Pour connaître les “tendances” végétales, un interlocuteur s’impose : Didier Willery, le “Dingue de plantes” ! Interview – papotage dans le cadre des dernières Journées des Plantes du Domaine de Chantilly. Au menu, tout plein de pistes et d’idées pour des jardins petits ou grands, les terrasses et les balcons !

Hortus Focus. Même si le terme est parfois galvaudé, peut-on parler de “tendances” dans le domaine du jardin ?

Didier Willery : Oui, bien sûr. Mais la plus intéressante, selon moi, c’est celle qui accompagne la réduction de taille des jardins ou des espaces à jardiner. L’espace se réduit et les jardiniers amateurs ou experts recherchent des plantes qui vont cumuler plusieurs qualités : une superbe floraison, un feuillage coloré, un bois intéressant en hiver, etc. L’offre s’adapte donc à la demande et nombre de nouvelles plantes répondent aujourd’hui à ces envies ou besoins.

Du côté des arbustes, quelle espèce retient ton attention ?

J’aime beaucoup les nouveaux weigelias. Ils sont de plus en plus compacts, offrent de jolis feuillages, un bois parfois intéressant en hiver et, surtout, ils fleurissent plusieurs fois dans la saison. Ça change des weigelias ancienne génération qui mesuraient jusqu’à 3 m de haut et qui obligeaient nos parents et grands-parents à vivre avec un sécateur et un coupe-branches. J’encourage vraiment tous les jardiniers à en adopter un. C’est l’un des arbustes parmi les plus simples à cultiver. Il ne demande pas de terre particulière, ses besoins en arrosage sont limités, il sait se débrouiller tout seul. Bref, un arbuste dont on n’est pas l’esclave !

Faut-il se priver d’un plus grand sujet dans un petit jardin ?

Non, surtout pas ! On peut aussi avoir, même dans un petit jardin une plante à grand développement. Je pense en particulier à l’heptacodium. Cet arbuste fleurit très tard, en automne ; apparaissent des bractées, des espèces de mini feuilles rouges autour des fleurs qui prolongent l’intérêt de ce petit arbre. Au fil des ans, l’heptacodium devient sublime, son écorce se crevasse, prend des reflets ocre, orange, bleutés, grisés en fonction de la météo. Pour moi, cet arbuste est génial pour les jardins d’aujourd’hui. 

Myrtillier ‘Yello! BerryBlue’ ©Didier Willery

Existe-t-il de nouvelles plantes qui marient le plaisir de la “picorette” et un feuillage intéressant ?

Oui, il en existe déjà beaucoup, mais on voit désormais des arbustes à petits fruits à feuillage réellement décoratif. Au printemps dernier, est sorti le myrtillier ‘Berry Blue’ qui offre un feuillage doré, un bois jaune qui rougit au fil du temps. À l’automne, son feuillage prend des magnifiques teintes roses, rouges, écarlates. Et il donne d’excellents fruits ! On peut le cultiver au jardin en terre acide, comme les rhodos ou les azalées. Il est super simple à cultiver en pot. Chez moi, je l’ai cultivé dans de vieilles bassines en zinc, non percées, car le myrtillier adore l’humidité. Cet arbuste pousse tout seul, pas besoin de le tailler, une merveille. 

Au printemps devrait sortir une nouvelle variété de framboisier tout aussi intéressante…

Oui, j’ai pu tester ce framboisier. Il donne deux fois dans l’année (en mai – juin, puis septembre – octobre) d’excellents fruits. Son feuillage est doré, très lumineux ; à l’automne, il prend des teintes métalliques à reflets dorés et son bois bleuté fait son petit effet en hiver. 

Le jaune doré a-t-il le vent en poupe ?

Pas vraiment… Cette couleur est encore un peu boudée par les jardiniers. Pourtant, c’est une couleur qui fait arriver le soleil, la lumière dans les endroits où il n’y en a pas. Un feuillage doré peut illuminer une cour sombre, un balcon ombragé orienté au nord. C’est donc une couleur précieuse. Je pense notamment au trachelospermum à feuillage doré. 

Et quoi de neuf du côté des bulbes ?

Ça bouge, mais beaucoup plus lentement. On voit à la fois une envie de fleurs de plus en plus sophistiquées, des dahlias avec des fleurs de plus en plus grosses, de plus en plus spectaculaires, mais on constate également une de bulbes faciles, botaniques, qui se naturalisent. On ne veut plus arracher ses bulbes de tulipes, et autres, en fin de printemps et les replanter à l’automne. C’est d’ailleurs ce que je conseille aux mairies. Au lieu de dépenser des mille et des cents chaque année, il vaut mieux investir une bonne fois pour toutes, planter des narcisses, perce-neiges, etc, dans des variétés qui ont gardé leur caractère sauvage et les laisser prospérer dans les massifs. C’est beaucoup moins onéreux et tout aussi beau. 

 

 

Vous pouvez suivre Didier Willery, auteur de “Dingue de Plantes”, “Toutes les plantes pour toutes les envies et toutes les situations”, sur son blog. 

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial