Annecy Paysages 2019: engagé et inspiré !

Pour sa deuxième édition, ce festival a invité une trentaine d’artistes et de paysagistes à installer leurs œuvres et leurs créations végétales dans la ville et aux abords du lac. À Annecy, ces jours-ci, on plante, on médite, on pompe l’eau, on coule… Un très bel événement qui fait sens et monte en puissance. Petit florilège de nos créations préférées.

 

Go Go Garden  

Go Go garden

Go Go Garden ©Valérie Collet

Dans l’atrium du centre Bonlieu, une gloriette circulaire abrite une forêt de petites plantes bien vertes qui poussent en dansant sur fond de jazz, rock ou de musique électro. Il s’agit de Desmodium gyrans, une plante originaire des forêts du Bengale qui, selon l’artiste, serait la seule au monde à être sensible à la musique. Quand celle-ci démarre, certaines petites feuilles entament un lent mouvement. Et si d’aventure le soir, lorsque la plante se repose toutes feuilles rabattues, la musique se fait entendre (en appuyant sur un bouton), elle recommence à danser en un lent mouvement ascensionnel. Cette œuvre hybride, à cheval entre la boîte de nuit, le salon de musique et la serre tropicale montre un trésor de notre biodiversité. On l’a observé longuement: absolument fascinant !

Victoria Klotz (FR)

 

Place aux vers ! 

Annecy: Place aux vers

Place aux vers ©Valérie Collet

Pour Annecy Paysages 2018, ce collectif avait créé un grand potager au bord du lac, invitant chacun à soigner et à consommer les légumes obtenus. Cette fois, de façon éminemment symbolique, ils font entrer le potager dans la ville, sur deux de ses petites places. Celui-ci s’organise dans des bacs modulaires en bois en forme d’alvéoles (un clin d’œil aux abeilles) qui accueillent tantôt des plantes aromatiques et des légumes, tantôt le compost que les habitants fabriquent avec leurs déchets organiques. Par contact direct, les plantations sont fertilisées. C’est simple et efficace. Cette installation qu’accompagnent des panneaux pédagogiques est une jolie avancée en terme d’agriculture urbaine. 

Le collectif français Cultures urbaines (Guillaume Popineau et David Trigolet).

 

Follow the leaders, politicians discussing global warming (Suivez les “leaders”, politiciens discutant du réchauffement climatique)

Dans cette oeuvre, une vingtaine de décideurs costumés et cravatés discutent tandis que l’eau monte… L’un a un téléphone portable en main, d’autres mettent les mains sur leur tête (en signe d’impuissance ?). Installée dans le bassin d’un ancien embarcadère au bord du lac, à deux pas des baigneurs insouciants, elle parle d’elle-même et fait froid dans le dos. Jusqu’où irons-nous (ou plutôt jusqu’où iront nos politiques ?) dans l’inaction pour préserver l’environnement et la planète ? La polémique jusqu’à l’absurde…

Isaac Cordal

Follow the leaders

Follow the leaders ©Valérie Collet

 

Annecy: Il y a des fleurs partout!

Il y a des fleurs partout! ©Valérie Collet

Il y a des fleurs partout !

Ce collectif berlinois a installé ses collages dans une dizaine de lieux, sur les façades ou le long du Thiou, nous faisant redécouvrir la vieille ville et sa jolie rivière verte à travers un parcours narratif un rien cocasse. Il y est question d’une fillette occupée à pêcher, à peindre ou à arroser les fleurs. Des poules et des pigeons l’accompagnent ou même Saint-Pierre, tout doré dans sa niche, les yeux levés dans la même direction (photo). Humour, esthétique, poésie, nostalgie… Tout pour plaire !

Maria Vill & David Mannstein

 

 

 

 

 

Annecy: Natures en mouvement

Natures en mouvement ©Valérie Collet

Natures en mouvement  

Sur le vaste square de l’Evêché, ce collectif Suisse a créé un grand jardin généreux divisé en plusieurs parties. Lauriers roses, orangers et bananiers y cohabitent avec les choux, tomates, bettes, courgettes. Ou encore la flore des montagnes banale ou rare… L’idée est d’offrir une réflexion sur les changements climatiques et la fonte des glaciers. Une désertion des montagnes par l’homme est-elle à prévoir ou au contraire seront-elles le refuge de nouveaux « migrants » climatiques? Ce qui est certain, c’est que les cultures tropicales y ont désormais leur place…

Collective R (Stefano Riggenbach, Jürg Tröhler, Andreas Stebler, Arnaud Scheurer)

 

 

la Haie d'honneur

La Haie d’honneur ©Valérie Collet

La Haie d’honneur  

Cet artiste belge a déjà réalisé deux très belles œuvres dans les jardins de l’Europe, à Annecy : Implantations et Question de sommets. À partir de troncs d’arbres et de nichoirs à oiseaux, il évoque la question des migrations et de l’ambition excessive des hommes. Cette année, il nous rappelle à nouveau à la sagesse en dressant une Haie (ou plutôt un totem) d’honneur « aux personnes qui préfèrent la balade dans la nature au consumérisme » explique-t-il modestement. L’œuvre assemble dix grands pins morts soigneusement choisis avec l’ONF (Office National des Forêts). Ceux-ci sont plantés dans le sol, dressant leurs racines presque menaçantes vers le ciel. Une œuvre sobre et majestueuse, tout simplement belle, à laquelle l’éclairage nocturne donne une puissance supplémentaire.

Bob Verschueren

 

Annecy paysages, à Annecy jusqu’au 15 septembre 2019. Renseignements : ICI

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS, 
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial