les cultures potagères, les plantes d’intérieur. N’oubliez pas qu’une plante en pot ne se contente pas d’eau. Une fois qu’elle a épuisé les ressources nutritives contenues dans son substrat, il faut bien leur donner kek chose à manger sinon elles deviennent maigrichonnes, moches, bref affamées. 

« Vous pouvez rester en vie en mangeant un sandwich jambon beurre à chaque repas. Vous aurez des glucides avec le pain, des lipides avec le beurre et des protéines grâce au jambon. Mais il vous manquera des vitamines, des oligo-éléments. Les plantes sont comme nous, elles ont besoin d’un peu de tout et aussi d’oligo-éléments. »

Le petit plus

Lombricomposter (comme composter) permet de réduire le volume de nos poubelles. En recyclant vos déchets alimentaires, le volume de vos poubelles sera réduit de 40 à 50%.

Peut-on tout mettre au lombricomposteur ?

Les petits ogres les aiment en petits morceaux :

  • Les épluchures de légumes coupées en petits morceaux.
  • Les épluchures de champignons.
  • Le marc de café et les filtres à café (non blanchis, c’est mieux).
  • Les morceaux de fruits non consommés, les fruits gâtés.
  • Les feuilles et les fleurs des jardinières ou de plantes d’intérieur.
  • La peau de banane.
  • Les restes de haricots équeutés.
  • Du pain en petite quantité.

Des petits morceaux de papier ou des petits bouts de carton.

Ne leur donnez pas à manger

  • Les asperges (crues ou cuites).
  • Les patates et leurs épluchures.
  • Les agrumes.
  • L’ail, l’oignon, l’échalote. 
  • Les restes de plats cuisinés,
  • la viande,
  • le poisson.
  • L’huile et les matières grasses.

Les déjections de vos animaux domestiques.

Où trouver le Lombrix

Sur le site de l’entreprise (Le Lombrix), vous trouverez également la liste des points de vente dans différentes régions.
À savoir : ce fertilisant est en vente chez de nombreux fleuristes.

Le Prince Lombric et la Belle Bactérie au sol dormant

« Derrière les lombrics, on observe un système organisé, mutualiste et fonctionnel, la drilosphère, l’espace des vers, et celui-ci fonctionne à la façon de la Belle au Bois dormant qu’un Prince réveille. Dans le rôle des Belles, des micro-organismes, les bactéries, capables de digérer une bonne partie de l’ensemble des éléments organiques naturels, mais dans l’incapacité de se déplacer ! Une fois cette nourriture consommée, elles s’endorment et leur sommeil peut durer plusieurs mois…

Surviennent alors les Princes charmants, sous l’aspect insolite des invertébrés du sol, annélidés et insectes. Problème : si ces derniers se déplacent fort bien, ils souffrent de ne pas pouvoir digérer les débris dont ils se nourrissent ! Qu’à cela ne tienne, nos amies les bactéries, ingérées par le Prince Lombric avec un peu d’eau, de terre et mélangées à un soupçon de mucus intestinal vont se réveiller et concourir à cette digestion ! »

Patrick Lavelle, professeur à l’Université de Paris 6. 

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap