Vers la boutique d’Hortus Focus
Jardin du cœur
Éric Patin / Restos du cœur

Aider les Jardins du cœur

Ce sont des chantiers d’insertion mis en place et gérés par les Restos du cœur. Ils emploient des salariés à temps partiel pour les rapprocher de l’emploi. Ces Jardins de cœur ont besoin de dons financiers, de dons en nature comme les milliers de sachets de graines offerts chaque année par Vilmorin. Ils ont également besoin de bénévoles. 

43 Jardins du cœur en France

Jardin du cœur
©Éric Patin / Restos du cœur

Tous les chantiers des Restos du cœur ont le même objectif : l’insertion par l’activité économique. Ils recrutent et salarient des personnes, jeunes ou moins jeunes, très éloignées de l’emploi. Il s’agit de travail à temps partiel, entre 24 et 26 heures par semaine, car ces salariés ne peuvent pas travailler directement 35 h. “Il faut réhabituer ces personnes à travailler en équipe, avec une hiérarchie. Le respect des horaires n’est pas évident tout de suite. En moyenne, nos salariés restent 13 mois dans les chantiers, mais ils peuvent y demeurer jusqu’à 2 ans”, explique Yves Merillon, administrateur national et responsable bénévole chargé de l’insertion au sein des Restos. 

Il existe une centaine de chantiers d’insertion (cuisine, récupération d’ordinateurs ou d’appareils électroménagers…). Ce sont les Jardins qui sont les plus représentés et emploient environ un millier de personnes. L’an dernier, deux Jardins du cœur ont été créés à Dreux et à Marseille. 

Comment les salariés sont-ils recrutés ? Ils sont orientés vers les Restos par Pôle Emploi, les conseils départementaux et les missions locales qui s’occupent des jeunes. Ces salariés sont tous éloignés de l’emploi pour diverses raisons, notamment des accidents de la vie.

“C’est une grande satisfaction quand ils nous quittent pour des CDI ou des CDD de longue durée” (Yves Merillon)

 

Opération graines solidaires
©Restos du cœur

Partenariat et aide, l’exemple de Vilmorin

Chaque année, 350 tonnes de fruits et légumes sont récoltés dans les Jardins du cœur. L’intégralité de la production est distribuée dans les Centres d’aide alimentaire des Restos.

Mais pour produire, il faut des graines évidemment. Et les graines ont un coût. Depuis 6 ans, l’entreprise Vilmorin couvre l’intégralité des besoins en semence des Jardins du cœur. À l’origine de ce partenariat, un Jardin du cœur installé à côté du siège social de l’entreprise à Lyon, et donc une sollicitation locale pour fournir graines et conseils techniques aux salariés. Depuis, l’entreprise s’engage à fournir chaque année entre 25 000 et 30 000 sachets de semences potagères et florales, réparties entre tous les Jardins. 

“Les Restos du cœur nous contactent au mois d’octobre pour avoir la liste des produits dont nous disposons. Ils choisissent dans cette liste en fonction de leurs besoins identifiés. Nous livrons les sachets début décembre, ce qui laisse le temps aux Restos de les attribuer aux Jardins, de faire parvenir les colis pour pouvoir semer dans les temps dans les potagers.”, explique Fabien Thouenon, responsable marketing chez Vilmorin. Une partie des sachets contient des semences florales pour décorer les Jardins et attirer les insectes pollinisateurs

Comment aider les Jardins du cœur

  • Dons financiers sur le site des Restos du cœur. 
  • Dons en nature d’outils de jardinage par exemple.
  • Devenir bénévole : les salariés sont encadrés, mais les Restos et Jardins ont besoin de bénévole pour des formations complémentaires ou spécifiques. 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Share