Dans les coulisses du corso fleuri à Sassenheim (Hollande)

 

La folie de la tulipe et des plantes à bulbe bat son plein aux Pays-Bas. À quelques kilomètres du parc du Keukenhof, non loin d’Amsterdam, nous avons assisté au défilé de fleurs de la région – le Bollenstreek – et, deux jours avant, au montage des chars dans une atmosphère survoltée et délicieusement parfumée… Rencontre avec René Nieuwenhizen, un des coordinateurs de l’événement. 

 

Hortus Focus : Quelle est l’histoire de ce corso ?

René Nieuwenhizen : Nous avons toujours eu beaucoup de fleurs ici avec de magnifiques couleurs. Les jacinthes sont roses, mauves, bleues ; les tulipes, rouges, oranges, jaunes, violettes, noires… Elles sont comme la palette d’un peintre! Aussi, on a eu envie un jour de les utiliser pour un événement touristique. Le premier défilé de fleurs a eu lieu en 1947 avec un seul char en forme de baleine. Ensuite, année après année, il a pris de l’ampleur. Celui de 2019 (le 72e) comporte 18 gros chars et 32 voitures décorées.

Quand a-t-il lieu ?

C’est le premier défilé fleuri du pays. Il se déroule au printemps chaque année sur un thème particulier. Cette année c’est « le monde en mutation » (Changing world). Les décors illustrent l’Évolution, les transports rapides, le phoenix (qui renaît de ses cendres), le “crowd funding”, le respect de la nature ou encore les nouveaux modes de vie durables.

 

Le montage des chars ©Valérie Collet

Quand commence la préparation ?

Nos deux designers commencent à faire des dessins en août. À la fin de l’année, on commence les structures en fer des différentes figures. Les volontaires travaillent la semaine, mais aussi le soir et les week-ends. Puis, en février, on attaque le travail du papier, du plastique, de la mousse, etc. Début avril, on s’occupe de tout l’aspect technique et illumination. Enfin trois jours avant le défilé, on commence à piquer les fleurs.

Combien de personnes travaillent aux décors?

Entre aujourd’hui et hier, nous avons eu 1500 volontaires: des vieux, des jeunes, des hommes, des femmes… Tout le monde participe ! Cette année, nous avons utilisé 5500 caisses de fleurs : des jacinthes, des tulipes, des narcisses, des amaryllis… Les producteurs de la région les fournissent gratuitement.

Le défilé revient-il cher ?

Entre 20 et 30 000 € par char. Des sponsors nous aident. Par exemple, un grand parc naturel hollandais a financé celui sur le thème de la Thaïlande. Quant à la Chine, elle a payé le sien avec pour motif son train à grande vitesse. Nous attendons 800 000 spectateurs pour ce week-end. Ils viennent de France, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, de Russie, de Chine… Le corso démarre à Noordwijk, à 8 kilomètres d’ici. Il parcourt 40 km et se termine le soir, à 22h, à Haarlem.

La fixation des fleurs ©Valérie Collet

Comment fixe-t-on les fleurs ?

Nous utilisons des épingles spéciales pour maintenir chacune en bonne position. Parfois aussi, il faut enfiler des fleurs ou les coudre. C’est un travail très difficile et très long qui doit être fait dans un délai rapide, environ une cinquantaine d’heures. Les deux derniers jours, les volontaires travaillent une bonne partie de la nuit. Il y en a 30 à 50 par chars.

L’événement s’annonce bien, cette année ? Que dit la météo ?

Cette année, ça va. Il fait froid, on annonce 8 °C et même de la neige pour dimanche. Mais l’an dernier, il faisait si chaud (22 °C) qu’à la fin du défilé les fleurs étaient complètement détruites. Ce qui est arrivé aussi, dans le passé, c’est qu’on soit obligés de faire venir les fleurs de nos producteurs de Bordeaux parce que les floraisons étaient trop en retard. On les transporte, alors, jusqu’ici en camion.

Que fait-on de tout ce matériel quand le corso est fini ?

Le lundi matin, tous les chars sont détruits. Une partie des matériaux est recyclée, sert au compost ou est donnée à des associations de charité. Et à peine le corso terminé, on pense déjà au suivant !

Le montage des décors ©Valérie Collet

Le prochain Bloemencorso est prévu le 25 avril 2020. Il est possible d’assister au montage des chars les jours précédents. Tous les renseignements : ICI

En attendant, vous pouvez toujours visiter (jusqu’au 19 mai) le parc Keukenhof au thème très “seventies” cette année: le Flower power! Et aussi le très joli petit musée de la Tulipe noire, à Lisse.

Y aller : 3 heures par le Thalys jusqu’à Schiphol-Amsterdam. Puis prendre le train jusqu’à Leiden et pour finir le taxi (très près).

Se loger et se restaurer : hôtels très pleins la semaine du corso (réserver à l’avance). Nous avons testé le Best Western**** de la Haye (en photo, joli et confortable). Et, à deux pas, le Grand Café Victoria, (délicieux, avec un agréable feu de cheminée).

Se renseigner : Office du tourisme des Pays-Bas 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial