Modulable, autoportante et autonome, la cabane polypode conçue par le duo de paysagistes “De la plume à la bêche” expérimente de nouvelles manières de conquérir l’espace urbain.

Sarah Sellam et Steven Domin.

De la plume à la bêche, Sarah Sellam et Steven Domin.

Structure modulable en acier tressé, elle s’adapte aux contraintes urbaines et permet de végétaliser les espaces extérieurs que ce soit une terrasse, une cour ou un balcon. Ce concept aux fondements écologiques et artistiques s’adapte aux lieux, aux besoins et aux envies des clients. 

La densité du tressage associé aux plantes grimpantes qui le recouvrent permet de jouer avec l’exposition, générant plus ou moins d’ombre ou de lumière. Véritable cocon végétal, la cabane polypode offre la possibilité de créer des lieux intimes et de masquer les vis-à-vis si nombreux en ville. Un soin tout particulier est apporté au choix des végétaux. Ils sont sélectionnés en fonction de leur résistance aux contraintes urbaines, mais également avec un souci d’esthétisme dans le but d’une végétalisation permanente. C’est un savant équilibre entre plantes à feuillages persistants et plantes caduques pour animer la structure tout au long de l’année.

La cabane polypode, prix Cité Verte du Concours de l’innovation Jardins Jardin 2014, est devenue la signature de Sarah Sellam, architecte-paysagiste DPLG et Steven Domin, jardinier-paysagiste, tous deux fondateurs de “De la Plume À la Bêche“.

 

Une jolie boîte à ficelle pour attacher vos grimpantes à leur tuteur ? C’est sur l’Hortus Shop

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.