C’est encore le bon moment pour planter dans votre jardin ou dans un grand bac, sur votre terrasse, un arbre fruitier à pépins (pommier ou poirier) ou à noyau (cerisier, pêcher, prunier, abricotier). Mais savez-vous pourquoi les arbres fruitiers sont-ils greffés obligatoirement ? 

En effet, en semant un pépin ou un noyau, la graine qui va se développer ne donnera pas une plante aux caractéristiques identiques à celles de l’arbre dont elle est issue. Seule la multiplication dite végétative (bouturage ou greffage) peut reproduire fidèlement ces caractères et en particulier : forme, couleur et goût des fruits, ce dernier critère devant, sans aucun doute, être prioritaire lors de votre choix ! Sachant que, si le bouturage est assez facile à pratiquer pour de nombreux arbustes d’ornement et aussi les rosiers, il n’est pas de même pour les fruitiers. Pour eux, pas de choix, ne reste que le greffage ! 

©lex20

Le choix du bon porte-greffe

Un arbre fruitier est toujours greffé sur un autre fruitier, souvent de la même espèce, mais pas toujours. Les poiriers sont greffés sur un cognassier et un pêcher peut l’être sur un prunier ! Le porte-greffe apporte son système racinaire et l’ancrage au sol. Il va recevoir le greffon de la variété (un tout petit rameau porteur de 2 ou 3 bourgeons, ou parfois un seul bourgeon). Et par conséquent, il va influencer le développement de l’arbre pour sa vigueur et son adaptation au sol (plus ou moins calcaire ou très argileux ). Par exemple, pour une palmette ou un cordon de pommier, le pépiniériste greffeur choisira un porte-greffe assez peu vigoureux afin d’éviter que ces formes palissées ne poussent trop et « oublient » un peu de fructifier ! 

Pour un arbre dit de « plein-vent » : tiges et demie-tiges, il y a même deux greffes (sauf dans le cas du cerisier). La première en « pied », assurant le lien entre le porte-greffe et l’intermédiaire -choisi pour former rapidement une tige aussi droite que robuste- et la seconde « en-tête », recevant la variété qui formera ensuite la ramure.  

 

Pour éviter les désillusions…

Avant d’acheter un arbre fruitier bien adapté à votre région et votre terrain, renseignez-vous toujours auprès d’un pépiniériste local. Lui seul pourra vous orienter vers la ou les bonnes variétés greffées sur le meilleur porte-greffe ! Les associations de pomologie, comme les « Croqueurs de pommes », implantées dans de nombreuses régions, pourront aussi vous renseigner et, si le cœur vous en dit, vous initier à ce bel art qu’est le greffage ! 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

2 Réponses

  1. La toèle

    Bonjour,
    Nous avons lu votre article avec interêt et nous nous demandions pourquoi (premier paragraphe d’introduction) les semences des fruitiers ne donnent pas les même caractéristique des arbres dont ils sont issu.
    Quelles sont les raisons biologiques de ce phénomène ?

    En vous remerciant pour votre réponse.

    La toèle

    Répondre
    • Isabelle Morand

      Bonsoir, voici la réponse de notre spécialiste en arbres fruitiers : Lors de la fécondation des fleurs, il peut souvent y avoir une fécondation croisée (par un apport de pollen sur un ovaire) et les descendants ne seront pas identiques, en raison de la recombinaison des chromosomes qui exprimeront des caractères distincts aux plantes en devenir. Un semis de pépin de pomme rouge ne donnera pas nécessairement des pommiers rouges, c’est un peu la loterie !
      Vous pouvez faire le test par exemple avec des noyaux de pêche et vous aurez des surprises.
      Ces croisements, issus de semis, sont d’ailleurs utilisés pour créer de nouvelles variétés fruitières ou ornementales, tels les rosiers, avec des critères distincts de ceux des parents.
      Tandis que le bouturage, le marcottage ou le greffage qui sont des modes de multiplication végétative permettent d’obtenir des sujets tout à fait identiques, c’est le principe du clonage. Les cellules d’une plante peuvent générer un individu en tout point identique à celui dont elles sont issues. C’est pourquoi pour être certain d’obtenir des plantes identiques à leur parent, on utilise ce mode de multiplication.
      Bonne soirée !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial