Vous pouvez les planter chacun dans un coin du jardin, les réunir pour constituer un massif d’arbustes en jouer avant leur taille et la couleur de leur feuillage. Et même pour trois d’entre eux les cultiver en bac pour en profiter sur votre terrasse ou votre balcon. Une sélection signée Jean-Loup Hennebelle. 

Pour changer du cotonéaster…

©krzysztof-ziarnek-kenraiz-wikimedia-commons

 

“Le stéphanandra rampant est parfait pour les petits jardins où les endroits où l’on ne sait pas trop quoi planter. Par exemple, sur un talus bâché pour éviter le traditionnel cotonéaster. Ce Stephanandra incisa ‘Crispa’ va s’étaler sur environ 1,50 m de large et ne dépassera pas 80 cm de haut. Il fleurit au mois de juin en petits pompons blancs. Le feuillage vire au doré en automne. Cet arbuste caduc est parfait en terrain argileux ; il apprécie moins les terrains secs ou calcaires. Côté rusticité, il supporte sans broncher – 15°C”. Pour la taille, il suffit d’intervenir après la floraison pour rectifier sa silhouette. Dans une plate-bande avec des vivaces ou un massif d’arbustes, installez-le en avant pour pouvoir bien en profiter.”

 

Rondouillarde !

©david-j-stang-wikimedia-commons

“Magic Carpet’ est une spirée à petit développement, bien compacte et au feuillage particulièrement intéressant. Les jeunes pousses sont de couleur bronze- orangée, la plante fait vraiment de l’effet dans un petit massif d’arbustes ou de vivaces. Cette  spirée du Japon peut monter jusqu’à 80 cm. Taillez-la pour lui garder une silhouette harmonieusement dodue. La floraison rose soutenue court sur juin et juillet et remonte un peu en septembre. Vous pouvez la cultiver en pleine terre et en pot.”

 

 

 

Bronze et pourpre

©westwood-gardens-blog

“Une valeur sûre pour les petits jardins. Aussi sûre que ses parents, les physocarpes ‘Dart’s Gold’ à feuillage doré et ‘Diabolo’ au feuillage pourpre. ‘Diable d’or’ produit des pousses bronze au printemps, le feuillage vire au pourpre en été et le demeure jusqu’en décembre. Il ne perd ses feuilles que durant 3 mois. Il va atteindre 1,50 m environ. Les fleurs blanches apparaissent en mai-juin. Plantez-le de préférence au soleil en tout type de sol, il a vraiment bon caractère ! Enfin, il s’adapte bien à une culture en pot.”

 

 

Du parfum en plein hiver

©miya-wikimedia-commons

“Le Daphne odora mériterait d’être un peu plus connu. Quand il fleurit en hiver, on peut sentir son parfum extraordinaire à plusieurs mètres ! Plantez-le à proximité de la maison, cultivez-le en pleine terre ou en bac, à mi-ombre, pour en profiter à la mauvaise saison. Le daphné n’est pas très encombrant, environ 1 m en tous sens. Vous pouvez le cultiver seul ou l’intégrer à un massif d’arbustes ou une scène japonisante. Il déteste les terres très humides donc prévoyez un bon drainage en terre ou en pot. Attention, toutes les parties de la plante (écorces, baies qui suivent les fleurs) sont toxiques. Si vous le taillez, n’oubliez pas de mettre des gants, la sève peut provoquer de sévères réactions allergiques. 

 

 

Jean-Loup Hennebelle.

 

Comment composer un massif ?

“Installez en toile de fond le physocarpus. Placez le daphné sur le côté le plus proche du passage et la spirée de l’autre côté. Et devant tout ce petit monde, plantez le stéphanandra.”

 

 

Ces arbustes sont disponibles à la pépinière de Jean-Loup et Nicolas Hennebelle. La pépinière sera présente les 13, 14 et 15 octobre aux Journées des plantes de Chantilly (60) 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.