Biodiversité et tourbières avec Hervé Cubizolle

Biodiversité et tourbières avec Hervé Cubizolle
Biodiversité et tourbières avec Hervé Cubizolle
TerraFocus
TerraFocus
Biodiversité et tourbières avec Hervé Cubizolle
Loading
/

Les tourbières sont la spécialité d’Hervé Cubizolle, chercheur, qui vient de faire paraitre un livre aux éditions Quæ “Plaidoyer pour les tourbières“.

Ce sont des zones humides tout à fait spécifiques. On en trouve presque partout dans le monde. Elles sont très anciennes et ont des fonctions écologiques bien particulières dont nous aurions tort de nous dispenser.

Plaidoyer pour les tourbières de Hervé Cubizolle
Plaidoyer pour les tourbières • Hervé Cubizolle • Éditions Quæ • 28€

Hervé Cubizolle est un passionné, vous l’entendrez dans le podcast.  La qualité de ces écosystèmes complexes constitue des refuges de biodiversité, des espaces de régulation de crues et d’étiages, de stockage de carbone dans des quantités souvent très importantes et de conservation de couches de l’histoire du monde. Hervé Cubizolle est d’ailleurs tout autant intéressé par l’aspect patrimonial qu’elles recèlent.

Services écosystémiques des tourbières :

  • Filtration de l’eau pour une eau souterraine de qualité,
  • Absorption de l’eau du sol et diminution des risques d’inondations,
  • Milieu propice à l’étude des espèces locales,
  • Réservoir de CO2,
  • Habitat et source de nourriture et d’eau pour plusieurs espèces.

Peu de recherche

Mais, les tourbières sont peu étudiées et donc mal connues. Elles ont été largement exploitées et très tôt dans l’histoire humaine, comme combustible et comme matériaux de construction. Et ce sont les pays du Nord qui possèdent le patrimoine bâti le mieux conservé aujourd’hui ; et l’Islande en particulier. Peu à peu , elle devient le matériau des pauvres, car les constructions ne sont pas très solides. En revanche, on se chauffe. Et l’Irlande va utiliser de la tourbe pour son industrie jusqu’en 2019.

La tourbe en culture

Une partie de la troupe extraite – 30 millions de tonnes – va dans les supports de culture. On estime que 60% de la production mondiale de terreaux horticoles est à base de tourbe. Et pour cause, c’est un substrat idéal pour les producteurs.

Il est temps de réfléchir

Toutefois, pour sauvegarder des zones humides qui piègent du carbone et contribuent ainsi à ralentir le dérèglement climatique, il est urgent de chercher d’autres solutions. Certains pensent au biochar. Une loi européenne sur la restauration de la nature et des tourbières se discute depuis 2022 et a été votée le 27 février 2024. Le texte prévoit la restauration de 20% au moins des terres et des mers de l’Union européenne (UE) d’ici à 2030 et de tous les écosystèmes dégradés d’ici à 2050, parmi lesquels « remettre progressivement en eau les tourbières (30% en 2030 et 50% en 2050) ».

Hervé Cubizolle est professeur à l’université Jean-Monet de Saint-Étienne dans l’UMR “Environnement, ville, société” dont il a dirigé l’équipe EVS_ISTHME pendant 10 ans. Aujourd’hui directeur du master “Histoire, civilisation, patrimoine”, il est également administrateur de France Nature Environnement Loire, membre et ancien administrateur de la Société nationale de protection de la  nature, et membre de la Ligue pour la protection des oiseaux.

Ce podcast a été cofinancé par Premier Tech, fabricant mondial de terreaux.

Mais comment restaurer correctement ce qu’on ne connait pas bien ? se demande le chercheur. Comment savoir si les faibles moyens engagés sont au moins, bien utilisés ?

164 Shares 3.5K views
Share via
Copy link