Premières gelées, première neige… Sale temps pour les petites boules de plumes qui peinent à trouver leur nourriture. Comment les aider à passer l’hiver ?

La mort des oiseaux

rouge gorge

©pablo_arriaran

Le soir, au coin du feu, j’ai pensé bien des fois,
À la mort d’un oiseau, quelque part, dans les bois,
Pendant les tristes jours de l’hiver monotone
Les pauvres nids déserts, les nids qu’on abandonne,

Se balancent au vent sur le ciel gris de fer.
Oh ! comme les oiseaux doivent mourir l’hiver !
Pourtant lorsque viendra le temps des violettes,
Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes.

Dans le gazon d’avril où nous irons courir.
Est-ce que “les oiseaux se cachent pour mourir ?”

François Coppée (1842-1908)

 

 

De la difficulté d’être un oiseau

Attraper un ver de terre en cette saison ? Impossible ! Les vers, pas fous, sont partis se mettre au chaud en s’enfonçant dans le sol. Trouver des graines ? Elles sont très rares à ce moment de l’année… La disette menace les mésanges bleues, mésanges charbonnières, gros-becs casse-noyaux, verdiers, moineaux, pinsons des arbres, chardonnerets, fauvettes, accenteur mouchets, merles, grives musiciennes… Or, comme nous, sans eau et sans nourriture, un oiseau ne tient pas le coup longtemps, surtout si du grand froid s’installe. Il faut donc les aider, leur offrir à manger et à boire, il en va de leur survie. À la campagne comme à la ville !

Venez-leur en aide depuis les premières gelées jusqu’au mois de mars environ (sauf si l’hiver s’est voté une prolongation). Les oiseaux peuvent – et doivent – ensuite se débrouiller tout seuls. 

 

©sasimoto

 

Chouette, une cafèt !

©rob_lan

  • Installez plusieurs mangeoires ou points de nourrissage pour éviter les bagarres. Quand les oiseaux ont faim, ils ne se font pas de cadeaux. Observez les mésanges, vous verrez qu’elles savent “faire le ménage” autour d’une mangeoire !
  • Placez les mangeoires en hauteur, pas la peine de fournir un plateau repas gratuit aux chats du quartier, toujours en embuscade. 
  • Installez des boules de graisse çà et là dans les arbres. Elles peuvent contenir des fruits secs, des graines… Un apport de lipides vital.
  • Certains oiseaux préfèrent manger par terre (et rebelote le chat, mais là, vous n’y pouvez rien !). Donnez-leur des graines sur une planche pour les préserver un peu de l’humidité.
  • Quand ils mangent, les oiseaux ont tendance à en mettre un peu partout. Choisissez bien la place des mangeoires pour éviter d’avoir à arracher des “champs de blé” (expérience vécue, j’ai bien pesté quand il a fallu nettoyer les hydrangeas, le pied du noisetier etc envahi par les pousses !)
  • Si vous avez la flemme de leur préparer des mélanges maison, achetez des graines en animalerie ou ailleurs. Et si vous avez le choix, nourrissez-les avec des graines bio…
  • Ne leur donnez pas tous vos restes de repas, notre nourriture n’est pas toujours bonne pour les oiseaux ni adaptée à leurs besoins.
  • Ils ont besoin de matière grasse et apprécient la margarine, le saindoux, le lard non salé, le gras du jambon. 
  • Ils apprécient aussi les graines de tournesol (sauf les moineaux) décortiquées ou non. 
  • Certains oiseaux, comme les merles, apprécient les fruits. Donnez-leur des moitiés de pommes ou de poires. 
  • Ne leur donnez jamais d’aliments salés (cacahuètes par exemple).

Open Bar

©allegressephotography

  • Les oiseaux sont comme nous ! Ils ont besoin de boire, c’est vital !
  • Installez plusieurs petits points d’eau (toujours hors de portée des chats).
  • Renouvelez l’eau régulièrement (dans l’idéal, une fois par jour). Vous pouvez utiliser de l’eau tiède. S’il fait vraiment très froid, elle mettra plus de temps à geler et les oiseaux auront plus de temps pour s’abreuver.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.