Semez des engrais verts au printemps !

engrais verts

Qu’est-ce qu’un engrais vert ? Un engrais vert est une plante que l’on sème principalement pour l’incorporer ensuite dans le sol afin d’enrichir ce dernier en matières organiques. Tous les engrais verts piègent les nitrates et les restituent pour la culture suivante (alors qu’avec un sol nu les nitrates du sol s’infiltreront dans les nappes phréatiques). Coupés jeunes, ils sont très riches en azote et facilement décomposables. Mais ce n’est pas tout !

Semés au début du printemps, ils recouvrent le sol de la sortie de l’hiver, là où les plantes (herbe ou cultures) ont été détruites par le gel. Choisissez des espèces qui supportent des températures encore froides et qui se développent rapidement. Les engrais verts protégeront aussi le sol de l’érosion (pluie et vent) et du dessèchement (vent et soleil).

En se développant, les racines des engrais verts vont aérer les sols compacts (argileux) et donc en améliorer la structure. S’ils sont tassés en profondeur, prenez des espèces à racines plongeantes, ou pivotantes. Tassés en surface, adoptez des espèces à racines traçantes. Semés en mélange, les racines travailleront le sol à différentes profondeurs du sol et capteront plus d’éléments nutritifs.

Ils stimuleront la vie microbienne du sol en le nourrissant. Cela va également attirer la faune souterraine, et notamment les vers de terre. Sans oublier l’arrivée des insectes pollinisateurs et autres auxiliaires de culture.

Les engrais verts amélioreront la circulation de l’eau dans le sol en la rendant plus homogène ; ils maintiendront aussi une hygrométrie importante. Vous ferez des économies d’eau !

Bien évidemment, les engrais verts limiteront le développement des adventices. Enfin, vous allez créer une sorte de rotation des cultures qui réduira les risques de maladies et les ravageurs. Pas mal ?

Vous pourrez renouveler l’opération tout au long de l’année, entre deux cultures légumières.

sainfoin
Sainfoin. ©Emma Grimberg
Luzerne
Luzerne. ©McKinneMike
ivraie
Ivraie. ©Ramona Georgescu
Bourrache
Bourrache. ©svehlik

Des engrais verts, oui mais lesquels ?

Il existe 3 grandes familles d’engrais verts.

Les légumineuses telles que le sainfoin, les féveroles, la vesce, le pois, la luzerne, le trèfle d’Alexandrie… Elles sont les plus utilisées. Elles fixent l’azote atmosphérique.

Les crucifères, comme la moutarde blanche, la navette ou le colza (plante issue d’un croisement entre un chou et une navette). À semer dans les sols pauvres. Elles sont censées éloigner les limaces (sans garantie, NDLR).

Les graminées, comme par exemple le seigle, l’avoine, le sorgho ou l’ivraie. On les mélange souvent avec les légumineuses.

D’autres plantes sont possibles. La très populaire phacélie, très mellifère, la bourrache, et les épinards, facilement décomposables et très riches en azote. Vous pourrez même en consommer une partie avec de l’utiliser comme engrais !

En conclusion, le choix des engrais verts dépendra de vos futures cultures. Privilégiez la masse avec des légumineuses, si vos légumes sont gourmands. Des plantes traçantes, s’ils apprécient un sol plus aéré en surface. Évitez les mêmes familles (pas de crucifère, si vous mettez des choux ensuite), car le sol va, au contraire, s’appauvrir en nutriments identiques et vous éviterez la propagation des maladies spécifiques à cette famille. Logique, non ?

Au démarrage, les engrais verts vont utiliser les nutriments du sol pour se développer. Ils sont à utiliser avec précaution, surtout dans les sols très pauvres, et à contrôler, car très envahissants !

Et c’est quand qu’on sème ?

Comme leur nom l’indique, les engrais verts de printemps se sèment de début mars à fin avril. Vous pouvez aussi le faire à la fin de l’été pour ne pas laisser le sol à nu.

Écartez le mulch ou le paillage restants. Éventuellement, cassez les mottes. Semez à la volée sur un sol ameubli à la grelinette. Nivelez avec le dos du râteau et tassez légèrement. Arrosez si besoin. Évitez les endroits où vous allez faire des semis directs comme vos carottes.

Semeur à la volée

Et c’est quand qu’on arrache ?

Gare à l’essaimage !

Les engrais verts finiront par monter en fleur puis produire des graines pour se reproduire. Il sera absolument indispensable de les couper ou de les arracher avant, sinon, ce sera la cata !

Phacélie
La phacélie devient vite envahissante… ©Typo-graphics

Arrachage ou fauchage ?

Au début de la floraison, les plantes auront accumulé un maximum de nutriments. Ce sera le bon moment ! Ne tardez pas trop, car la formation des graines en consommera une bonne partie.

Si vous prévoyez d’attendre quelques semaines avant de planter vos légumes, fauchez et enfouissez de 3 à 5 centimètres les engrais verts (avec ou sans broyage préalable), avec une grelinette, pour qu’ils commencent leur transformation en humus. Pas d’inquiétude, leurs racines se dégraderont aussi. Il vous faudra vous méfier de la « faim d’azote », car les micro-organismes qui vont décomposer la fauche vont commencer par consommer l’azote du sol avant de le restituer. Tout dépendra de vos cultures !

Si vous ne pouvez pas attendre, il sera plus simple d’arracher les engrais verts avec leurs racines pour fertiliser une autre parcelle ou tout simplement de les mettre au compost. Vous secouerez les mottes pour les empêcher de reprendre racine.

Voilà, c’est terminé. Vous pourrez semer, repiquer ou planter sur un sol enrichi.

Inscrivez-vous
pour recevoir [Brin d'info]

dans votre boîte de réception,
chaque semaine.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

290 Shares 3.4K views
Share via
Copy link