Voici venue l’époque où l’on entend “Ils sont chauds, ils sont bons les marrons !”. Sachez que l’on vous ment ! Ce ne sont pas des marrons que vous allez manger, mais des châtaignes. Et fort heureusement ! Car les marrons, c’est pas bon, c’est même toxique, eh oui. 

vendeur de marrons - hortus focus

©Jean-Jules Geoffroy / CC

11% des intoxications alimentaires !

Selon une étude de l’ANSES (Agence nationale de la Sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail…) publiée le 25 septembre 2019, la confusion entre marron et châtaignes est à l’origine de 11% des intoxications alimentaires, juste derrière les bulbes (12%), mais devant les courges amères (8,5%), l’arum (7%), la petite et la grande ciguë (4%). Pour information, les cas de confusions alimentaires les plus courants demeurent les feuilles (31%), les baies (13%), les fruits (13%) ,des graines (12,5%).

Le “coupable”, c’est le marronnier d’Inde (Aesculus hippocastaneum), si souvent planté dans nos villes. Son fruit est toxique. On ne le mange ni avec la dinde, ni en crème, ni en rien du tout. Chez lui, tout est toxique : les feuilles, les bourgeons… et les marrons !

Il provoque, dans les six heures suivant son ingestion, divers signes cliniques : nausées, vomissements, diarrhées, douleurs abdominales. Les animaux peuvent développer les mêmes symptômes après avoir léchouillé ou grignoté un fruit. Dans les cas les plus graves, des troubles nerveux peuvent se manifester (convulsions, paralysie). 

La crème de marrons n’existe pas vraiment !

Le marron que l’on consomme a chipé son nom à la châtaigne (Castanea sativa) qui, elle, se mange. Et voleur en plus ? Non, en fait le marron utilisé en confiserie est le fruit comestible de variétés améliorées du châtaignier. Vous suivez toujours ? 

En France, trois départements produisent la majorité des châtaignes et marrons : l’Ardèche, la Dordogne et le Var. Huit variétés de châtaignes portent le nom de marron : ‘Aguyane’, ‘Marigaule’, ‘Merle’, ‘Belle Épine’, ‘Pellegrine’, ‘Montagne’, ‘Sardonne’ et ‘Bouche rouge’.  Elles sont utilisées pour faire de la crème de marrons, des marrons glacés, etc.

Comment reconnaître un marron d’une châtaigne ? 

Tous deux se ramassent à l’automne, à la même période. Pas cool pour les différencier ? Mais si, mais si…

Le marron

est protégé par une bogue hérissée ça et là de gros piquants un peu mous. À l’intérieur de sa petite maison, il est tout seul, rarement deux !

Marron - Aesculus hippocastaneum - Hortus Focus

©dmytro

Châtaigne - Castanea sativa - Hortus Focus

©mrkit99

La châtaigne

présente une bogue recouverte de piquants pas sympas du tout, ça pique bien quand on essaye de l’attraper. Quand le fruit est mûr, la bogue s’ouvre et laisse apparaître 3 châtaignes (généralement). 

 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

2 Réponses

  1. Emma

    Bonjour à tous.
    C’est toujours un plaisir de vous lire. Toutefois, une bogue, nom féminin, l’enveloppe végétale, est confondue ici avec un bogue (bug) informatique. Merci ;))

    Répondre
    • Isabelle Morand

      Bonjour ! Oui évidemment, bogue est du genre féminin en botanique. C’était le bogue du dimanche !!!! Bon début de semaine.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial