Festival des hortillonnages d’Amiens, entre terre et eau…

 

Le Festival de jardins des Hortillonnages a pris place, pour la 10e fois, dans la fameuse Venise verte, au cœur de la ville d’Amiens. Pendant plusieurs mois, paysagistes et artistes se disputent ces îlots entretenus et cultivés par l’homme depuis le Moyen Âge. Leurs créations se sont développées et ont embelli pendant l’été. Il faut les découvrir sans tarder à pied ou en bateau. Ci-dessous notre Top 5 (+1) !

 

Festival des Hortillonnages d'Amiens - la Pépinière des Chiffonniers

La Pépinière des chiffonniers ©Valérie Collet

La Pépinière des chiffonniers

Elle nous a plu par son côté pop et optimiste. Ce collectif de jeunes paysagistes a voulu montrer les déchets de façon constructive, en en faisant une ressource. Ainsi, ils ont utilisé des centaines de bouteilles de plastique en profitant de leur qualité chauffante, pour construire leur petite serre qui abrite des plantes exotiques. À partir de bouteilles de verre, ils ont élaboré un système de gouttière pour récupérer l’eau de pluie. Et avec 1300 canettes, ils ont édifié des murets multicolores, leur chaleur se diffusant aux plantes. Bien vu bien fait ! Même si ce n’est peut-être pas comme ça qu’on sauvera nos plages et nos océans…

ATER Environnement

 

 

Hortillophones

Hortillophones ©Valérie Collet

Les Hortillophones

Pour ceux que la nature ennuie et qui n’ont pas encore entendu l’appel de la nature… il y a les Hortillophones ! Ces machines acoustiques en céramique amplifient les sons environnants et donc, ici, ceux de la nature et des animaux. Approchez l’oreille et vous entendrez les bruissements de la végétation, les bruits des insectes ou de l’eau, les chants des oiseaux (mais aussi la rumeur de la ville ou le train passant au loin…). Une façon de nous faire percevoir ce que l’œil ne voit pas et de nous sensibiliser au paysage sonore dans lequel nous sommes souvent immergés sans y prêter vraiment attention.

Raphaëlle Duquesnoy, plasticienne.

 

Arcane

Cet enchevêtrement monumental de branches peintes en blanc, au beau milieu d’un petit bois, nous a séduits d’emblée par sa beauté et sa simplicité. Sa créatrice taïwanaise, intéressée par les observations de Francis Hallé, est fascinée par les arbres et leur mystère. En particulier par le fait qu’ils puissent être timides en surface (la fameuse timidité des cimes) et extrêmement communicatifs par leurs racines. Ce sont ces dernières qu’elle a représentées : blanches comme les endives ou la partie enterrée des poireaux… 

Yushin U Chang, plasticienne.

Festival des hortillonnages d'Amiens - Arcane

Arcane ©Valérie Collet

 

Fragments et Gilbert Filliger

Fragments, Gilbert Fillinger ©Valérie Collet

Fragments

C’est le premier jardin de ces jeunes paysagistes. Leur idée a été de présenter la diversité végétale des hortillonnages, des plantes sauvages aux potagers plantés par les hommes. Ainsi présentent-ils toutes sortes de végétaux tels les carex, les menthes aquatiques, les arums ou des vivaces grimpantes, pour certains dans d’étonnantes mottes de terre suspendues.

Autre surprise : la cabane qui s’est trouvée par hasard sur leur parcelle. Ils y ont planté un potager et à travers le toit ouvert, monté un système d’arrosage avec une pompe et des filins attachés à des branches. Les visiteurs sont invités à l’actionner pour arroser tel Gilbert Fillinger, directeur du festival, qui n’hésite pas à jouer les shadoks !

Collectif Gama : Mélanie Gasté et Aurélien Albert, paysagistes.

 

Festival des Hortillonnages d'Amiens - Small is beautiful

©Yann Monel

Small is beautiful, une houblonnière jardinée

En référence à une tradition du Nord disparue en Picardie, ce collectif a planté différentes variétés de houblon dont la ‘Colombus’ pour le houblon des marais (Humulus lupulus), originaire d’Amérique. Une liane vivace aux fleurs jaune pâle, amatrice d’humidité, que l’on a fait pousser sur des treillis palissés. Une plantation- installation au demeurant très esthétique dont est née une bière et surtout un jardin avec des hamacs où il est tout simplement agréable de faire une petite sieste…

L’atelier du Gründberg : Yvan Cappelaere, Mylène Andreoletti et David Belamy, paysagistes.

 

 

Le jardin du voisin (pour rire !)

Le jardin du voisinLe jardin du voisin

Vers la fin du parcours, ce petit jardin populaire qui n’a rien à voir avec le Festival, fait le “tout beau” derrière la haie. Et dans le genre cocasse, il nous a bien fait rire ! Aux antipodes de l’esprit “art contemporain” et parfois conceptuel des jardins de paysagistes, il semble leur faire un petit pied de nez. On y aperçoit des seaux et des pots suspendus aux branches, des jardiniers pressés, de drôles de jambes en l’air de dames tombées à la renverse… Un petit coin d’art brut comme on les aime !

 

Festival international de jardins des Hortillonages, Amiens, jusqu’au 20 octobre. Renseignements pratiques : ICI

Y aller : en voiture ou en train (entre 1 h et 1h40 depuis Paris-gare du Nord, jusqu’à la gare d’Amiens)

Se restaurer : Les Orfèvres à Amiens, très bonne table (a raté de peu l’étoile au Michelin). Goûté le tournedos de veau accompagné d’un risotto de riz noir et saupoudré de poudre de moutarde : trop bon ! 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial