On l’aime ou on le déteste, on le digère parfois mal. L’ail fait partie des plantes les plus utilisées dans notre alimentation. Son histoire et sa place dans l’Histoire sont souvent passionnantes et parfois surprenantes. 

L’ail au temps des pyramides

Pyramides - Hortus Focus

©vivant-denon

Allium sativum aurait été au centre du premier conflit social connu de l’Histoire ! Selon Hérodote, l’historien grec, les ouvriers bâtisseurs de la pyramide de Khéops (1580 avant J.-C.), ont fait la grève après la suppression de leur ration d’ail. L’alicament est pourvu de toutes les vertus. Il est notamment censé augmenter la capacité de travail, la résistance aux maladies des travailleurs au service du pharaon. 

Indirectement, l’ail (mais aussi l’oignon et le raifort) est au cœur d’un récit (fake new antique ?) selon lequel Khéops aurait demandé à l’une de ses filles de se prostituer. Pour remplumer les caisses, permettre l’achat de denrées et l’achèvement de sa pyramide ! Pharaon et maquereau, donc…

Dans le papyrus Ebers, traité médical découvert sur le site de Louxor en 1862, et l’un des plus longs documents de l’Antiquité égyptienne, Allium sativum a sa place. Il entre notamment dans la confection d’un remède pour soigner les plaies et blessures décomposées (morsure de serpent, notamment). La “recette” ? Une espèce de charpie imbibée de résine de térébinthe, miel, fèves, orge bouillie, graisse de taureau, goudron végétal, mélilot et acacia. 

Dans un autre traité médical, rapporté dans la thèse de Pascal Hennequin*, l’ail est susceptible de prédire le déroulement de l’accouchement : le soir, la femme enceinte doit introduire une gousse d’ail dans son vagin. Si, au matin, une odeur d’ail se manifeste dans sa bouche, elle accouchera (de façon normale). Si aucune odeur ne se manifeste dans sa bouche, elle n’accouchera pas (de façon normale) et pour toujours. L’auteur relève que cette préconisation est intégralement reprise et même étendue au diagnostic de stérilité par les Grecques dans la Collection hippocratique, chapitre “Femme stérile” après la probable rédaction de ce passage. 

*Thèse soutenue par Pascal Hennequin en 2001, Santé et hygiène de l’enfant dans l’Égypte ancienne. 

Henri IV - Hortus Focus

©istock

Henri IV, un vrai fou d’ail

Le roi de France aimait autant les parties de jambes en l’air que l’ail cru ou cuit. Il fallait être drôlement motivée pour être l’une de ses innombrables maîtresses tant il puait du bec. On dit même qu’il avait “une haleine à terrasser un bœuf à vingt pas”… Il faut dire que le promoteur de la poule au pot a des excuses. À sa naissance, son grand-père lui frotta les lèvres avec une gousse d’ail cru accompagnée d’une larmichette de Jurançon ! Le “Vert Galant” mangeait donc de l’ail à longueur de journée et notamment pour le goûter en tartine beurrée avec des gousses dessus ! Il parait également que l’odeur de l’ail n’arrivait même pas à cacher l’odeur du roi lui-même tant la vermine grouillait dans ses vêtements et tant la notion de toilette lui était assez étrangère. Bon appétit !

Vampires et autres superstitions

Brandi en compagnie d’un crucifix, Allium sativum éloignerait les vampires ! J’ai du mal à trouver la première trace de la légende en littérature. Augustin Calmet qui publia en 1746 le premier “Traité sur les apparitions des esprits et sur les vampires ou les revenants de Hongrie, Moravie, etc”, ne mentionne pas l’ail. D’ailleurs, il ne s’agirait pas de gousses qu’il faut brandir, mais de fleurs d’ail dont l’odeur forte dégoûterait les vampires…

L’ail en gousses est parfois encore attaché au cou des animaux pour les protéger des trolls qui, bien sûr, viennent la nuit traire les vaches !! Dans le passé, les marins en plaçaient dans un petit sac de toile à l’étrave du navire pour se protéger de la malchance et des périls maritimes…

peste marseille - Hortus Focus

©Michel Serre

Le vinaigre des quatre voleurs

Avec l’absinthe, la sauge, la menthe, le romarin, la lavande, la cannelle, la girofle, la rue des jardins, l’ail entre dans la composition du célèbre Vinaigre des 4 voleurs. Cette potion doit son nom à quatre brigands qui s’en frictionnaient totalement le corps pour détrousser les victimes de la peste à Toulouse en 1628 ! Pour sauver leur peau, ils livrèrent leur recette aux autorités.

Quand Marseille est, à son tour, frappée par la peste en 1720, on appelle le remède à la rescousse, mais il se révèle inefficace. La recette de ce vinaigre est pourtant inscrite au codex en 1748, mais la potion est le plus souvent utilisée en produit ménager.  

À essayer, ça ne peut pas faire de mal !

  • Un petit jus d’Allium sativum soulage une piqûre d’araignée ou d’abeille.
  • Une gousse d’ail consommée crue diminue la congestion nasale. 
  • Des rondelles d’ail frais peuvent aider à faire disparaître les verrues, les cors et les durillons. 

Du marchand d’ail au chandail…

Oui, le mot chandail vient des marchand d’ail ! On trouve deux explications à la naissance du mot. La première est bretonne. Les marchands d’ail et d’oignon partaient alors pour l’Angleterre vêtus chacun d’un tricot de laine reconnaissable. Quand ils revenaient de la perfide Albion, on pouvait les reconnaître de loin grâce à leurs tricots. Et l’on criait alors : “Les marchands d’ail arrivent”. Et marchand d’ail sera devenu chandail pour qualifier le vêtement.

L’autre explication est parisienne. Les marchands d’ail (on les appelait aussi les chants d’ail) des anciennes Halles de Paris portaient de gros pulls, tricotés par leurs femmes, et qu’on enfilait par la tête. L’abréviation chandail serait apparue en 1894. 

 

"Lien

CHERS JARDINIERS,
SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ TROUVER SUR LA BOUTIQUE HORTUS FOCUS DES TRÈS BEAUX OUTILS,
DES FERTILISANTS NATURELS, DES KITS À PLANTER POUR FAIRE DÉCOUVRIR LE JARDIN À VOS AMIS ET 1000 AUTRES CHOSES ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial