Vers la boutique d’Hortus Focus

Des gingembres à cultiver chez nous

alpinia
©Hardt_E

La famille des Zingibéracées comprend environ 900 espèces, mais seuls quelques-uns peuvent être cultivés sous nos latitudes. Roscoéa, gingembre, alpinia, curcuma, hédychium…

D’où viennent ces plantes ?

« Ce sont le plus souvent des plantes tropicales et subtropicales », explique Olivier Galéa de la pépinière Sous un arbre perché. « Elles sont  souvent utilisées en épices, aromatiques ou pour faire des huiles essentielles. D’autres sont cultivées uniquement pour leur esthétisme et leurs fleurs spectaculaires. »

Gingembre mioga

C’est une espèce vivace d’origine japonaise, à cultiver comme une annuelle. Contrairement au gingembre classique, on consomme ses fleurs blanches, pas ses racines. « Au Japon », précise Olivier Galéa, « la fleur est consommée crue, intégrée aux salades. On peut aussi la mettre en saumure et la consommer comme un cornichon. ».

C’est une espèce bien rustique chez nous.

Zingiber mioga comestible
Zingiber mioga ©Miyuki 3
Zingiber mioga 'White Arrow'
Zingiber mioga 'White Arrow' ©Isabelle Morand

Au jardin ou en pot ? 

C’est une plante vigoureuse qui n’a pas besoin de beaucoup de terre ni de beaucoup de place. L’important pour le Zingiber mioga, c’est d’être planté en terre drainée et de bénéficier d’un peu d’humidité en été. N’oubliez donc pas de l’arroser – surtout en pot, et régulièrement – quand il est planté en pleine terre. Cultivez-le à mi-ombre.

gingembre japonais
Zingiber mioga 'Dancing Crane'. ©IsabelleMorand

Le gingembre « classique »

Son origine subtropicale explique sa frilosité. C’est donc une plante à cultiver en pot à l’intérieur ou en serre. Chez lui, on consomme le rhizome. La cuisine indienne en fait largement usage. À la maison, intégrez-le aux marinades de vos plats asiatiques, c’est un régal. Et si vous êtes plutôt « bec sucré », dévorez du gingembre confit…

gingembre
Récolte du gingembre
©Jeevan GB

Culture : allez acheter un beau rhizome de Zingiber officinale au marché ou dans une boutique bio. Choisissez-le pas fripé, bien frais, charnu et installez-le au potager et pi c’est tout. Attendez que les premières tiges apparaissent avant de commencer à arroser. Idem pour la culture en pot. Un peu de patience pour la récolte : il faut compter environ 9 mois (tiens, tiens !). Laissez un bon fragment du rhizome en terre, il devrait repartir sans souci.

Roscoea, une allure d’orchidée

Encore peu connus, les roscoéas sont pourtant, selon Olivier Galéa, les plantes les plus faciles à cultiver de la famille des Zingibéracées. « Ces plantes d’ombre et de mi-ombre sortent très tard de terre, généralement pas avant fin mai quand les rosiers commencent à fleurir. Donc, pas de panique si même début mai, vous ne voyez pas apparaître le feuillage ! ». La plante n’est pas bien grande, de 30 à 40 cm, et sa fleur fait penser à celle d’une orchidée. 

Roscoea beesiana 'Monique'
Roscoea humeana
©JohnatAPW

Au jardin ou en pot ? Les deux sont possibles. Au jardin, il lui faut un sol très bien drainé. En pot, ne laissez jamais d’eau dans la soucoupe.

On en trouve où ?

Alpinia, le gingembre rouge 

Ils sont originaires de Nouvelle-Calédonie et, plus généralement, des îles du Pacifique du Sud (Vanuatu, Salomon), et ont essaimé là où il fait beau et chaud, notamment aux Antilles où on en voit partout. En métropole, ils sont opulents dans les serres tropicales. En fleuristerie, les alpinias font merveille par leurs couleurs vives et leur feuillage large. Il existe d’autres espèces originaires d’Asie dont le rhizome résiste mieux au froid.

Où en trouver ?

alpinia
©Amed in Bali

En pot ou au jardin ? 

Peu résistants au froid, les alpinias (A. purpurata) se cultivent en pot dans une véranda, une serre tempérée ou chaude. Si vous les cultivez en pleine terre, il faut les arracher à l’automne, les hiverner dans de la tourbe, et les replanter au printemps suivant. Le sol peut être neutre ou légèrement acide. Attention ce sont des vrais soiffards ! Et n’oubliez pas de leur donner de l’engrais pour les aider à fleurir.

Rose de porcelaine

Le nom vernaculaire d’Etlingera elatior diffère selon les pays. Rose de porcelaine chez nous, Bâton d’empereur dans les pays hispanophones et Torche au gingembre chez les Anglo-Saxons. Rouges ou roses, les fleurs donnent une telle impression de solidité et de rigidité qu’on pourrait les croire faites… de plastique, mais non ! On comprend qu’elles soient très utilisées en fleuristerie, car elles se tiennent bien droites ! 

En pot ? 

La garder en pot est obligatoire, car la rose de porcelaine comme nombre de Zingibéracées est frileuse. Elle a besoin de 10°C pour rester en vie et de 18°C minimum pour être à son aise (mais 25°C, c’est beaucoup mieux !) . Donc, direction la maison, la véranda ou une serre chaude. N’oubliez pas qu’elle a besoin de lumière et de soleil.

 

Rose de porcelaine

Bon à savoir :

en Malaisie, d’où la plante est notamment originaire, les fleurs et les tiges sont ajoutées à des soupes.

Si vous cherchez des graines…

Hedychium, le gingembre ornemental

C’est l’une des moins frileuses de la bande, d’ailleurs vous en verrez souvent en vente dans les fêtes des plantes. On peut donc les cultiver en pleine terre, la rusticité affichant selon les espèces entre – 5°C et – 18°C. Cette fleur, emblème de Cuba, nous vient d’Himalaya et d’Asie tropicale. Les épis floraux sont impressionnants, jaunes, orange, rouges. Si votre région est fraîche, cultivez-les en pot, et rentrez les dans une véranda, dans votre chez-vous ou en serre chaude. Il existe de nombreuses espèces et variétés. 

Pot ou jardin ? Tout dépend de votre région. Les rhizomes s’installant presque en surface (2 – 3 cm de profondeur), il faut impérativement les protéger en hiver, en les paillant ou en les déterrant (comme des cannas ou des dahlias) pour les hiverner. Au jardin ou en pot, les hédychiums ont besoin d’une terre fraîche en été, presque sèche en hiver. Le sol ou le substrat doit être riche et bien drainé. Exposition : soleil ! Attention : investissez dans un gros pot, bien stable, la plante est lourde et imposante. 

Les hédychiums qu’on aime

Hedychium 'Tahitian Flame'
Hedychium 'Tahitian Flame' ©Isabelle Morand
©Dimitri kalioris
©Dimitri kalioris
alpinia
Share via
Copy link
Powered by Social Snap