Vers Helloasso

4 marronniers nains pour pot et jardin

Marronnier nain
Pcturner71

Pas assez de place pour de grands marronniers ? Pas grave du tout, il existe des petites espèces d’Aesculus, et même une surprenante variété miniature. 

‘Induta’, même en pot sur une terrasse

Asculus mutabilis ‘Induta’, créé en 1905 en Allemagne, au port arrondi, est parfait pour les petits jardins et même en grand bac sur une terrasse. En pleine terre, il ne dépasse pas 2,5 m. Les feuilles fleurs printanières ressemblent à celles des grands marronniers, en forme de chandelles. Elles sont rose saumoné soutenu. Les fruits, des petits marrons (deux graines par bogue), se forment ensuite. Chez la plupart des pépiniéristes, on le trouve sous la forme d’un petit arbre tige.

marronnier nain
©pcturner71

Conseils de plantation : sol neutre, acide ou très peu calcaire, frais à légèrement humide et riche, exposition soleil, mi-ombre.

pavier blanc
©Brytta

Le pavier blanc, beau à l’automne, mais pas seulement !

Originaire du sud-est des États-Unis, Aesculus parviflora est un marronnier nain. Donc, il ne monte pas bien haut (entre 1,5 et 3 m) et aime s’étaler. Et comme il aime bien drageonner… D’ailleurs, si vous voulez faire des cadeaux ou le multiplier, prélevez les drageons et replantez-les. Ils se feront un plaisir de bien prendre.

Autres atouts : sa floraison estivale blanche, très généreuse, mellifère, en grands goupillons de 30 cm ; son feuillage qui débourre bronze, passe au vert avant de terminer jaune d’or en automne. Suivez bien l’arrosage les deux premières années de plantation. Une fois implanté, il pourra supporter de très brèves périodes de sécheresse. Si la canicule sévit, il faudra l’arroser sinon vous le perdrez. N’oubliez pas de pailler le pied pour garder une fraîcheur maximale.

Conseils de plantation : peu importe le sol du moment qu’il est bien drainé et riche, pas super acide et pas super calcaire non plus. Pour soleil ou mi-ombre. Dans ses bogues, on trouve de 1 à 3 fruits (toxiques comme chez tous les marronniers).

Un marronnier nain à floraison rouge

Le pavier rouge (Aesculus pavia) pousse tout doucement, mais sûrement jusqu’à atteindre tranquillou 3 voire 4 m pour environ 2 m de large. Il est aussi beau en isolé qu’intégré dans une haie. Il pousse à l’état naturel dans l’Est des États-Unis et supporte mal la sécheresse. Il ne faut vraiment pas oublier de l’arroser les premières années, et en cas de grosse sécheresse. Les fleurs s’épanouissent en mai-juin ; elles sont rouge vif et très visitées par les papillons, les abeilles, les abeilles charpentières… Le feuillage vert passe au roux à l’automne. La variété ‘Koehnei’ fleurit, elle, rose saumoné. 

marronnier nain
©Kathyclark777

Conseils de plantation : tout type de sol riche et frais. Soleil ou mi-ombre.

marronnier tortueux
©NasserHalaweh

‘Monstrosa’, un marronnier nain tout bizarre

Il n’y a pas plus petit que lui chez les marronniers ! Et pas plus étrange et spectaculaire non plus ! Il s’agit d’un marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum) qui ne dépasse jamais 1,50 m et il pousse doucement. Mais c’est surtout à la chute des feuilles qu’il révèle sa beauté et son étrangeté. Les crêtes des branches sont atrophiées, fasciées. Il a un look de fossile ! Pour bien en profiter, installez-le dans un grand bac, mais vous pouvez aussi bien sûr le planter en pleine terre.

Conseils de plantation : tout type de sol riche, frais. N’hésitez pas à lui apporter du compost une fois par an au printemps. Soleil ou mi-ombre comme ses congénères.

close

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Marronnier nain
Share via
Copy link
Powered by Social Snap