Ils s’approchent les uns des autres, mais ne se touchent pas. Une singularité et un mystère à observer notamment dans le Jardin botanique de la villa Thuret au cap d’Antibes.  

Le phénomène concerne une centaine d’espèces dans le monde. Découvert par des chercheurs australiens dans les années 1930, il a été baptisé  « crown shyness » ou « timidité des cimes ». Les individus d’une des espèces concernées ménagent entre eux un espace de plusieurs dizaines de centimètres appelé fente de timidité.

 

pin parasol

Pins parasol ©Alexmumu

 

Mais que se passe-t-il ?

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer ce comportement végétal, mais aucune n’a pu être totalement avérée. 

  • La première est d’ordre purement mécanique. Ce phénomène résulterait de l’endommagement des bourgeons ultimes, causé par le frottement des branches contre celles des voisins les jours de vent. Jusqu’à présent, aucune observation n’a pu corroborer cette hypothèse, les parties aériennes ne présentant aucun signe d’abrasion. Il semble, en revanche, que les arbres ont simplement arrêté leur croissance.
  • Une autre hypothèse est dite chimique. Elle suppose que des échanges gazeux de phytohormones entre les feuilles des arbres sont susceptibles de renseigner l’arbre voisin de la même espèce. L’arbre stoppe alors sa croissance et pour laisser une distance entre lui et son voisin pour ne pas le gêner et être gêné.

Une seule chose est certaine : les arbres ont conscience d’avoir un voisin. Car lorsqu’ils n’en ont pas, ils poursuivent leur croissance indéfiniment.

Encore un mystère végétal fascinant à éclaircir !

Pins parasol, timidité des cimes ©Fabrice Chollet

 

 

Retrouvez des accessoires et des outils sur l’Hortus shop.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.