En Vendée, depuis cinq ans, les Mortagnais profitent des Jardins de la Cure rénovés. Dix-huit mois de travaux ont été nécessaires pour réhabiliter, réaménager les terrasses bâties dans l’esprit et l’architecture clissonnais, tournées vers la vallée de la Sèvre. 

Hortus Focus. Quand les premières terrasses furent-elles construites ?

Alain Brochoire (maire de Mortagne). C’est la famille Boutillier qui, au XVIIIsiècle, a fait réaliser ces terrasses dans le style des jardins romantiques de l’époque. S’y ajoute une tendance architecturale qu’on dit ici clissonnaise, une alternance de brique et de granit inspirée des jardins toscans et “importée’ à Clisson et dans la région notamment par François-Frédéric Lemot. On retrouve ce style architectural dans plusieurs endroits le long de la vallée de la Sèvre, dans les grandes maisons construites à l’époque par les industriels du tissage. 

Leur construction a-t-elle répondu à un besoin précis ?

Le tissage a tenu une énorme importance dans la vallée de la Sèvre, les fabriques fonctionnaient à l’énergie hydraulique. Les tisserands étaient tous installés dans la vallée et les caves des communes environnantes. Puis, quand la vapeur est arrivée, l’industrie s’est déplacée vers le Choletais. Certaines familles se sont retrouvées démunies, sans ressources. On pense que la construction de ces terrasses qui accueillaient des potagers fut en lien avec l’évolution de la situation économique. Les familles qui avaient des moyens ont fait construire ces terrasses, un travail de titan, mais également une façon de faire travailler les gens, de les rémunérer, de leur permettre de se nourrir. 

Quand on voit la configuration du terrain, la rénovation n’a pas dû être une tâche facile !

Mortagne-sur-Sèvre

Les terrasses des Jardins de la Cure

Nous avons fait appel au cabinet de l’architecte-paysagiste Anne Maguéro. Rien n’a été recréé, nous avons “juste” souhaité redonner l’esprit romantique de l’époque. Mais quel chantier… Il a fallu monter une grue pour pouvoir déposer les matériaux  dans la cour, installer un monte-charge et des rampes entre les terrasses pour acheminer les engins, les équipements… 

 

Comment vit le jardin aujourd’hui ?

hôtel à insectes

L’hôtel à insectes des enfants de Mortagne-sur-Sèvre

Les Mortagnais et les habitants des communes voisines se sont vite approprié les lieux qui permettent aujourd’hui de relier le centre-bourg à la Sèvre en contrebas et les chemins de randonnée. On s’y balade, on y court, on s’y repose dans les parties les plus basses. Sur la terrasse haute, nous avons conservé un jardin de curé et recréé un potager où viennent les enfants de la ville. C’est leur potager. Ils le cultivent et sont accompagnés par un jardinier employé par la commune. Ils y apprennent beaucoup sur la faune, la flore, les auxiliaires du jardin. Quant à la production de fruits et de légumes, elle est offerte à l’antenne locale du Secours Catholique. Le jardin sert aussi de lieu d’expositions, il accueille chaque année la Fête de la musique. Notre démarche est la même depuis le début : rénover le patrimoine, c’est bien, mais il faut en faire un lieu de vie et de partage accessible à tous. 

Les Jardins de la Cure, à Mortagne-sur-Sèvre (85), sont ouverts de 8h30 à 22h00 de mars à octobre et de 8h30 à 17h00 de novembre à février.

 

 

 

 

 

Retrouvez des accessoires et des outils sur l’Hortus shop.

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.