Des œillets de montagne pour auges et rocailles

Œillet de Grenoble ©Hossain Mahmud Hasib

Dans leur pépinière savoyarde, Flos Sabaudiae, Lydie et Thibaut Casagranda cultivent des végétaux évidemment adaptés au climat montagnard. Ces plantes alpines sont adaptées à la culture en auges ou rocailles, et ce en toute région. Comment bien choisir et planter ces œillets de montagne ? Les conseils de Thibaut.

Hortus Focus : tes plantes sont-elles mieux adaptées à la culture en rocaille ou en auge ?

Thibaut Casagranda : le résultat sera le même. On peut les planter en rocaille ou en auge. Je conseille, en revanche, de planter les plus petites en auges pour les garder à l’œil et désherber facilement. Comme elles ne sont pas bien grandes, elles peuvent se faire « manger » par l’herbe et on ne les voit plus.

Dans quel substrat les installer ?

Les plantes de rocaille ont besoin d’un sol bien drainé. Dans une auge, il faut donc commencer par mettre une couche de gravier au fond. Puis, mélangez un peu de terreau horticole avec du sable grossier et de la terre de jardin (elle contient de l’argile et permet de garder l’eau plus longtemps).

œillet des rochers
Dianthus petraeus ©MiaZeus

On trouve beaucoup de petits œillets dans ton catalogue. Pourquoi ?

D’abord, j’aime beaucoup les œillets de montagne. Ce sont des plantes rustiques, sans souci, qui forment de jolis petits coussins. Les œillets que nous cultivons sont évidemment des espèces montagnardes, mais également de zones arides. J’aime particulièrement Dianthus squarrosus qui, à l’état naturel pousse de l’Ukraine au Kazakhstan et fleurit blanc. Dianthus minutiflorus fleurit blanc aussi et vient de Bulgarie. Et puis, il y a l’œillet de chez nous, celui de Grenoble (Dianthus gratianopolitanus) à la floraison rose intense.

Peut-on faire cohabiter ces œillets dans une auge ?

Oui, sans aucun problème ! Leurs conditions dans leur zone d’origine (Alpes, Russie, Caucase…) sont à peu près les mêmes. Elles ont toutes besoin de soleil, d’un sol bien drainé, voire sec et le feuillage est généralement persistant.

Pourquoi ces œillets montagnards sont-ils petits ?

En montagne, les conditions sont plutôt rudes. Il fait froid, il y a du vent, beaucoup de soleil. Pour se protéger du vent et du soleil, les plantes se rapprochent du sol. Et plus elles sont proches des rochers, plus elles auront cette chaleur dont elles ont besoin.

On voit parfois des œillets dégarnis du centre et c’est moche…

Cela arrive quand l’œillet a un peu pourri. Il a reçu trop d’eau ou bien le sol n’est pas assez drainé. Pour éviter ce souci, il suffit souvent d’ajouter des cailloux autour et même sous le coussin formé par le feuillage. Les graviers évitent à l’eau de rester au collet de la plante.

Quand fleurissent ces œillets ?

La période de floraison est assez courte, en avril, mai et juin. Pendant cette période, ils se couvrent de fleurs pour se reproduire un maximum grâce aux nombreuses graines qui se ressèment facilement ou sont transportées par les oiseaux de passage. D’autres comme l’œillet des rochers (Dianthus petraeus) fleurissent plus tard, en juillet et d’autres encore qui refleurissent à l’automne.

©MiaZeus
©MiaZeus

Quelles plantes conseilles-tu pour accompagner tous ces œillets de montagne ?

Des centaurées, des petites campanules (C. betulifolia par exemple), des saxifrages…

J’ai une auge de 50 cm de large et 30 cm de profondeur. Quelles plantes me conseilles-tu d’y installer ?

Je te conseille 5 plantes : un petit œillet, celui que tu veux, une petite campanule (C. alpestris), une centaurée à floraison plumeuse (C. simplicicaulis), une armeria à feuilles de genévrier, un saxifrage d’Arends. Elles vivront très bien ensemble.

Quelle est l’Armeria dont tu parles ?

Armeria juniperifolia pousse dans la Sierra Nevada, en Espagne, à très haute altitude (plus de 2200 m). C’est une merveille en auge. Cela dit, Armeria maritima pousserait également bien, mais je préfère A. juniperifolia pour ses tout petits pompons roses. Elle forme des petits coussins de 20 cm et les fleurs développent des mini capitules craquants.

Armeria juniperifolia
©pavrich

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

207 Shares 1.4K view
Share via
Copy link